Sergio Casa
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2013

@ Laurent Mauduit. Pour aller au fond des choses, en toute conscience intellectuelle !

Sergio Casa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

@ Laurent Mauduit.

Cher Monsieur,

Hollande ne saurait remettre en question le cadre européen et international... Il se veut donc le bon élève discipliné qu'il a surement toujours été. L'Etat connaît et va connaître encore plus de difficultés de financement dans les prochaines années : pour y faire face, il importe de disposer d'un système robuste et juste de calcul et de prélèvement de l'impôt. Ceux qui disent qu'il n'est pas bon de réformer dans la tourmente ont tort car sa gravité va croissant ! Rien ne sert de nier l'évidence : les temps d'abondance pour l'Occident sont révolus. Etre "pour ou contre l'austérité" est une posture sans intérêt. Huit milliards d'humains, un écosystème dégradé qui va nous faire payer nos années d’insouciance, des économies occidentales qui survivent par l'endettement et surconsomment les ressources au-delà des capacités naturelles de la Terre, un système de sécurité sociale rendu possible grâce à notre histoire (ex. richesse d'ex-empires coloniaux), des pays émergents qui ont légitimement droit à leur part du gâteau... Voilà des réalités qu'il faut prendre en compte avant de vouloir relancer une machine productiviste et surconsumériste trop axée sur le quantitatif et le court terme. Je ne suis donc pas sûr que l'austérité soit uniquement liée à des considérations d'orthodoxie budgétaire... Et que la situation du monde et la nôtre dans ce monde nous laissent d'autre choix...

Sinon, plus directement sur le sujet...

Plutôt que de battre monnaie (dilution entre tous via l'inflation générée), les Etats se financent par la dette et ponctionnent en impôts la charge de cette dette qui fait le business des banques et dont les profits alimentent ou les bulles spéculatives ou, mieux, les prêts à l'économie réelle. Il est clair que cette manière de financement des Etats n'est pas aussi "durable" (effets psychologiques) que la première. Et qu'elle pénalise ceux qui sont les plus touchés par l'impôt mais favorise aussi tous les intermédiaires du système financier (qui se sucrent au passage). Dans les deux cas, les catégories modestes sont les plus exposées (pas de patrimoine immobilier ou mobilier protégé de l'inflation et des taux d'imposition TVA proportionnellement fort).

Une simplification de notre système archaïque d'impôts et charges (qui se réfère aux années -1 et -2) va dans le bon sens. La retenue à la source sera aussi un vecteur de simplification et de modernité (temps "réel").

Cette réforme fiscale comme le choix d'un financement "propre" de l'Etat me semblent nécessaires et ne sauraient être encore repoussés. Et si l'Etat peut ainsi mieux se financer, avec efficience, ni découragement des citoyens et entrepreneurs, cela sera toujours mieux.

Dans l'attente de vous lire, bien à vous,

S. C.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille