Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juil. 2016

Peur, mépris, indifférence : il est où Charlie ?

Il y a quelques jours, un attentat à Bagdad a fait plus de 250 morts et plus de 400 blessés. Avez-vous remarqué que les médias ont surtout mis en avant l’Euro de football ? Avez-vous remarqué que les premières victimes de DAESH sont Syriens, Kurdes, Irakiens… Arabes et musulmans notamment. Pourquoi ces morts nous sont-ils étrangers ?

Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous souvenez vous quand nous étions tous Charlie ?

Réunis sur les places de nos villes, marchant main dans la main, criant d’une seule voix que nous resterions unis, debout et que nous défendrions nos libertés, jusqu’au bout, parce que nous n’avions pas peur…

Que nous est-il arrivé ?

Il y a quelques jours, un attentat à Bagdad a fait plus de 250 morts et plus de 400 blessés. Avez-vous remarqué que les médias ont surtout mis en avant l’Euro de football et le tour de France à vélo ?

Avez-vous remarqué que nous n’avons pas affiché les couleurs de l’Irak sur les réseaux sociaux, ni sur la Tour Eiffel ?

Avez-vous remarqué que nous ne sommes pas Bagdad ?

Pourtant, nous pleurons de la même façon, à cause des mêmes fous qui mutilent nos familles, nos libertés, notre avenir.

Avez-vous remarqué que les premières victimes de DAESH sont Syriens, Kurdes, Irakiens… Arabes et musulmans notamment. Avez-vous remarqué que ça n’empêche pas une partie de notre population de nourrir une peur irrationnelle des arabes et des musulmans ? Avez-vous remarqué que les médias n’ont pas considéré comme légitimes d’un « non stop info » les attentats qui ont eu lieu dans des pays étrangers à majorité d’arabes, de noirs, et de musulmans ?

Pourquoi ? Pourquoi cette douleur ne nous concernerait pas ? Pourquoi ne sommes-nous pas mobilisés ensemble, avec ces populations dans la solidarité, le respect et la lutte contre les barbares ?

Pourquoi continue-t-on de penser que les assassins de DAESH seraient des imbéciles endoctrinés car trop faibles pour avoir conscience de leurs actes ? Ils sont conscients, ils savent qui ils attaquent et pourquoi. Et ils savent aussi que la montée du nationalisme en Europe leur est bénéfique. Ils savent que notre manière de traiter les réfugiés est un argument de plus pour eux : il suffit de voir la peur et le rejet que les populations locales éprouvent vis-à-vis des migrants pour comprendre que c’est du pain béni pour les têtes pensantes de DAESH…

Car oui, nous traitons les migrants comme une sous catégorie d’êtres humains, parce qu’ils sont différents de nous, ils sont arabes ou noirs, ils sont souvent (mais pas toujours) musulmans, et il est facile et crétin de faire un amalgame entre un état pseudo Islamique et la religion pratiquée par des millions d’être humains ordinaires qui vivent en paix et sans aucune idée belliqueuse…

Oui, nous faisons des raccourcis et nous donnons à nos autorités des raisons de se montrer toujours plus dures, toujours plus inhumaines.

Et nous ouvrons la porte aux idéologies nationalistes les plus dégénérées, les plus haineuses, les plus écœurantes, dans le déni de notre histoire, dans le déni  des conséquences sur l’avenir de nos enfants de ce déferlement de xénophobie et de racisme primaire. Nous trouvons toujours une bonne raison de condamner ceux qui sont les premières victimes de terroristes que nous devrions TOUS combattre. Nous trouvons toujours plus facile de baser notre jugement sur la peur de ces quelques individus qui à bout d’espoir et de colère sont prêts à tout pour passer en Grande-Bretagne, y compris à bloquer les routes calaisiennes. Parce que nous n’avons toujours pas compris qu’ils n’ont plus rien à perdre et que c’est bien notre pays qui les retient contre leur gré par des moyens violents et inhumains.

D’ailleurs, nous retenons des êtres humains à Calais, devenue depuis monsieur Sarkozy et les accords du Touquet, frontière anglaise… Pour un pays qui vient de décider de sortir de l’Union Européenne…

Forcément, étant donné les millions investis dans les grilles et barbelés, matraques et maîtres chiens… Il ne faut surtout pas gâcher cet investissement tape à l’œil et assassin d’ une ville entière, sentence pour les migrants autant que pour les Calaisiens qui se retrouvent emprisonnés dans leur ville dans des conditions qu’ils ne veulent pas…

Le cynisme des politiques est fantastique… L’incohérence est de mise. Et tout est toujours fait en dépit du bon sens et des attentes des personnes qui subissent les conséquences de décisions imbéciles qui ne sont que la démonstration d’un autoritarisme ringard et malsain.

Extrémistes de tous bords, l’avenir vous ouvre les bras, ou plutôt, les inconscients qui nous dirigent le font… Ils proposent un retour au moyen-âge, les uns en pratiquant une nouvelle forme d’Inquisition, les autres en souhaitant des humains de souche, d’autres encore en croyant que l’autarcie est un mode de vie sain…

Le fanatisme est la pire plaie de l’humanité. Viennent ensuite l’indifférence, le mépris, la haine, et l’absence de conscience.

Je sais pas vous, mais j’ai comme un sale frisson qui me parcourt le dos, le sentiment qu’on est mal barré, et que si on ne se réveille pas vite, on condamne nos enfants à une vie qu' aucun de nous ne supporterait vivre.

« Ne laissez pas la peur obscurcir le jugement », Michel Rocard.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii