sergetahiti
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2010

sergetahiti
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Des nouvelles du paradis (Tahiti)

Pendant que les médias nationaux n'ont d'yeux que pour les terrains de foot Sud-africains de la coupe du monde, la Polynésie française est paralysée par une grève générale depuis vendredi.

sergetahiti
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pendant que les médias nationaux n'ont d'yeux que pour les terrains de foot Sud-africains de la coupe du monde, la Polynésie française est paralysée par une grève générale depuis vendredi.

Les revendications sont vastes : les syndicalistes demandent la mise en place d'une caisse de chômage, inexistante ici, la fin des "licenciements massifs", le remboursement par l'Etat des sommes dues à la CPS, la sécurité sociale locale, pour les soins des anciens travailleurs malades du CEP ou encore que l'Etat tienne sa parole à propos d'un régime alternatif à l'ITR, ces ex sur-retraites des fonctionnaires d'Etat outre-mer.

Depuis vendredi, les négociations piétinent. Les administrations sont bloquées. Les vols internationaux sont rendus impossibles à cause d'une poignée de pompiers en grève à l'aéroport de Tahiti qui ne permettent aux avions de décoller ou d'atterrir. Et dimanche, près de 3500 passagers, touristes ou résidants étaient toujours bloqués à Paris, Los Angeles, Tahiti ou ailleurs.

La mobilisation n'est pourtant pas très forte et les syndicalistes subissent la même défiance que les politiques. Mais l'un des leaders du mouvement, Patrick Galenon, du syndicat CSTP-FO, reconnaissait que le niveau de la mobilisation n'avait aucune d'importance. La veille de la grève, il estimait que le mouvement pourrait durer plus de dix jours.

Les négociations ont débuté jeudi soir dernier, et ont repris le lendemain à 11 heures, juste après la fin du match de l'équipe de France (comme le reconnaissent certains syndicalistes). Les négociations n'ont ensuite repris que samedi soir, après que le président du Pays, Gaston Tong Sang se soit rendu sur l'ile de Tubuai, pour constater l'avancée des travaux de reconstruction après le passage dévastateur du cyclone Oli, début février, et qu'il ait assisté à l'élection de Miss Dragon, la reine de beauté de la communauté chinoise...

Ces dernières semaines, l'actualité a été marquée par les difficultés financières extrêmes du Pays, le président du Pays reconnaissant même que les salaires des fonctionnaires ont failli ne pas être versés. Auparavant, on parlait de crise économique qui s'accélère et du nombre d'emplois perdu. Début mars, une étude sur la pauvreté réalisée par deux chercheurs de l'INSEE et de l'IRD soulignait les inégalités sociales grandissantes et le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté s'élevant à près de 30% des ménages polynésiens. La Polynésie a perdu 15% de touristes au mois de mars 2010 par rapport à mars 2009, alors même que l'année dernière était une année particulièrement noire pour le tourisme en Polynésie.

Côté politique, le gouvernement Tong Sang continue à survivre mais sans majorité à l'assemblée. Du coup, l'opposition menée Gaston Flosse et par l'UPLD d'Oscar Temaru ralentit l'examen de tout projet. Et l'on imagine une nouvelle fois la main de Gaston Flosse derrière ces blocages politiques et syndicaux dans un pays patient, mais exsangue.

Les commentaires de colère se multiplient ces derniers jours sur Internet ou sur les répondeurs des radios.

Les esprits s'échauffent, on évoque un durcissement du mouvement.

L'Etat, de son côté, est aux abonnés absents.

PS : le mois dernier, on apprenait qu'il y a une vingtaine d'années, Gaston Flosse, maire de la commune de Pirae, avait fait installer une station de pompage pour sa résidence de l'époque, au frais de la mairie. Depuis, une vingtaine de foyers s'y sont raccordés. Depuis, ni Gaston Flosse ni ses voisins raccordés n'auraient payé leurs factures d'eau. Selon les comptes-rendus du conseil municipal, sa consommation en eau est 15 fois supérieure à la moyenne. L'actuelle équipe municipale a décidé de porter plainte.

On apprenait également que Gaston Flosse avait fait installer l'éclairage public sur une servitude...privée, qui mène à son actuelle demeure. Toujours aux frais de la mairie!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Défense et diplomatie
Ukraine : cette gauche qui n’a rien appris
Une partie de la gauche radicale aborde la guerre en Ukraine avec des grilles de lecture vieillottes. Celles-ci négligent excessivement la nature des régimes en compétition sur la scène internationale. 
par Joseph Confavreux et Fabien Escalona
Journal
Congrès EELV : Marine Tondelier en passe de prendre « la suite »
L’élue municipale à Hénin-Beaumont et cadre dirigeante de longue date est arrivée largement en tête du premier tour du congrès d’Europe Écologie-Les Verts. Mélissa Camara, candidate proche de Sandrine Rousseau, arrive troisième derrière la proche de Yannick Jadot, Sophie Bussière. 
par Mathieu Dejean
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens