Les seins de l'une, les caricatures de l'autre. Moi, je préfère les fesses d'Eva

 

 

eva-longoria-ass-jork-weismann-shoot-09201-600x450.jpg 

C'est chacun ses goûts, tu me diras, ou médiras. Voire,  si tu es l'un des deux cousins du moyen-orient, medina ou mezouza. Tant que ce n'est pas Linda da Souza, ça me va.

 

Les seins de Kate Middelton c'est comme les caricatures de Charlie-Hebdo. A priori, c'est un truc dont tout le monde se fout. Parce qu'après tout, il n'est pas utile de dépenser quelques piécettes pour un journal dont le fond de commerce n'est pas la subvertion ou la provocation, mais simplement de faire monter les tirages une ou deux fois dans l'année pour verser des primes aux actionnaires ou se prendre une biture de plus entre dessinateurs.

 

Et puis des loches en balade on en trouve partout. Et quand on ne les voit pas on les devine, comme sur BFM TV pourtant une chaine on ne peut plus sérieuse.

2012-06-27_bfmtv-meteo_fanny-agostini.jpg 

 

La c'est sur que d'un coup, il va y avoir même parmi les Melenchonistes aigus une furieuse envie de regarder la chaine crypto capitaliste de l'info. En même temps c'est plus excitant que la moustache d'Edwy.

 

Pour ma part je trouve ça encore plus beau. La pudeur, le charme, la magie de ce qui est caché, c'est beaucoup plus envoutant. Désacraliser le dieu et les seins pour un plaisir voyeur quel interêt ? Choquer pour se targuer de la liberté d'expression, pourquoi faire ?

On ne provoque que pour atteindre l'autre. Pour voir sa réaction de fureur et de colère. Pour manipuler et avoir ce plaisir que pour un instant, un instant seulement on a été le maitre du jeu. Que les projecteurs se sont tournés vers soi. Et après on retourne dans l'ombre son auréole de libertaire en bandoulière, brillant dans le noir comme une chaude-pisse attrapée dans les alcoves mucositeuses qui séparent l'entrée de service de la porte principale. 

 

Je serais musulman, je prendrais très mal le fait de voir caricaturé mon prophète. Je n'accepterais pas qu'on me dise qu'il n'y a pas de délit parce qu'il y a la "liberté d'expression". 

Parce que pour cette fois, la liberté d'expression ne serait qu'un paravent. Un écran de fumée. et toutes les belles paroles pour me dire que non, ce n'est pas moi qu'on vise mais les autres, les intégristes, et que c'est de l'humour ne me conviendraient pas.  Parce que même si je déteste ceux qui bafouent dans le sang ma religion, je n'oublie pas que c'est aussi moi qu'on attaque sans discernement. 

 

Parce qu'en France, il y a aussi la liberté de culte. Et que si je veux m'agenouiller sur un tapis en pleine rue, j'en ai le droit.

 

Mais je ne suis pas musulman, ni catholique. Je suis athée, et laïque. Mais la gifle de Charlie-Heddo, je l'ai reçue aussi. Parce que la laïcité, c'est aussi la tolérance. La laïcité c'est le respect de toutes les croyances et la préférence d'aucune. Alors un journal de petits blancs qui désigne et caricature  une religion qu'elle quelle soit, ça me fait penser aux unes de Minute 

 

images?q=tbn:ANd9GcRa2fjOSkVFJmgT6yfPgVrVkrRDfe9pIPN4DEQ0Ly4q9IAMzxlU 

Et les seins de Kate dans tout ça ?

C'est le même combat. Exciter les voyeurs, relancer les ventes du journal imprimé sur du sopalin à la place du papier-cul pour une fois, et choquer ceux qui par respect, ou simplement parce qu'ils n'ont jamais quitté le monde des contes de fées. sauf que ceux la ne risquent pas de se faire sauter devant un ambassade et que le gourou qui leur dicte leurs émotions s'appelle TF1 et pas Al-Qaida. C'est moins dangereux. Sauf à long terme ou on a constaté l'apparition de tumeurs cancéreuses du cerveau sur ceux qui regardent le journal de Jean-Pierre Pernaud appelée aussi "syndrome Marine Le Pen". Moi je regarde BFM...je ne donc risque rien à part un torticolis de la verge.

 

Et puis les seins de Kate, ne valent pas le cul de Pippa. 

11116|000050112|8fe0_Pippa-Middleton-crop1.jpg

 

De toutes façon ce sont les fesses d'Eva que je préfère, mais leur propriétaire vous en convaincra mieux que moi. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.