Sarkozy / Juppé: Il nous faut analyser les commentaires de Droite aux discours de notre Président !

Il me semble moins intéressant de filer les citations racistes (de la garde rapprochée de notre Président) que de montrer l'absence de réaction à Droite.

Pour prendre un contre-exemple qui est bon d'analyser avec attention, je pense à la réaction d'Alain
Juppé
.

Note du 15/8/2010: Le journal LeMonde fait également une analyse de la "critique" (souligné par moi) d'Alain Juppé.

 

On peut d'abord noter le ton qui se veut mesuré...

D'abord un constat qui, je le sais, ne convaincra personne: notre pays n'est pas à feu et
à sang; quand on considère ce qui se passe à l'étranger, dans des Etats
économiquement et socialement comparables au nôtre, on voit que nous ne
faisons pas plus mal que les autres. Il y a des quartiers difficiles partout
ailleurs en Europe et en Amérique du Nord.

, le texte est aussi long qu'un Post d'EOLAS.

Analysons bien le texte d'Alain.

Il insiste beaucoup sur le fait que la délinquance a baissé (sous-entendu
pendant les 8 dernières années).

Deuxième constat, et ici je m'appuie sur mon expérience de maire de Bordeaux: des
progrès indéniables ont été accomplis depuis quelques années. On m'objectera
qu'on fait dire aux statistiques tout et son contraire. Mais lorsque la méthode
de calcul est la même au fil du temps, l'évolution des chiffres a une
signification incontestable....

Ensuite, il use d'outils que François Hollande a souvent utilisé. Cela
consiste à dire "ca va mieux/ca va pire/ca va mieux/ca va pire" (ils
le disent beaucoup mieux que moi) ...

Est-ce à dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes? Ce serait un déni de
réalité que de le prétendre. Il y a bien, en France, des zones de non-droit où
les lois sont bafouées et où la police hésite à pénétrer.

... et au bout du compte avec cette technique, je pense que l'on veut
noyer le poisson... pour arriver à la solution que L'Homo-Politicus nous
propose.

Alors, que faire?

Je vous passe les commentaires d'Alain. Mais je vous cite les éléments
les plus creux.

Je rappellerais volontiers, dans la foulée, cette belle maxime de
Montesquieu: "Quand il n'est pas nécessaire de faire une loi, il est nécessaire
de ne pas en faire."

Cette remarque n'apporte rien car elle peut s'appliquer à toutes les
lois à voter.

Ensuite, comme on est quelqu'un de grand, on peut se permettre de critiquer
un Homme à sa mesure.

De là à soutenir que les libertés publiques sont en danger en France, il y a évidemment
de la démesure. Malgré toute l'estime et même l'amitié que j'ai pour lui, je
trouve que Michel Rocard, lorsqu'il évoque Vichy et le nazisme, perd le sens
commun.

Quelle critique fait il à Michel Rocard ? Perdre le sens commun !

Je répondrais:

c'est un peu court, jeune homme!

 

 

Enfin, il fait part de ses propositions qui si on les lit bien confortent
tout à fait la Politique de son camp.(videosurveillance, etc.)

En conclusion. Il est important de solliciter les réactions des personnels
politiques de Droite face aux discours de Sarkozy (et de sa garde rapprochée).

Pour vérifier qu'ils restent démocrates (et donc s'éloignent de Sarkozy),
qu'ils commencent à douter de leur candidat pour 2012. Dans l'exemple d'Alain Juppé,
il me semble qu'il ne veut pas encore s'éloigner de Sarkozy même si des doutes
pourraient commencer à apparaître.

 

De toute façon, je préfère de beaucoup le Post d'EOLAS. Mon seul commentaire:
"Chapeau bas !"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.