Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2014

Facebook, votre ami à la vie à la mort

Un nouvel épisode dominical  de notre feuilleton : « Ma vie privée disparaît en un clic »Vous avez peut-être une page Facebook sans le savoir, que vous soyez vivant ou mort.

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un nouvel épisode dominical  de notre feuilleton : « Ma vie privée disparaît en un clic »

Vous avez peut-être une page Facebook sans le savoir, que vous soyez vivant ou mort.

 J’avais déjà publié un billet d’humeur sur l’utopie du respect de notre vie privée à l’heure du numérique (1), cette fois la réalité dépasse la fiction.

 Ce matin, grâce à tweeter, j’ai découvert que FACEBOOK générait  via  WIKIPEDIA des pages FACEBOOK nominatives de « sa propre initiative »  si j’ose dire.

Ainsi l’auteur Hermann Hess , DÉCÉDÉ EN 1962 dispose-t-il de sa page FACEBOOK https://www.facebook.com/pages/Hermann-Hesse/109695465722966?rf=112442595433810

Cette page a attiré 559.876 lecteurs !

 J’ai donc découvert par la même occasion que j’avais aussi une page FACEBOOK plusieurs mois après avoir fermé (avec difficultés) mon compte FB.

Quel beau sujet de droit.

La question du traitement des données post mortem est une zone de non droit, la loi prévoit que les héritiers puissent demander le retrait des données.

Les héritiers d'une personne décédée justifiant de leur identités peuvent, si des éléments portés à leur connaissance leur laissent présumer que les données à caractère personnel la concernant faisant l'objet d'un traitement n'ont pas été actualisées, exiger du responsable de ce traitement qu'il prenne en considération le décès et procède aux mises à jour qui doivent en être la conséquence.

Lorsque les héritiers en font la demande, le responsable du traitement doit justifier, sans frais pour le demandeur, qu'il a procédé aux opérations exigées en vertu de l'alinéa précédent. (http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/12/mort-numerique-donnees-personnelles-deces_n_3067426.html)

Le droit à l’oubli sur Internet est un vaste chantier, le Sénat a tenté de s’en emparer dès 2008 et a voté un texte, semble-t-il égaré ?  http://www.senat.fr/notice-rapport/2008/r08-441-notice.html

http://www.numerama.com/magazine/15346-le-senat-vote-une-loi-renforcant-la-protection-de-la-vie-privee-sur-internet.html

La question du jour est la suivante : comment puis-je m’opposer à cette intrusion dans ma vie privée et d’ailleurs suis-je en mesure de le faire ?

Je ne veux pas de page FACEBOOK.

J’ai fermé, il y a plus de trois mois, mon compte FACEBOOK.

Je ne veux pas de page WIKIPEDIA, les processus de rectification et de contrôle sont trop lents et mal adaptés.

J’entends déjà les commentaires …mais enfin, elle fait de la politique, elle doit bien s’attendre à des incursions dans sa vie privée … oui et non...

J'ouvre le débat ce matin sur les réseaux sociaux oui ou non suis-je en droit de refuser d’avoir une page WIKIPEDIA ou FACEBOOK ?

Sachant que le droit à l’oubli n’existe pas sur internet, pas plus d’ailleurs que le droit EFFECTIF à réparation , les condamnations ordonnées étant le plus souvent symboliques.

Quant aux retraits ou aux rectifications en cas de diffamation, ils sont illusoires.

Suis-je encore un petit peu maître de ma vie personnelle ?????????

J’ai la faiblesse de le penser ,oui, et vous ?

Et à la réfléxion, le fait d'ouvrir des comptes au nom de personnes décédées, auteurs, chanteurs, hommes et femmes politiques, industriels, enfin des milliers de cas sont envisageables. Nos amis à la vie à la mort de FACEBOOK ne commettraient-ils pas une fraude vis à vis de leurs actionnaires en augmentant de façon factice le nombre de leurs amis....

Affaire à suivre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis