Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2015

De la rafle au bidonville: la politique de ségrégation.

Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Premier Juillet 2015. Demain, ce sera le triste anniversaire de cette rafle scandaleuse à Calais, pendant laquelle 710 personnes dont 110 enfants avaient été arrêtés et emmenés loin de Calais, pour y revenir par leurs propres moyens en quelques jours (y compris les enfants).

Cette rafle n’avait pour seul but que répondre aux exigences de la mairie et libérer l’endroit qui servait d’aire de distributions de repas. Cet endroit était alors occupé par ceux qui, quelques semaines plus tôt avaient dû assister à la destruction de leurs abris au motif d’une hypothétique épidémie de gale… 

La mairie ne veut pas de migrants en ville. C’est simple, clair et en pratique ça donne une forme de ségrégation inavouée. La mairie, soutenue par l’état, a réussi à éloigner les migrants de la ville en les parquant sur un bidonville toléré. Oui, toléré, cette fois ils ont le droit de rester là. Une ancienne décharge, c’est assez bien pour des migrants, on s’en fiche d’une décharge…

Un an après la rafle honteuse, pendant laquelle les militants, simples badauds ou journalistes avaient été éloignés (souvent avec l’usage de gaz lacrymogène et de matraques), nous en sommes là : la honte absolue, l’incompétence des autorités mise au grand jour, et surtout, pire que l’incompétence, le constat que le gouvernement français  a la volonté de ne surtout pas aider les migrants, à Calais comme ailleurs.

Au contraire, tout est fait pour nourrir un racisme et une xénophobie qui prend en France une proportion douloureuse.  Les politiques de tous bords ne communiquent pas des idées de vivre ensemble.  Ils ne le disent pas que les migrants ne sont pas un danger ou une menace pour la France. Ils ne se mobilisent pas pour faire respecter les droits fondamentaux des êtres humains… Non, ils font profil bas au mieux, ou ils utilisent le phénomène pour diviser…  Pire, on peut régulièrement lire des amalgames terrifiants : les migrants seraient des djihadistes potentiels…  Alors on donne une bonne raison de ne pas les aider : ils sont peut-être là pour nuire à la France…  Et dans l’esprit de milliers de personnes qui ne se donneront jamais la peine de comprendre, de réfléchir, le raccourci est vite pris. Alors il faut virer les migrants hors de notre pays, hors de l’Europe même, et puis de toute façon c’est la crise non ? On n’a pas les moyens, qu’ils crèvent donc…  Et puis des noirs ou des arabes, c’est pas comme si c’était des vrais êtres humains. Un être humain c’est blanc, c’est français de souche et ça vote bleu marine… Vomir.

Ils ne le disent pas les politiques que le danger vient de ces pensées racistes et fanatiques. Ils ne le disent pas les politiques, que c’est utile d’utiliser les étrangers indésirables comme bouc émissaire à tout ce qui ne va pas dans ce pays.

En France, on stigmatise les étrangers, les musulmans, les pauvres, les chômeurs. C’est aussi ça le pays des libertés, en France on a le droit de stigmatiser une catégorie de personnes, librement. Quid des plaintes portées contre ceux qui incitaient à la haine et à la violence en faisant le salut nazi le 7 septembre 2014 devant la mairie de Calais ? Pas grave ? Pas matière à condamner ?

Et puis oh, y’a les faits divers… Il y a des terroristes…

Et bien parlons-en…

A Calais, on déploie des dizaines de compagnies de CRS, qui sont logés dans des hôtels, nourris au resto.  On sait dépenser l’argent pour des grilles, des barbelés, on « sécurise », à fond…

Le résultat ?  Encore plus de blessés migrants. Plus de morts aussi…  Parce que le climat est à l'urgence de passer, la prise de risques est maximum, parce que c'est insupportable de vivre comme des animaux et d'être pourchassés par la police. Mais c’est pas grave tout ça, ce ne sont que des migrants, et on lit alors des commentaires du style « mais ils savent les risques, ils avaient qu’à rester chez eux »…

On mobilise des CRS pour gazer une vingtaine de Syriens dont le seul tort est de vouloir discuter avec les autorités françaises et anglaises afin de pouvoir légalement demander le statut de réfugiés en Angleterre… Ils ne veulent pas aller à l’assaut des camions, ils n’en peuvent plus de vivre comme des bêtes. Ils sont à bout. L'un d'eux le dit: « Nous essayons de dire aux Anglais que nous mourrons ici, que nous sommes fatigués. Nous souffrons de ne pas avoir de toit, d’eau, à manger, de pouvoir se doucher normalement… Nous mourrons en Syrie et ici, on ne nous aide pas ».Ils demandent à discuter de leur avenir, alors on les gaze, et on les dégage de la place d’Armes de Calais comme des nuisibles. Hop, pas de ça ici…

A Calais on gaze aussi des gars qui manifestent pour sauver leurs emplois…  Leur détresse à eux aussi, pas important. A Calais c’est comme ça : ça gaze.

C’est l’époque qui veut ça. Tolérance est un mot qui devient désuet, on demande aux gens de respecter leurs devoirs et peu à peu, les droits deviennent de plus en plus minces et aléatoires.

On n’a pas les moyens d’aider les migrants…  De leur donner de l’eau, un abri et des WC. On a, par contre, les moyens de mobiliser des compagnies de CRS, de poser des kilomètres de barbelés, de fabriquer des murs de terre pour cacher le bidonville des yeux des riverains qui sont contraints de subir. Des riverains qui forcément deviennent hostiles, mettez-vous à leur place, du jour au lendemain leur maison ne vaut plus rien, ils ont comme voisin un bidonville où les gens sont obligés de chier dans les bosquets…  On pourrait leur dire à ces riverains que c’est pas la faute aux migrants, qu’il faut en vouloir aux autorités qui traitent des êtres humains comme des rats… Mais on n’est pas à leur place à ces riverains. On peut aussi comprendre qu’ils n’aient pas envie de comprendre.

Pourtant, comprendre, c’est la première étape. La compréhension entraîne une indignation, qui elle-même entraîne une réaction, une mobilisation…

Il faut nous mobiliser tous, partout, pour que les droits fondamentaux des migrants soient respectés, et que la France cesse de s’enfoncer dans la crasse de l’intolérance…  La France était un beau pays. Que devient la France si elle oublie ses valeurs, son histoire ?

Quand aux compagnies de CRS… Ne seraient-elles pas plus utiles à renforcer le plan Vigipirate  sur des lieus comme les gares, aéroports, bâtiments religieux, écoles et usines classées Seveso ?  Il paraît que la France est sous la menace de terroristes. Alors ils font quoi les CRS à Calais à part terroriser des réfugiés qui ne demandent qu’une assistance humanitaire ? Il fait quoi le ministre de l’Intérieur ? Il décide comment, avec des osselets, des dés ou à pile ou face ? Un peu de bon sens par pitié…

L'Etat donne des leçons de savoir-vivre, il nous réclame des sacrifices, le respect de ses décisions même quand nous les trouvons arbitraires, l'état s'émeut des drames à l'étranger.  Mais l’état est incapable de gérer la situation de quelques 3000 personnes humainement.  L’état, en nous disant que la France n’a pas les moyens d’aider les migrants, dépensent des millions d’euros à la sécurisation  pour enfermer ces mêmes migrants sur un bidonville qui fait honte à Calais, à la France… Sécurisation ? Un leurre.  Une carotte pour satisfaire les mentalités racistes qui pensent que les migrants ne valent pas mieux que des prisons, pire parfois : « rouvrir les chambres à gaz » lit-on sur certains sites nationalistes…

On vit une sale époque.  Une époque honteuse, une époque douloureuse.  La France a une sale gueule en ce moment… 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo