Serco Aghian
Le Silloneur de théâtres
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 oct. 2022

Serco Aghian
Le Silloneur de théâtres
Abonné·e de Mediapart

Lettre ouverte à Madame Von der Leyen

L'Europe aime les dictateurs, preuve en est que Mme Von der Leyen courtise M Aliev. Lettre ouverte à Madame Von der Leyen

Serco Aghian
Le Silloneur de théâtres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame,

Auriez-vous aimé Hitler, Madame Von der Leyen ? Car, d’une époque à l’autre à 80 ans de distance, vous venez quasiment d’embrasser un dictateur dont les méfaits guerriers sont comparables, voire sur certains aspects pires que ceux des Nazis. Ces derniers avaient déshumanisé Juifs, Tziganes et autres personnes déportées ou exterminées, cela se faisaient surtout dans les camps. Mais celui que vous honorez en ce moment utilise un langage qui, d’office, rend inhumain les personnes qu’il nomme ainsi : « des chiens à éliminer ». A partir de là, tout est permis, notamment de ne pas appliquer les conventions internationales de guerre, telles les exécutions sommaires des prisonniers de guerre, les bombardements avec des armes interdites (à sous-munitions, au phosphore blanc, etc.), les tortures infligées aux soldats prisonniers bien avant leur exécution, la non restitution de prisonniers après un cessez-le feu, les attaques répétées et volontaires contre des civils. J’arrête là, car la liste est longue.

Ainsi, votre ami, en la personne du dictateur de l’Azerbaïdjan, a dépassé le seuil des exactions commises par les Nazis. D’ailleurs, si Hitler a été un dictateur, il a d’abord été élu démocratiquement, contrairement à votre ami. En disant cela, je ne suis pas un admirateur de ce premier, ni, vous l’aurez compris j’espère, du second. Ni de quelconque autre dictateur ou dirigeant autoritaire, tel celui que vous détestez – avec raison – Monsieur Poutine.

Votre ami est aussi l’ami d’un autre industriel de l’élimination en la personne de Monsieur Erdogan. Faut-il le présenter ? Non seulement il est pourvoyeur d’armes très sophistiquées à son ami, sans être inquiété par l’OTAN dont son pays fait partie, mais il a le grand projet d’étendre l’empire ottoman jusqu’au frontières de la Mongolie en « récupérant » ce pays qu’est l’Arménie et qui est une épine dans ce projet. Tranquille donc, malgré, là aussi, des exactions condamnables mais non condamnées, entre autres à Chypre ou au Kurdistan.

Décidément, Madame, vos amis sont peu avenants dans la défense de la Justice. Car là est bien le problème. La Justice Internationale. Mais qui êtes-vous réellement, Madame Von der Leyen ? Qui vous a posté au sommet d’une organisation de gouvernement d’une entité nommée Europe que certains citoyens ont rejetée mais que leurs propres (sic) gouvernants ont quand même ratifié. Ainsi faut-il y voir là une défiance entre les élites que vous représentez et les citoyens qui veulent vivre autrement. Là est un autre débat, mais essayez d’y penser lorsque vous asséner vos normes, qu’elles soient économiques, politiques, diplomatiques.

Car, par votre amitié envers ce dictateur, vous engagez l’Europe et ses citoyens vers ce qui s’annonce être le premier génocide du 21e siècle. Qui en aura la responsabilité ? Vous aurez sans doute quitté vos fonctions lorsque la catastrophe arrivera et vous serez lavée de toute compromission avec un criminel. Bel exemple d’humanité !

Sans doute ignorez-vous ce qu’il se passe aux frontières de ce petit pays qu’est l’Arménie, et qui n’a rien à vous offrir que son savoir, son savoir-faire et sa culture multi-millénaire. Juste ceci pour que vous puissiez prendre un peu connaissance des actes de votre ami : sur des réseaux sociaux, une vidéo circule, vérifiée par le Ministère de la Défense arménien, où l’on voit un groupe de soldats azéris exécuter sur place des soldats arméniens qui se rendent prisonniers. C’était le 13 septembre. Ci-après les commentaires sur Twitter de :

Madame Hasmik Tolmajian·(Ambassadrice de l’Arménie en France) :

Oct 2 : Encore une vidéo horrible montrant des soldats azerbaïdjanais exécutant des prisonniers de guerre #arméniens. La communauté intle doit fermement condamner ce crime de guerre et prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à l'agression d’#Azerbaïdjan.

et

Monsieur Nikol Pashinyan (Premier Ministre de l’Arménie) :

Oct 2 : Yet another horrific video circulated in social media: Azerbaijani soldiers are arbitrarily executing group of #Armenian POWs on sovereign Armenian territory. Int'l community should strongly condemn & address this war crime & take appropriate measures to halt Az's aggression.

Vous n’avez certainement pas les bonnes lunettes pour bien voir comment votre ami agresse l’Arménie. Si votre problème n’est pas une question médicale, alors faites un pas de côté, vous pourrez ainsi changer de point de vue.

Je vous salue sincèrement, Madame Von der Leyen, malgré votre amitié à ce dictateur évidemment infréquentable. Mais visiblement, pas pour tout le monde.

Serco Aghian, citoyen français, metteur en scène

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier