Non à la mithridatisation de la société française :

La société française ne doit pas être mithridatisée et s'accoutumer au vote d'extrême droite

Le 23 avril, vers la mithridatisation de la société française  ?

 

La mithridatisationrappelons le, est une technique qui consiste à ingérer des doses croissantes d’un produit toxique afin d’acquérir une insensibilité ou une résistance.

Directement inspirée  par le roi Mithridate VI, selon la légende il serait parvenu à s’immuniser en absorbant de petites doses de poison.

 

Le 21 avril 2002 et l'arrivée de Jean Marie Le Pen au 2e tour de l'élection présidentielle avait créé un choc si important que la classe politique et les citoyens s'étaient précipités dans la rue pour dire leur choc, parfois leur effroi, en tous les cas leur réprobation à l'égard d'un vote qui apparaissait à l'époque comme un vote de contestation.

Sondages après sondages, élections après élections,nous nous sommes habitués à la présence de l'extrême droite qui désormais fait partie du paysage politique français.

Chacun pense ce qu'il veut de ses leaders et de son programme, mais plus personne ne nie la place grandissante qu'il prend dans ce paysage politique .

Désormais plutôt que de voter pour un programme,on vote contre le Front National.

Le premier tour du scrutin présidentiel passé, les partis démocratiques, en panne de renouvellement, et qui sont responsables par leurs actions ou davantage par leurs inactions de la montée du vote populiste en faveur de l'extrême droite, reprennent leurs querelles d'égos.

Confiants dans le Front républicain contre le Front !

Or, il faut constater que ce Front, si fort en 2002, se fissure  chaque jour et que le 2e tour pourrait, le 7 mai, réserver encore quelques surprises.

La multiplication des hashtags #sansmoile7mai ou les prises de position de certains élusle silence d'autres,attestent de ces fissures.

La mithridisation de la société, confortée par les exemples étrangers, fait son chemin, en même temps que Marine Le Pen au sommet de son art oratoire, surfe sur les mensonges et la peur.

Le poison se répand et beaucoup finissent par s'y accoutumer et puis si elle ne gagne pas cette fois-ci, elle gagnera des sièges aux législatives et c'est certain elle sera élue en 2022.

Je ne me résous pas à voir, ou à laisser distiller, un poison comme l'extrême droite dans mon pays.

Je ne me résous pas à voir le 7 mai prochain un score de 55/45 en faveur d'Emmanuel Macron.

Je ne me résous pas à entendre sur toutes les chaînes de télévision et les journaux dans le monde entier que la France est devenue un pays d'extrémistes de droite, ou plus de 30 % de la société serait notamment antisémite, islamophobe, homophone, xénophobe et euro sceptique.

Je ne m'y résous pas !

Pendant l'entre deux tours le candidat Emmanuel Macron doit convaincre de son programme et mettre au premier plan les sujets non résolus depuis 30 ans et qui ont fait le lit du Front National.

Il faut que sa victoire soit éclatante et son score le plus haut possible.

Pas pour lui , ni pour son ego, ni pour un programme dont le contenu peut légitiment faire douter tout autant que le côté attrape-tout des recrues, ouvriers de la 25e heure qui rejoignent En Marche par opportunisme !

Le score d'Emmanuel Macron doit se rapprocher de celui de Jacques Chirac en 2012 (82,21 %).

Pas pour lui mais pour la France et son image dans le monde.

Pour montrer que la société française résiste à la mithridisation et qu'un poison reste un poison.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.