Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 janv. 2015

Charlie un beau discours républicain du maire de Bresolettes dans l Orne 22 habitants

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les voeux du Maire de Bresolettes  dans l Orne : la démocratie locale en marche belle et solidaire ,émotion  sincére dans cette commune de 22 habitants où le maire Franck Poirier a fait un magnifique discours que j'avais envie de vous faire partager...

Madame le Sénateur

Mesdames messieurs

 Avant les différentes interventions,    en signe de respect aux 17 morts de ses derniers jours, et de la très grave atteinte aux valeurs de notre république.

         En soutien à la formidable manifestation qui se déroule en ce moment même, je voudrais commencer notre réunion par une minute de silence.

 Je vous remercie

_________________________________________________________________

         Je vois que notre rendez-vous annuel attire cette année encore la quasi-totalité des habitants et résidents de Bresolettes, j’ai eu les excuses de Véronique et Thomas Lessirard, de JC, Nicole et Francoise Amanieux, de Christophe Thiroux, de Brigitte ma femme … ils me chargent de vous souhaiter leurs meilleurs vœux.

         Cette année notre nouveau Sous Préfet, Mr Lecru devait nous faire le grand honneur de sa présence, il m’a appelé ce matin pour s’excuser, les circonstances font que ca n’a pas était possible. Il m’a promis de venir à notre rencontre très prochainement.

         Un grand merci à Nathalie Goulet de sa fidélité.

Je vais commencer par souhaiter la bienvenue aux nouveaux habitants.

Dans l’ordre d’arrivée :

                          Laurent et Danielle Gouet-Migos

                                   Euranie, Emeric et Clément

                          Josette Fruleux

                          Corine Michelet

                  Et      Pascal Guérin

         Il était question de célébrer les vœux pour l’année 2015 dimanche dernier, le 4 janvier.

.

Dimanche 4 janvier, je vous aurais parlé des renouvellements de nos conseils municipaux et de communautés.

Dimanche 4 janvier, je vous aurais parlé de la fin des travaux de la mairie, des travaux fait et à faire dans le logement communal.

Dimanche 4 janvier, je vous aurais énuméré les aménagements en cours d’études, notamment du parking et des sollicitations que nous comptons faire auprès des services de l’état et de Nathalie Goulet par le biais de la réserve parlementaire.

Dimanche 4 janvier, je vous aurais parlé du magnifique travail réalisé pour la réserve naturelle.

Dimanche 4 janvier, j’aurais abordé la réforme territoriale, les communes nouvelles, les nouveaux périmètres des communautés de communes, et profitant de la présence de notre nouveau sous préfet, j’en aurais sans doute rajouté un peu, j’avoue …

MAIS des contre temps, ont fait que nous avons du choisir ce dimanche  11 Janvier ; entre les deux il y a eu les événements des mercredi 6, jeudi 7 et vendredi 8 janvier.

Ces dates les 6, 7 et 8 janvier 2015 sont d’ores et déjà entrées dans l’histoire de notre pays, et peut être même dans celle du monde libre.

C’est pourquoi, aujourd’hui, je n’ai pas le cœur à ces énumérations dérisoires, au regard de l’atteinte portée à nos libertés et à notre démocratie.

         Je me tiens à la disposition de chacun pour détailler la vie communale, et pourquoi ne pas faire une réunion pour ceux qui le désireraient.

Aujourd’hui, je pense à tous ceux qui ont perdu la vie, à tous les blessés de ces derniers jours. Simples citoyens, forces de l’ordre, journalistes, humoristes, dessinateurs. Je pense à leur famille et à leurs proches.

         Je pense aussi à la frayeur et au traumatisme de tous ceux qui se sont trouvés sur le passage des Terroristes,   aux otages,    aux habitants et aux enfants de Dammartin-en-goele   , de la Porte de Vincennes à Paris.

         Nous devons rendre un hommage particulier au formidable courage,   au dévouement et à la détermination   des policiers,   gendarmes,   militaires.   

Les images sont édifiantes.

         Nous devons rendre hommage également au sang froid des personnes qui sous la menace directe des assassins, ont osé au péril de leur vie fournir des informations capitales aux forces de sécurité, soit à l’aide de leur téléphone, ou en ayant la présence d’esprit de s’échapper avec la clef du rideau métallique qui permettra l’intervention finale.

------------------------------------------------------------------------------------------------

         L’assoupissement intellectuel progressif de notre société,    l’autocensure et le « politiquement correct » de nos medias, étaient sur le point de voir disparaitre « Charlie Hebdo » en silence.

         Des esprits fanatiques aux idéaux d’un autre âge, en ont décidé autrement.

En s’attaquant à la rédaction de Charlie Hebdo, ils ont voulu s’attaquer au symbole même de la liberté d’expression, à la république, à la France, à chacun d’entre nous.

         Du Hara-Kiri des Cavanna et Choron   au    Charlie hebdo de Val puis Charb, que de noms : Wolinski, Reiser, Cabu, Tignous, Honoré,     Bernard Maris que j’écoutais tous les vendredis sur France inter, et tant d’autres.

Qui mieux qu’eux pour pousser le curseur de l’impertinence, de la provocation et de l’humour, sur l’échelle de la liberté d’expression.

         J’espère que cet électrochoc aura pour effet de secouer nos consciences, de nous rendre plus vigilant, de ne pas nous laisser influencer par les extrémismes, la liberté ça se mérite.

         L’occasion nous est donnée, à nous parents, grand parents, enseignant, éducateur, à l’instant où nos enfants et ados lèvent la tètes de leur mobile et leur tablette, la curiosité suscitée par le choc des images télévisées, et par l’ampleur des réactions, pour leur apprendre le sens de nos valeurs républicaines que sont : la liberté, l’égalité et la fraternité.

         Je veux croire que ceux qui restent accompagnés d’une nouvelle génération de talents sauront faire vivre « Charlie Hebdo » avec la même impertinence, la même provocation, la même drôlerie, sans haine, de manière aussi désintéressé, sans pub, en dehors des capitaux dirigistes,  libre quoi.   Ca,    ca dépend aussi de nous.

         Enfin, pour moi adolescent des années 70-80, en l’honneur des Wolinski Cabu, Charb et tous les autres, j’aurai entendu sonner les cloches de Notre Dame, le summum du paradoxe. Peut être un ultime pied de nez, en signe d’espoir.

L’histoire en tous cas, elle, ne manque pas d’ironie

         Mesdames et messieurs je veux vous souhaiter une année 2015 pleine de bonheur de santé et d’audace.

         je suis CHARLIE.

 Merci

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN