Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juil. 2015

Un rapport d'experts pour avancer... Ou pas.

Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il vient de tomber le rapport confié au ministre de l’intérieur sur la situation des migrants à Calais…

Intéressant comme document ! 10 mois de travail pour en arriver là, bien… Ou pas.

Passons sur l'anecdotique proposition d'un camp à 100 kilomètres de Calais tant cette proposition relève de l'absurdité…  S’il est possible d’éloigner les demandeurs d’asile de Calais (à condition qu’ils soient logés), il est difficile d'éloigner ceux qui ne savent pas encore ce qu'ils vont décider: rester ou passer. Si le souhait d’un migrant est de passer en Angleterre, alors il restera à Calais, et si on l’en éloigne, il reviendra… Il suffit de se souvenir de la rafle du 2 juillet 2014 pour comprendre qu’ils reviennent, toujours. 200 places sont proposées,  ils sont combien déjà ? 3000 ? ...

Passons sur les violences policières justifiées comme suit : les policiers sont fatigués de taper sur les migrants, mais s'ils ne le faisaient pas, il y aurait plus de violence. Bizarrement, je pense à un problème de pédagogie, voire même d’éducation. Quand on communique par la violence, on s’expose à la violence en retour.  Par contre, le respect entraîne le respect…  La violence des migrants est la conséquence des conditions de survie, comme  le sont aussi l’urgence de passer et les prises de risques. Pourquoi ne pas le dire clairement ? Pourquoi ne pas dénoncer le fait que traiter des êtres humains comme des rats peut clairement entraîner de la frustration, de la colère et de la violence ? Pourquoi ne pas encourager au respect de leurs droits fondamentaux ?

Passons sur les méchants No Border qui ne font rien pour protéger les femmes…  Le squat Victor Hugo, ouvert et géré par les No Border était quand même la seule initiative digne de ce nom pour les protéger  du froid comme des prédateurs et c’est cette initiative qui a abouti à la création et l’ouverture du centre d’hébergement pour les femmes et les enfants !  Aujourd’hui, sur le bidonville de la ségrégation honteuse et inavouée, près du centre Jules Ferry, c'est 3 euros la passe. Merci qui ? Combien de temps qu’on dénonce le danger pour les femmes qui sont sur la Jungle au fait ? Et qu’il ne fallait pas éloigner les migrants pour les offrir aux mafias ? Il ne le dit pas ça, le rapport ?

Passons sur l'analyse d'insalubrité qu'ils font des anciens camps et squats puisqu'ils font de même sur l'analyse du bidonville. Oui. Mais le bidonville est celui offert par l’état… C’est bien du coup ? Si c’est toléré, alors du coup la gale, les risques sanitaires, tout ça : c’est OK ?

Mais ne passons pas à coté de cette petite pépite au chapitre appel d'air : "Bien entendu, ce n'est pas Sangatte qui est la cause d'un courant de migration vers le Royaume-Uni ou qui contribue à l'augmenter. Mais il a bien créé un appel vers Calais, identifié à Kaboul, au Caire, et, d'une façon générale, sur toutes les routes clandestines".

Le coup de l'appel d'air a convaincu ces deux sommités de l’absurdité. Mais, le rapport ne nous fournit pas les raisons qui ont convaincus ces deux grosses têtes…  Quels chiffres ? Sur quels rapports ?  Quelles études d'évolution du nombre de réfugiés en fonction du nombre de douches, de toilettes, de repas, de disponibilité de palettes et de bâches. Pourquoi des records de présence dans le Calaisis au moment où les conditions de survie sont les plus déplorables. Le fameux rêve migrant de venir à Calais pour la soupe populaire, la maison en palettes et le fabuleux plaisir de chier dans les bosquets ? C’est ça « l’appel d’air » du moment ?

Ne passons pas à coté de cette hallucinante proposition pour désengorger Jules Ferry : les personnes qui iront bénéficier de trois fois rien à Jules Ferry et qui tenteront de passer deux fois se retrouveront en centre de rétention avec Obligation de Quitter le Territoire Français (proposition 10). Oui, bien sûr… Pour aller où ? Se faire égorger en Syrie ou plutôt décapiter en Irak ? Au mieux, esclave d’un dictateur en Erythrée ou au Soudan ?  Mais du coup, si on ne peut pas les renvoyer chez eux comme le souhaite tout bon nationaliste qui se respecte, on les garde à perpétuité en centre de rétention ? Ou quoi ?  

Bref, un rapport pour donner au gouvernement la justification de mesures de répression encore plus « fermes », tandis que du côté de l’humanité on ira doucement, tout doucement…

Parce que de solutions dignes et humaines pour enfin mettre à l’abri les migrants de façon inconditionnelle : bah y’en a pas dans ce rapport… Mais comme dirait une fameuse « responsable » politique : « de toute façon, ça fait 25 ans qu'ils sont dehors et il fait beau ».

Jean Aribaud et Jérôme Vignon déclinent 17 propositions, dont ils disent avoir vérifié «l’opérationnalité». On aimerait beaucoup savoir s’ils ont fait des tests in vitro pour faire ces vérifications…

Des propositions  répondant surtout à une idéologie dangereuse, dans un courant de mode qui dit que si on met à l’abri des migrants alors on participe au grand remplacement annoncé par les dépourvus de conscience et d’humanité…  Au moins, on sait à qui ce rapport fera plaisir…

Autre proposition fameuse qui finira d'achever l'économie calaisienne : «réguler» le trafic des poids lourds pour empêcher les migrants de monter à bord et de traverser la Manche. Le principe : créer des aires de stationnement sécurisées bien en amont et mettre en place des créneaux de traversée. L’objectif : faire en sorte que les camions ne s’arrêtent plus à l’approche du port et du tunnel et qu’ainsi, aucun passager clandestin ne puisse y embarquer. Le risque : «Répartir le flux vers d’autres ports et d’autres pays.» Nos grosses têtes le savent, mais bon... Calais, ça va bien 10 mois, et puis c'est déjà une ville pauvre non ? Alors un peu plus pauvre, ça ne va pas empêcher ces "experts" de dormir...

Allez, ils ont quand même glissé une blague dans ce rapport... Ils proposent aussi un «partage des responsabilités dans l’instruction des demandes d’asile» entre Paris et Londres. Une proposition qui n’a aucune chance d’aboutir, le gouvernement de David Cameron ayant totalement abandonné le dossier.

Au fait, il a coûté combien ce rapport ? Ils ont été payés combien pour ce "travail" ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’Ecole et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI