Seraya Maouche
Bioinformaticienne, ingénieure en informatique,entrepreneuse "Life-Sciences" et co-fondatrice de l'association Ethique & Intégrité.
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2016

Femmes en sciences : pas une seule femme pour le « Zukunftspreis » !

Les femmes scientifiques de nouveau exclues, il n'y a aucune femme allemande nominée pour l’édition 2016 du prestigieux Prix de l’avenir «Deutscher Zukunftspreis ». La première économie européenne enregistre beaucoup de retard dans la lutte pour l’égalité hommes-femmes.

Seraya Maouche
Bioinformaticienne, ingénieure en informatique,entrepreneuse "Life-Sciences" et co-fondatrice de l'association Ethique & Intégrité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les femmes allemandes ont-elles réussi à se débarrasser totalement du système des 3K ? Au 19ème siècle, Kaiser Wilhelm II, le troisième et dernier empereur allemand, défini un rôle pour les femmes qui se limite à "Kirche, Küche, Kinder". Ces trois "K", que l'on peut traduire, dans l'ordre, par "église", "cuisine" et "enfants", représentait les valeurs traditionnelles dévolues aux femmes.

Cette définition est donc antérieure à l'avènement du régime nazi, mais elle demeure associée au Troisième Reich. Le discours d'Adolf Hitler en septembre 1934 à l'« Organisation des femmes nationales socialistes » (NS-Frauenschaft) affirma que pour la femme allemande son « Univers est son mari, sa famille, ses enfants et son foyer » !

En Allemagne, les femmes ont toujours été considérées inférieures à leurs contemporains masculins.

Au cours des dernières années, beaucoup de choses ont changées pour les femmes allemandes, mais il n'est toujours pas facile de concilier vie de famille et carrière professionnelle. Le 9 mars 2011, Katharina Cheimanoff  a publié "l’Allemagne : le tourment européen de l’égalité des sexes", dans lequel elle a discuté les inégalités hommes-femmes, qui sont encore très marquées en Allemagne.

Comme en 2015, les femmes scientifiques allemandes de nouveau exclues, il n'y a aucune femme nominée pour l’édition 2016 du prestigieux Prix allemand de l’avenir  « Deutscher Zukunftspreis ».

Créé en 1997, ce prix récompensent des prestations exceptionnelles en matière d'art, d'économie, de technique ou de recherche scientifique. Il est remis chaque année par le président de la République fédérale (Bundespräsident, en allemand).

Les huit scientifiques qui ont été sélectionnés pour le Prix allemand de l’avenir © http://www.deutscher-zukunftspreis.de

 « Le 30 Novembre 2016, le Prix allemand de l’avenir sera décerné pour la vingtième fois. Cette année, l'accent sera mis sur la technologie du laser, les systèmes de propulsion verts destinés à l'automobile, ainsi que les matériaux de construction écologiques et rentables.», annonce le message du président de la République fédérale Joachim Gauck.
 

Trois projets et huit scientifiques ont été sélectionnés, mais pas une seule femme. Depuis sa création, seulement six femmes ont reçu ce prix (contre 42 pour les hommes !).

Sur Twitter, la microbiologiste Elisabeth Bik a regretté l'absence des femmes dans la liste des nominés. La scientifique ajoute : "le plus triste dans cette histoire est que si les femmes se plaignent de ces proportions déséquilibrées, elles risquent de perdre leur travail."

Allemagne: situation de la femme en recherche scientifique © Elsevier

Un "avenir sans femmes", a commenté Deutsche Welle (DW), qui espère que l'édition 2017 fera mieux de celle de l'année en cours.

La première économie européenne fait à peine mieux que la France en ce qui concerne la situation des femmes en sciences. La France compte seulement 26% de femmes dans la recherche scientifique, l'Allemagne compte 28% selon les derniers chiffres de l’institut de statistiques de l’UNESCO.

Publié le 27 octobre 2015, le Rapport Elsevier indique qu'en Allemagne, bien que la proportion des femmes chercheurs augmente, on ne compte que 15,3 % de chercheuses en informatique et 16,2 % en mathématiques, tandis qu'en médecine vétérinaire et en psychologie, la proportion de femmes  dépasse 50 %.

Comme l'illustre la figure ci-après, la baisse de la proportion des femmes en sciences commence dès l'université. Au premier cycle, 45% des étudiants en sciences sont des femmes. Cette proportion diminue à 40% en 3e cycle et à 28% pour le poste de chercheur. Une tendance similaire est observée pour la France.

Femmes en sciences: situation en France et en Allemagne © UNESCO - Institut de statistiques

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin