Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2014

Nathalie Goulet veut passer le Big Brother au crible, l'intercepteur intercepté

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014

Enregistré à la Présidence du Sénat le

PROPOSITION DE RESOLUTION

tendant à la création d'une commission d'enquête sur la création, le fonctionnement et les garanties techniques de la plateforme nationale des interceptions judiciaires (Pnij)

présentée

Par Mme Nathalie GOULET,

Sénateur

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

 Les dernières semaines ont été riches d'évènements se rapportant à des écoutes téléphoniques. Les derniers mois ont également été marqués par l'adoption de plusieurs textes contestés : projet de loi relatif à la géolocalisation et article 20 de la Loi de Programmation Militaire. D'ailleurs, la profession d'Avocat demande, aujourd'hui 20 mars, une réforme des interceptions des conversations téléphoniques des avocats.

 L'ensemble de ces évènements conduit le législateur à s'interroger sur les mécanismes d'interception, de stockage et de protection des données, d'ores et déjà, usant du "principe de précaution" et à titre préventif, sans attendre la survenance d'un éventuel incident.

 Des dérapages financiers et techniques ont été observés dans le passé, pour seul exemple le logiciel Louvois en charge des salaires des militaires, a vu son coût multiplié et inversement proportionnel à son efficacité, atteignant plus de 480 millions au terme du dernier rapport de la Cour des Comptes.

 Comme la presse n'a pas manqué de le souligner, les enjeux sont considérables. En 2012, 650.000 réquisitions judiciaires ont été adressées aux opérateurs de communication électronique. La même année, 20.000 interceptions téléphoniques (écoutes) et 12.000 géolocalisations ont été menées par les forces de l'ordre.

 Les interceptions judicaires sont des moyens d’enquête fondamentaux et quotidiens pour policiers et magistrats. Elles concernent les données relatives au trafic et au contenu de l'ensemble des communications électroniques (téléphonie fixe et mobile, fax, flux Internet). Ces moyens d’enquête modernes sont indispensables au bon fonctionnement de la justice, mais leur encadrement doit être strict dans la mesure où ils portent atteinte au droit et au respect de la vie privée, ainsi qu'au secret des correspondances.

Actuellement, la réalisation matérielle de ces interceptions est confiée à six entreprises privées (Foretec, Elektron, Amecs, Azur Integration, Midi System et SGME). Dans les prochains mois, un nouveau système centralisé, confié à un seul opérateur (THALES), doit remplacer le système actuel. Il s’agit de la "plate-forme nationale des interceptions judiciaires" (PNIJ), projet ayant pour objet de faire face aux évolutions technologiques en matière de communications électroniques et de rationaliser, en matière de frais de justice, les coûts liés aux réquisitions adressées aux opérateurs de télécommunications. La PNIJ interviendra en aval des opérateurs et en amont des officiers de police judiciaire et agents de la douane judiciaire.

De nombreuses interrogations entourent la mise en place de cette plate-forme centralisée : retards dans le calendrier de démarrage, augmentation importante des coûts, sécurité du stockage, de la gestion, de la sauvegarde et de la destruction des données confiées à la société THALES.

Dans cette période particulièrement sensible pour nos finances publiques et à l'heure de Big Brother, il est indispensable que la représentation nationale soit pleinement informée des garanties techniques concernant les données saisies, utilisées et stockées, des modalités de fonctionnement des données qui seront demain sous le contrôle d’un seul opérateur privé, dont on ne peut exclure qu'il connaisse des modifications de son actionnariat, notamment avec des actionnaires étrangers.

PROPOSITION DE RESOLUTION

 Article unique

 En application de l'article 51-2 de la Constitution, de l'article 6 de l'ordonnance n° 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires et des articles 6 bis et 11 du Règlement du Sénat, il est créé une commission d'enquête composée de 21 membres, chargée de recueillir toutes les informations concernant la saisie, l'utilisation et le stockage de données personnelles, dans le cadre d'interceptions électroniques (sms, mails, téléphone), et de s'assurer des garanties financières apportées par l'opérateur, notamment pour la bonne fin de l'opération et également en cas de modification de son actionnariat.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran