Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 janv. 2016

Arabie Saoudite : dans la lutte contre le terrorisme le Royaume montre la réalité de son engagement

Retour de mission ,l'Arabie Saoudite ,cible de Daesh montre des signes d'une vraie volonté de combattre le terrorisme et fait face aux critiques dont le Royaume est l'objet. Pas facile de combattre une mauvaise image!

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Retour de Mission en Arabie Saoudite .pays cible de toutes les critiques.

A l’heure où tous les feux de l'actualité j'allais dire de l'amour sont braqués sur l'Iran et ses immenses perspectives économiques,il était intéressant de mener une mission de quelques jours en Arabie Saoudite.

Il y va des états comme des êtres humains, et il est parfois difficile de contrer une mauvaise réputation .car enfin qu'elle se démène ou qu'elle reste coi l'Arabie Saoudite passe pour un état qui finance à la fois le terrorisme et l'Islam radical.

Nous sommes allés y voir d'un peu plus près et ….Il y va des états comme des êtres humains ils changent et évoluent.

C'est une Arabie Saoudite plus inquiète qu'heureuse que nous avons rencontrée, c'est pourquoi ,il me semblait important de faire ce point ,sorte de modeste « Choses Vues »,sans complaisance ni naïveté.

Première critique, l'Arabie Saoudite tirerait profit de sa gestion des lieux Saints et fait comme jadis, les marchands du Temple, commerce de la Foi.

 Rencontre avec Le Ministre du Pèlerinage d'abord, ministre de 1,5 milliard de musulmans dans le monde ,puis avec le Gouverneur de La Mecque ,SAR le Prince Khaled al-Faysal Al-Saoud.

Le Royaume a une politique particulièrement transparente sur cette question, à savoir ;il délivre des visas gratuits et le Pays ne tire aucun profit du pèlerinage compte tenu des millions investis dans la sécurité , les unités de soins y compris chirurgicaux ,la prévention des épidémies la formation ,les traductions et l'accueil  de millions de personnes autour des lieux Saints éclatés autour de différents sites.Pour ce faire le Ministère en charge prend des mesures pour contrôler la qualité et la déontologie des agences de voyage habilitées ,47 en France ,et retire des agréments en cas de non respect des prescriptions du cahier des charges.

Bien entendu il y a encore et toujours des progrès à faire, d'ailleurs très prochainement ,le Hadj sera totalement connecté ,chaque pèlerin disposera d'un bracelet qui comprendra toutes les informations utiles : le circuit ,les tickets repas ,les billets de trains ou autre moyens de transport et toutes autres données utiles au bon déroulement de ce moment si important de la vie d'un Croyant.

Ce bracelet permettra aussi des identifications plus faciles et une meilleure surveillance des foules.

Deuxième attaque :L' Arabie Saoudite financerait et soutiendrait le terrorisme…changer de parangon est-ce possible ?

Rencontres au Parlement ,au Ministère de l'intérieur ,à la direction de l'aviation civile.

Première cible des attentats, puisque il faut le rappeler , l'Arabie en a subi plus de 152 attaques faisant une centaine de morts et plus de 500 victimes parmi les forces de police ,et directement menacée par Daesh ,l'Arabie a pris ces dernières années et ces derniers mois de nombreuses mesures notamment pour contrôler les mouvements financiers et endiguer les mouvements suspects.

A la tête d'un coordination de 34 pays contre Daesh ,l'Arabie Saoudite est consciente de son rôle d'acteur majeur de la région.

Outre les mesures classiques  de sécurité , de formations et de coordinations ,y compris avec la signature d'une convention de coopération avec la France ,l'Arabie Saoudite a pris et c'est un peu moins connu de nombreuses mesures pour endiguer le financement du terrorisme.

Ainsi la mise en place d'unités de lutte contre le blanchiment d'argent, la création d'un département d'investigation financière, le contrôle des règles qui régissent l'ouverture de comptes bancaires et la surveillance des organismes de bienfaisance.Plus de 40 d'entre eux ont été fermé, les quêtes au profit d'actions sociales sont désormais interdites dans le Royaume.

Nous savons que ces mesures sont difficiles à appliquer et qu'il faut du temps pour les valide , la France et l'Europe balbutient sur cette voie depuis des années maintenant 

L’Arabie Saoudite avec une détermination non feinte est entrée dans cette phase de lutte contre le terrorisme , c'est une certitude.

Il faudra que les médias si prompts à faire du bashing s'y habituent sans naïveté mais avec réalisme.

La lutte contre le terrorisme passe par la lutte contre son idéologie et par l'éducation.

Parmi les étapes de ce déplacement, la visite exhaustive et filmée par une télévision française du centre de déradicalisation.

J’entends déjà les persiflage ….

La création il y a plusieurs années du centre Mohammed ben Nayef à Ryiad était une interrogation pour beaucoup de ceux qui comme je le fais, s'intéressent à la lutte contre le terrorisme

L'Arabie Saoudite accusée de former les terroristes aurait un centre de déradicalisation Pompier pyromane pour les uns ,vitrine de chasteté pour les autres .

La visite de ce centre et la rencontre avec les professionnels qui traitent les <clients >,en présence de l Ambassadeur de France ,et d’une équipe de télévision française ,a été un vraie surprise.

Loin des clichés d'une sorte de Terezienstadt , c'est au contraire un centre très structuré doté de moyens importants que nous avons découvert.Le centre n'est pas une alternative à la sanction et n'intervient qu'à son terme, en coordination avec les instances pénitentiaires,seuls les détenus volontaires qui ont fini leur peine peuvent  bénéficier de son programme.

Après un long examen psychologique, pour vérifier la réalité de leur volonté de s'amender , de réintégrer la société , qui s'étend sur plusieurs semaines les " clients" sont admis dans ce centre.

Les personnes qui suivent ce traitement  ne sont ni patients ni détenus, ils sont appelés "customers" clients ,ou bénéficiaires , cette terminologie d'ailleurs est assez révélatrice de l'ensemble.

Entourés de médecins ,psychologues ,sociologues formés dans les meilleures universités notamment américaines ,les ex détenus ,"les clients" de ce centre sont pris en charge par des thérapeutes ,y compris ceux qui utilisent l'art thérapie .

Logés et hébergés dans ce centre ,doté d'équipements sportifs et éducatifs, ils suivent des cours et des formations et n'ont pas la possibilité de sortir avant 3 mois ,les téléphone portables sont interdits des lignes fixes surveillées sont à disposition.

Des accommodations sont faites pour recevoir les familles et les enfants ; le centre place la famille au centre du dispositif de réintégration sociale ,les programmes mettent la responsabilisation sociale au cœur des dispositifs ,les éducateurs pensent à tord ou à raison , qu'une personne entourée par femme et enfants retrouve le sens des responsabilités.

Le centre accompagne les clients dans une intégration sociale outre les moyens importants dont dispose ce centre et les infrastructures dont on peut penser que le France n'aura pas les moyens de se doter ….reste la méthode…

J'entends déjà les commentaires … à vrai dire peu importe les commentaires et les sourires narquois …la méthode est intéressante appliquée par de vrais experts universitaires et des thérapeutes , est une méthode à long terme qui suit  une feuille de route simple :

-s'assurer de la volonté du client de revenir au sein de la société

-lui en donner les moyens dans une première phase de 3 mois

-procéder  des évaluations très régulières des progrès au moyen d'une batterie de tests qui devraient permettre d'éviter les simulateurs.

-investir dans l'éducation et la formation.

Ce centre qui traite aussi du cas des femmes radicalisées aurait obtenu un taux de réussite de 85% depuis son ouverture et a traité plus de 6000 personnes.

Si nous sommes tous en droit de nous interroger sur la réalité de ces chiffres il reste que la méthode utilisée peut être dupliquée.

La volonté réelle et clairement affichée par une équipe de plus de 100 personnes avec des consultants extérieurs ,très bien formée , de recréer le lien social ,par le travail et la famille contraste franchement avec la politique uniquement répressive menée dans certains pays occidentaux .

Alors que nous tâtonnons dans la création de tels centres ,aussi curieux que cela puisse sembler nous pourrions sans doute nous inspirer du modèle saoudien ,dont la méthode semble transposable ,et notamment dans l'instauration d'évaluations régulières .

L'Arabie Saoudite qui, fait la Une de tous les hebdomadaires pour son régime, son statut des femmes et son application de la charria mériterait sans doute aussi que l'on s'intéresse de plus près aux changements qui se profilent dans la société, toujours trop lents pour certains observateurs et les associations en charge de promouvoir les libertés fondamentales.

Personne ne peut en France, adhérer aux exécutions capitales  pratiquées en Arabie , en Iran ,en Chine , aux USA ou dans tous les autres pays où la peine capitale est appliquée , mais je suis certaine qu'un sondage auprès de nos concitoyens , conduirait le gouvernement  français, dont ils sont la boussole à envisager son rétablissement.

Avec des femmes saoudiennes, nous avons échangé sur leurs luttent de tous les jours elles veulent le changement, mais le changement pour toutes et avec toutes, elles sont déterminées et engagées dans le combat vers l’égalité, c’est elles qui fixent leur agenda ,c’est leur Pays ,leurs traditions ,c’est en les respectant qu’elles avancent vers une reconnaissance à laquelle nous aspirons pour elles.

Aucune pression extérieure n’est souhaitable d’après elles, au contraire ,elles seraient contre-productives.

Faisons leur confiance…

Chaque pays a son propre agenda ,et évolue à son rythme ,l’Arabie Saoudite n'échappe pas à la modernité ,elle l'appréhende avec ses traditions et sa culture diamétralement opposée à la nôtre ;dans le combat contre le terrorisme ,elle est définitivement et clairement entrée dans la lutte contre DAESH.

Il faut pour mieux comprendre s'attacher aux faits sur le terrain, le travail de diplomatie parlementaire est utile encore une fois,en tenant compte de nos différences et de nos oppositions mais toujours avec respect.

Un rapport complet sur cette mission sera disponible bientôt sur le site du Sénat ,il sera étayé de documents ,nous travaillons en transparence sans compromissions ni naïveté ,c'est tout l'intérêt de la diplomatie parlementaire.

D’ailleurs ce soucis de transparence, signe d’ouverture a permis à un journaliste de la chaîne parlementaire de nous suivre sans tabou dans nos déplacements et entretiens alors il ne faudra pas manquer ce rendez-vous qui s’annonce exceptionnel lundi 2 févier sur la chaine Public Sénat.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran