Sergio Casa
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2017

Eux seuls sont "de gauche" !

Etre de gauche, c'est revendiquer une bonne conscience. Mais sous le vernis qu'il faut gratter, trouve-t-on réellement des pensées et des actes qui valident ce positionnement flatteur ? Il est courant de dénoncer les libéraux-sociaux ou sociaux-démocrates qui n'offriraient pas les garanties d’authenticité. Mais qu'en est-ils des "purs", la vraie gauche ?

Sergio Casa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce sont des purs, des durs... Ils y croient depuis toujours. Ils sont fidèles et ne bougeraient pas d'un iota leurs convictions. Ils ne veulent pas de compromis, hors la rupture, dans leur genre, ils sont aussi TINA (there is no alternative de Thatcher). S'il faut une révolution... s'il faut suspendre les libertés individuelles, ils seraient même prêts à l'accepter. La vie politique, ils la décryptent avec le même point de vue, depuis des décennies. Leur analyse aboutit toujours à un constat dichotomique opposant les vilains capitalistes, les anglo-saxons, aux gentils travailleurs paupérisés et exploités. Au terme d'un parcours de militance et blindés de conviction, c'est finalement l'aigreur qui subsiste après un chapelet de défaites. Celle du héro des Insoumis, l'autoproclamé Mélenchon clôt la liste à ce jour. Quel paradoxe de miser sur l'homme providentiel quand on soutient la vraie cause du Peuple !

Leur vérité repose sur des arguments démagogiques dénonçant la seule cause des dysfonctionnements sociaux et économiques actuels qui vaille à leurs yeux : la rapacité capitaliste avec son injuste répartition des richesses (que dénoncent Piketty et même le FMI). Malheureusement, même si cette dénonciation allait à son terme, cela n'aurait que peu d'effet et fait passer à côté de l'essentiel, toutes les autres causes de la crise actuelle : environnement, climat, surpopulation, marchés saturés et de renouvellement, transformation numérique et... péréquation résultant de la mondialisation.

Les "vrais" gens de gauche mettent toujours en avant la relance keynésienne comme si notre planète polluée, épuisée, surchauffée pouvait encore soutenir la croissance quantitative sur tous ses continents. Comme si le travailleur occidental (qui "profite" quand même d'un niveau de vie élevé dans un Etat à l'infrastructure fragile mais encore debout) pouvait espérer que huit milliards de bouches à nourrir dans un environnement dégradé n'auraient aucune incidence sur ses niveau et confort de vie. Alors que des milliers de gens, toujours plus nombreux, se précipitent, au péril de leur vie, "chez nous" pour y survivre.

Pour moi, la véritable voie de salut se trouve dans une coopération et un partage mondiaux, de sorte de rééquilibrer les richesses vers les pays démunis mais surtout d'arriver à sortir du productivisme et du consumérisme avec les moindres casses et tensions, sociales et internationales. Les apprentis sorciers du nationalisme et des identités culturelles ou religieuses me semblent un aussi gros obstacle (si ce n'est plus) que les partisans d'un système économique qui tend à minimiser les différences. On pourra toujours objecter que les seconds nourrissent les premiers mais n'est-ce pas un raisonnement facile quand les difficultés résultent de multiples autres causes ?

La vision économique de la "vraie" gauche serait presque excusable si cela n'était qu'artifice démagogique mais tristement, ils croient dur comme fer à leur justesse de leur vue... Celui qui les ose les contredire est soupçonné de "collaboration" : eux sont véritablement "de gauche" quand leur contradicteur est jugé "de droite" sous camouflage. Pourtant, rares et partiaux sont les aboutissements positifs qu'ils peuvent invoquer (à l'actif de politiques conduites ailleurs - ouf !). Et ces aboutissements ont toujours un prix à commencer par la privation de liberté politique (qu'on minimisera en la jugeant bourgeoise et individualiste). Là aussi, ils cèdent à la facilité... Et pensent pouvoir imposer ce "choix" au Peuple dont ils se sentent les éclaireurs à défaut des guides...

En définitive, ils s’accommoderaient d'un régime d'extrême droite qui aurait au moins ce mérite à leurs yeux de légitimer voire de rendre héroïque leur combat : une sorte de néo-Résistance qui porterait en germe l'opportunité d'installer enfin un régime conforme à leurs vues. L'amertume dans laquelle cette "vraie gauche" se trouve à l'issue de ce premier tour d'élection les incite à faire le pari du pire !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze