Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2015

Nouvelles rixes, la responsabilité flagrante des autorités.

Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faut-il s'attendre à une multiplication des rixes ?
Pour rappel, ce sont les autorités qui ont décidé de réunir sur un même lieu insalubre des centaines de personnes.
Pour rappel, quand on oblige plus de mille personnes à survivre sans eau, sans électricité et sans abri on exacerbe les tensions...
Les autorités sont donc responsables de ces bagarres car ce sont elles qui ont généré les conditions favorables aux débordements !

Mais ce n'est pas relatif aux migrants. Au travers de l'histoire, partout dans le monde, quand des personnes se sont retrouvées dans de telles conditions inhumaines de survie il y a eu des bagarres et parfois des émeutes.

A Calais comme ailleurs, il n'est pas besoin d'être migrant pour se bagarrer... Un verre de trop, un regard de travers, un mot déplacé... Les faits divers relatent souvent des histoires de bagarres qui ont mal fini.
Mais quand il s'agit de migrants, ça fait bomber le torse des haineux fascisants qui s'empressent de dire "ah vous avez vu hein, ils se battent entre eux parce que se sont des sauvages"... Ces néo nazis qui soutiennent des délinquants récidivistes quand ils agressent des migrants, sont toujours bien heureux quand un exilé est blessé, ils trinquent quand il y a un mort.  Alors une rixe, pour ces gens-là, c'est du pain béni... Etpuis ça leur donne un sujet de conversation, c'est toujours ça quand on n'a rien à dire.

C'est à croire que les autorités (pour rappel une mairie UMP et un gouvernement socialiste) jouent le jeu des extrémistes de l'ultra-droite... Elles font en sorte de réunir toutes les pires conditions pour stigmatiser les migrants.

Ce sont les autorités qui traitent les migrants comme des rats, en les parquant sur un terrain insalubre, caché par des monticules de terre, sans eau, sans abri... Ce sont les autorités qui poussent les migrants à bout.  Ce sont les autorités qui se foutent du monde.

Monsieur Cazeneuve sera à Calais lundi...  Il va se réjouir de cette avancée que représente le centre d'accueil de jour Jules Ferry... En omettant de dire que c'est déjà insuffisant. Que ça ne règle rien. Que ça met en situation de détresse et de tension des centaines de personnes.

Les conditions de traversée de la Méditerranée sont de nouveau favorables (météo clémente). Les migrants arrrivent à Calais par plusieurs dizaines chaque semaine. Pas parce que le centre d'accueil de jour Jules Ferry est une pompe aspirante... Il n'y a que les imbéciles qui peuvent prétendre une telle absurdité. Mais parce que Daesh est toujours en Syrie. Parce que les talibans sont toujours en Afghanistan, au Pakistan, en Irak... Parce que le Soudan est toujours dirigé par un criminel de guerre génocidaire. Parce que l'Erythrée est toujours une dictature qui réduit les jeunes à l'esclavage.

Ils arrivent après avoir vécu l'enfer, et ici, ce bon monsieur Cazeneuve leur offre une ancienne décharge pour s'installer, sans eau, sans abri... Ils sont parqués, comme des bêtes, derrière des barrières de terre, des grilles... Loin de tout, avec l'obligation de marcher des heures pour la moindre démarche, la moindre course. Et on voudrait qu'il n'y ait jamais d'incident ?

Monsieur Cazeneuve va annoncer la réussite du centre d'accueil de jour... Une réussite ? Vraiment ? Un centre qui doit déjà faire face à ses limites... Qu'en sera-t-il dans quelques semaines/mois, quand le nombre d'exilés aura doublé ?

Monsieur Cazeneuve va dire sa fierté, le travail de la police, les barbelés... Stigmatiser les migrants c'est politiquement rentable de nos jours... Les assimiler à la délinquance, aux risques... C'est tout bénéf pour le ministre de l'Intérieur...  Il est de bon ton de brosser les électeurs d'extrême droite dans le sens du poil. Leur dire ce qu'ils veulent entendre, c'est espérer gagner des voix ?

Parquer plus d'un millier de personnes en les contraignant à des conditions de survie insalubres et inhumaines provoque forcément des tensions, des bagarres. Seul un crétin n'est pas en mesure de le comprendre. La maire et le minsitre sont-ils complètement stupides ? Non, évidemment. Et à ce point de bêtise ce ne serait pas humain. Donc c'est bel et bien une volonté malsaine de jouer sur le sentiment d'insécurité. La volonté écoeurante de se servir de la détresse des réfugiés pour séduire les électeurs amnésiques qui nous feraient plonger sans état d'âme dans une copié/collé du régime nazi à ses débuts... Un régime qui jouait sur le malheur des pauvres citoyens allemands, sur la stigmatisation, sur le "nous d'abord les étrangers on peut pas", un régime qui ghéttoïsait les indésirables, un régime qui se prétendait exister "pour le peuple"... 

Ce qui se passe sous nos yeux est insupportable. On oublie que nous sommes en France, en 2015 et que c'est dans notre pays prétendu civilisé que des êtres humains sont traités commes des rats. On oublie que les manoeuvres politiques nous mènent droit dans le mur. On oublie que ce que nous faisons subir aux migrants, nos enfants le paieront un jour. Car c'est une société nombriliste et irresponsable que nous fabriquons peu à peu. Nous acceptons tout ce qu'il y a de pire, au nom d'une pseudo crise économique qui rendrait la misère française plus grave que celle des exilés. Qui rendrait une vie humaine moins importante qu'une autre en fonction d'un pays de naissance... Qui justifierait le pire en fonction d'une couleur de peau.

Il y aura des bagarres. Encore. Forcément. C'est ce que souhaitent les autorités, ça sert leur cause.

Mais il faut relativiser. Quelques individus sur plus d'un millier. C'est le signe que les exilés cohabitent plutôt pas trop mal malgré ces conditions abjectes auxquelles on les réduit. C'est le signe de leur inaltérable volonté, de leur sang froid, de leur dignité préservée malgré tout.

La responsabilité des bagarres n'est pas individuelle, elle est institutionnelle: c'est le gouvernement, la mairie et tous ceux qui estiment que les exilés ne méritent pas mieux que cette décharge publique qui fabriquent les conditions des bagarres.  C'est cette société malade qui met les personnes en colère. 

http://www.lavoixdunord.fr/region/migrants-de-calais-faut-il-s-attendre-a-une-ia33b48581n2804783

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli