Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2013

Billet d’humeur A quoi s’expose-t-on quand on clique Internet et vie privée: la protection des données personnelles une Utopie

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le cadre du débat sur la protection des données personnelles au Sénat le 17 octobre 2013

Ce débat est, comme l'enfer, pavé de bonnes intentions, mais nos concitoyens du XXIe siècle, et les jeunes qui sont dans les tribunes aujourd'hui, ont abdiqué la protection des données personnelles, et toutes les CNIL du monde n'y pourront rien, pas plus que le législateur que nous sommes, parce que, volontairement ou non, nous adhérons au système, comme je vais vous le démontrer.

Comment les psychiatres et les sociologues analysent-ils notre rapport avec ce petit objet transitionnel, iPod, iPad et autres, que nous tenons en main fiévreusement pour « twitter », « facebooker », échanger rageusement, souvent d'ailleurs des banalités et des séquences de notre vie privée. Comment faisait-on avant ?

Notre accord est si évident pour l'usage d'internet que Twitter et Facebook sont exclus des politiques de protection, par application, sans doute, comme M. Jourdain faisait de la prose, du principe de droit volenti non fit injuria – il n'est pas porté atteinte à celui qui consent.

Mais précisément, à quoi consent-on quand on clique ? Question existentielle dans notre monde dématérialisé, question philosophique, sociale et juridique – nous voilà encore sur le même plan, mon cher collègue.

Un petit clic est la porte ouverte à vos données personnelles, vos photos, vos localisations, la photo de votre maison avec une précision telle qu'on peut lire la plaque d'immatriculation de la voiture qui est garée devant chez vous, qui n'est pas forcément la vôtre, d'ailleurs – on a obtenu un floutage, mais n'importe quel technicien peut l'enlever.

On abdique le respect de la vie privée, le secret de l'instruction, le droit au respect à une procédure contradictoire ; on renonce à poursuivre les sites et les auteurs grâce à l'usage de l'anonymat. Alors, l'internaute n'a plus de droits et, dans ce contexte, aucune obligation.

Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose, et en toute impunité,  du fait de l'anonymat et de l'usage de pseudonymes souvent d'un goût douteux… Nous revoilà dans le débat sur les sénateurs ringards qui ne comprennent rien et veulent restreindre la liberté d'expression !

Oui, nous avons abdiqué, mais je persiste. Je milite, vous le savez, pour que l'adresse IP – Internet Protocol – ne soit pas une donnée personnelle, afin qu'il soit plus facile de poursuivre les personnes qui diffament sur le net. Même si je dois rester la seule de mon espèce je considère que la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres.

Mais, voyez-vous, la vague est trop forte, trop haute et les plus courageux renoncent à se battre, sachant qu'ils n'obtiendront pas gain de cause, même si la cause est juste et légitime.

La technique l'emportera sur le droit. Nous serons évidemment dans la situation d'une lutte entre l'obus et le blindage : le temps de concevoir le blindage, l'obus sera plus performant encore. La France se situera une nouvelle fois au niveau des principes, mais ne pourra ni les faire partager ni les appliquer techniquement.

Pour le coup, ces principes valent la peine d'être défendus, même si c'est, selon moi, peine perdue !

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay