Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2015

Lettre ouverte à François Hollande

Monsieur le président, Mr Hollande, François quoi… Fais pas le con. La France est un pays où jour après jour, on se fatigue du quotidien. On perd espoir. Tu as laissé faire, tu as contribué à faire de la France un pays triste et en colère. Oui, je sais, c’était déjà bien le bordel quand t’es arrivé. Et ton mandat n’est pas fini.

Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mardi 8 décembre 2015.

Monsieur le président, Mr Hollande, François quoi… Fais pas le con.

Je vais te tutoyer parce que je refuse désormais que tu sois mon président et que tu me représentes en tant que citoyenne française. Je ne te dois donc pas le respect que je suis supposée devoir à un président de la république. Et puis je vouvoie les vieux, les gens que j’aime pas ou justement ceux que par « devoir », on doit respecter.

T’as remarqué François, j’ai écrit “ les gens que j’aime pas “. Donc a priori, je t’aime bien ? On va pas aller jusque là hein… Mais je te méprise moins que ton prédécesseur énervé et opportuniste… J’avoue, parfois je me marre devant tes mots d’humour, dont j’ai bien conscience qu’ils ne sont pas compris de tous, et c’est dommage. Ceci-dit, on t’a pas élu pour que tu nous fasses marrer.

Et justement, tu nous plombes un peu l’envie de rire.

As-tu remarqué le climat glacial qui règne dans ce pays ? As-tu senti le long de ton échine ce frisson de haine et de dégoût qui rôde dans les rues et les campagnes de France ?

A ton avis François, il vient d’où ce climat ? Allez je t’aide… Non, pas du pôle Nord. Et pas non plus du FN…

Il vient de ta politique. De celle de ton gouvernement. Et de ta façon de t’adresser aux français.

Oui, le FN est en tête dans 6 régions de France ! La claque hein… La gueule de bois comme dit Martine Aubry. Une putain de gueule de bois qui a du mal à passer même avec un aspro et un café serré. Je dis ça, je bois pas de café, j’aurais peut-être dû essayer …

Oui, le FN…

La conséquence de ces décennies de pouvoir mal utilisé. Tu le sais, tes prédécesseurs ont foutu une sacrée merde dans notre pays. A tous les niveaux, économiques, culturels, sociaux… T’es arrivé sur un champ de ruines. Mais au lieu de reconstruire, tu finis le boulot ! C’est à ne plus comprendre quelles sont les qualifications requises pour gouverner ! En tous cas, ça doit pas être le bon sens.

Parce que quand même, on nous a tout fait. Vous nous avez tout fait…

Et surtout des promesses. C’est là que réside une partie des problèmes. “Moi, président de la république “, tu te souviens…

J’avoue, j’ai pas voté pour toi par conviction, non. Mais j’en pouvais plus de l’autre petit mégalo… Vraiment. Alors j’ai voté pour toi, en me disant, après tout, “ il ne peut pas faire pire “.

Bah si, t’as fait pire !

Tu as écœuré les français. A force de mener une politique de droite, tu as tué la gauche. Ton copain Valls a bien aidé c’est vrai. Mais quand même, c’est toi qui l’a mis là où il est. C’est donc à toi d’assumer cette politique qui fait mal, cette politique qui a réduit la gauche de ce pays en cendre. Il ne reste plus rien que quelques militants qui y croient encore, et tu vois, j’ai plus mal pour eux que pour ce parti socialiste vieillissant et dépassé. Je suis peinée pour tous les colleurs d’affiches, ceux qui ont tracté avec acharnement pour défendre les idées d’une gauche qu’ils veulent faire (sur)vivre. Tu t’es mis à leur place ?

Tu t’es mis à la place de ceux qui osent dire qu’ils sont de gauche et qui se font traiter de “gauchiasses”, de “crasseux”, de “bobos”...

Non. Mais c’est ça ton problème… Tu ne te mets pas à la place des autres.

Je t’ai écrit il y a 8 mois. Une belle lettre, avec le vouvoiement, les tournures… Je t’ai écrit pour te supplier d’écouter les français, d’entendre ce qu’ils te disent par tous les moyens possibles. Je t’ai même proposé de te rencontrer pour te raconter la vie des petites gens dont je suis, ceux qui ont tout connu des galères : les pertes d’emploi, le chômage, la maladie, des enfants paumés parce que dans une éducation nationale qui ne les respecte pas dans leur différence (avoir un gamin intellectuellement précoce en échec scolaire, je te jure c’est insupportable !), les problèmes de logement, les emmerdes avec les administrations qui ne savent plus depuis longtemps faire un boulot correct et qui foutent les gens dans la merde (on parle de la CAF, du RSI… Le chemin de croix !), les agressions dont les plaintes n’aboutissent pas… J’en passe hein, je vais pas t’écrire ma vie (mais si jamais ça t’intéresse, lis donc mon bouquin “ La Parole “, tu apprendras des choses sur ceux qui ont connu l’enfer…).

Oui, je t’ai écrit. Et ton cabinet m’a répondu, très poliment, que tu es très occupé, mais que tu serais, bien entendu, informé de tout ça. Et puis le cabinet du préfet, une assistante sociale m’ont contactée pour m’aider ! Comme si je t’avais écrit pour qu’on m’aide… Ton cabinet n’a pas été foutu de comprendre le sens de mon courrier, de ma démarche qui se voulait citoyenne et pas individuelle… Et là je me dis que si c’est comme ça que tu es conseillé, appuyé, pas étonnant que ce soit la merde.

Il a cru que je quémandais de l’aide ton cabinet. Parce qu’il est comme ça ton gouvernement, il croit que les gens sont des demeurés qui réclament de l’aide, juste une assistance, parce qu’ils sont trop cons ou trop feignants pour se prendre en mains.

Mais c’est pas ça que veut le peuple. Il veut retrouver le goût de vivre le peuple. Il veut pouvoir se projeter dans l’avenir,il veut bosser, étudier, prendre des vacances, il veut rêver le peuple !

Merde, comment expliques-tu que les jeunes ne croient plus en l’avenir ? Quelles sont les perspectives pour les jeunes ? Tu vois, j’ai un fils de 19 ans, il galère, il a eu son bac à même pas 16 ans, il a été mal orienté, bousillé par un système où la parole d’un môme qui va mal ne vaut rien… Il n’a plus droit à la bourse, on est une famille modeste. Il doit faire quoi mon fils de 19 ans ? Tu sais ce qu’on lui propose ? RIEN.

On te parle des retraités… Le minimum vieillesse ne permet pas à un retraité de subvenir à tous ses besoins dignement. Et ceux qui n’ont pas le minimum et ont un peu plus, ils paient des impôts… Ce qui a pour effet de réduire leur qualité de vie. Tu ne connaitras pas ça toi, désormais, tu vas couler des jours tranquilles même si on estime que t’as fait un boulot de merde…

D’ailleurs, tu sais pas ce que c’est que de perdre son boulot, d’être du coup soupçonné d’être feignant ou de vouloir profiter du système. De compter les jours et les euros pour savoir comment tenir jusqu’à la fin du mois… Puis te retrouver à découvert le 15 de chaque mois. Puis le 7, juste après avoir touché tes allocs qui désormais ne couvrent plus que le loyer, les factures… Et demander de l’aide à la famille pour bouffer. Quand t’as une famille. Ne pas pouvoir acheter des chaussures à tes mômes quand il fait froid et humide. Et ne jamais recevoir de réponse à tes innombrables candidatures… Faire des boulots de merde en CDD (quand t’as la chance d’en trouver) pour tenter de vivre un peu mieux. Et te retrouver à devoir du trop perçu à la CAF parce que t’as osé gagner un smic pendant deux mois… Tomber aux ASS… Ne plus pouvoir RIEN prévoir… Avoir ta voiture qui tombe en panne à ce moment là. Tu ne sais pas tout ça… Les dettes qui s’accumulent, la peur d’ouvrir ton courrier, la peur de voir débarquer des huissiers… La peur de regarder tes enfants dans les yeux pour leur dire “non” pour une bricole qui leur ferait plaisir...

Tu sais pas non plus la galère des malades qui doivent acheter des médicaments qui ne sont plus remboursés… Et qui coutent très cher. Tu ne sais pas la misère que c’est de devoir choisir entre manger et se soigner. Il paraît que les médicaments non remboursés ne sont pas efficaces… Y’a que quelqu’un qui n’en a jamais eu besoin qui peut l’affirmer. Tu sais pas ce que c’est de devoir faire un sacrifice financier pour que ton môme ait des lunettes qui ressemblent à autre chose que des culs de bouteilles...

Tu sais pas la difficulté quand t’es auto entrepreneur d’arriver à travailler, à déclarer tes charges à un service en ligne obligatoire qui ne fonctionne pas, et à devoir donner 25% de charges alors que t’arrive déjà pas à te faire payer… Tu sais pas la misère que c’est de ne jamais avoir un interlocuteur au RSI pour te donner une info correcte. Tu ne sais pas, François, comme c’est frustrant quand tu te casses le cul pour tenter de gagner ta vie du mieux possible de constater qu’on vit dans un pays où des services publics sont justes des boulets.

Tu sais pas la misère du SDF qui ayant fait un malaise (à cause du froid, de la faim…) se fait agresser et dépouiller de tout ce qu’il possède. Tu sais pas la honte et la colère de ce SDF quand il va au commissariat de police pour déclarer le vol de ses papiers et que là, parce qu’il est en vrac, fatigué et qu’il a plus de dents (parce que s’il est à la rue c’est parce que quelques mois avant il a fait une chute du quatrième étage et qu’il a tout perdu : compagne et logement), tu sais pas sa honte quand un flic lui dit en le méprisant “on va prendre votre plainte, mais c’est bon pour une fois, les gens comme vous on sait ce que c’est, ça picole et ça accuse les autres de leurs conneries “… Ce SDF là, c’était le père de mes fils, il ne buvait pas. Il était épileptique. Tu sais pas toi, comment il a fallu se battre à plusieurs pour le sortir de la rue, comment il a fallu notamment harceler les services sociaux pour qu’ils fassent leur boulot… Mal. Parce que le temps passé dans la rue, ça abime. Et cet homme là est mort à 47 ans, son cœur s’est arrêté. Parce qu’il en avait trop vu. C’est pas l’état qui l’a aidé, ce sont des bénévoles d’associations, et ceux qui l’aimaient. T’étais où François ? T’es où à chaque fois qu’un français tombe plus bas que terre ? Il est où “ l’Etat “ ?

Tu vois, c’est juste un aperçu là…

La France est un pays où jour après jour, on se fatigue du quotidien. On perd espoir.

Tu as laissé faire, tu as contribué à faire de la France un pays triste et en colère. Oui, je sais, c’était déjà bien le bordel quand t’es arrivé. Et ton mandat n’est pas fini.

Mais tu l’as entendu le cri des urnes ? FN… Ce qui pouvait arriver de pire à la France est arrivé.

Les français, dégoutés, désabusés, désorientés se tournent vers le FN… Pourquoi ?

C’est vrai, c’est un parti nauséabond, qui ne vit que grâce à la propagande, le populisme… Un parti qui ment, qui stigmatise, qui divise.

Mais tu as laissé faire. Tu as contribué à laisser le racisme, l’homophobie, la xénophobie, l’antisémitisme et la violence se banaliser. Tu as laissé s’exprimer les incitateurs à la haine sur les réseaux sociaux et dans la rue. Alors qu’en moins de temps qu’il faut pour le dire ton gouvernement condamne ceux qui font l’apologie du terrorisme, il laisse se répandre l’apologie du régime nazi… Il laisse s’exprimer les idéologies les plus dégueulasses, les appels au meurtre, les incitations à la haine raciale… Comme ça. Tranquille. Je l’ai signalé à Mme Taubira. Son cabinet m’a répondu qu’il ne lui appartient pas “ d’intervenir auprès des procureurs “… N’est-ce pas pourtant à l’état de rappeler clairement que ces actes sont des délits ? Et de les condamner aussi fermement que l’apologie du terrorisme ?

Il est devenu ordinaire en France de mettre toutes les responsabilités de ce qui ne va pas sur le dos des étrangers, en particulier ceux de confession musulmane… Tu as laissé faire. Tu as laissé dire. Tu n’es pas intervenu, ni l’un de tes ministres, pour rétablir les faits, la vérité.

Tu as contribué à entretenir la colère et attiser la haine à Calais par exemple, en laissant Cazeneuve faire de la ville une prison à ciel ouvert pour les migrants comme pour les Calaisiens. Pourquoi n’as-tu pas fait le choix d’une véritable politique humanitaire tout en exigeant de la Grande-Bretagne qu’elle assume ses responsabilités ou qu’elle change de politique ? Pourquoi n’es-tu pas allé à Calais voir de tes yeux ce qui se passe ? Pourquoi as-tu laissé cette ville devenir le point zéro de l’humanitaire ? Pourquoi as-tu abandonné les Calaisiens déjà minés par une économie sinistrée ?

Pourquoi laisses-tu tes ministres brader la valeur du travail, dénigrer les chômeurs, stigmatiser les familles (en brandissant les “ fraudes “ à la CAF qui ne représentent qu’un infime tout petit pourcentage de la dette et qui sont souvent, en réalité, les conséquences d’erreurs de l’administration !), pourquoi n’obliges-tu pas certaines sociétés étrangères à payer leurs impôts en France ? Pourquoi suis-je persuadée que peu importe mon temps de cotisation, je n’aurai pas de retraite ?

Il ne fallait pas faire campagne contre le FN, il fallait faire campagne pour les français, leurs régions, leurs valeurs, leur avenir.

Le FN n’est que cette petite lumière qui clignote dans le noir comme pour indiquer la sortie de secours. Toi et moi, on sait que derrière la porte, c’est le vide, le trou noir qui va juste mener au chaos. Mais les gens enfermés dans leurs peurs et leur incompréhension ne le savent pas, ils ne réfléchissent pas jusque là, ils veulent juste tenter n’importe quoi plutôt que de continuer comme ça.

Le FN, c’est cette voix qui sait se faire douce et rassurante pour séduire ceux qui n’en peuvent plus. C’est cette façon d’utiliser la douleur et la détresse comme tremplin pour une famille aveuglée par sa quête de pouvoir. Oui, le FN utilise la situation pour gravir les marches.

Mais il ne pourrait pas le faire si tu avais fait ton boulot. Si tes ministres savaient gérer les affaires qui leur sont confiées. Une ministre de l’emploi qui ne connait pas les critères du CDD n’a rien à faire dans un gouvernement. Ce n’est qu’un exemple…

J’ai honte aujourd’hui. Mon pays a une sale gueule. Il te ressemble, il est triste, crispé, fatigué, ramolli. Mon pays avance droit dans le mur et je ne peux rien pour empêcher ça. J’ai honte de l’image que nous donnons à la communauté internationale. Nous serons donc le pays passé à l’extrême-droite ? Nous, France, pays des lumières allons donc sombrer dans les ténèbres ?

J’ai peur aussi. Parce que j’ai conscience qu’avec le FN c’est la menace de guerre ; c’est l’impossible avenir pour les jeunes. C’est la porte ouverte à toutes les pires idéologies de l’histoire. J’ai peur de l’avenir. Peur pour mes enfants, pour tous les enfants de France qui risquent de grandir dans un pays dont Hitler aurait pu dire, “ je suis votre guide “…

Monsieur le Président, fais pas le con, réveille-toi !

Valide le vote blanc, déjà pour commencer… Parce que ceux qui ne veulent plus voter pour des gens comme toi, Sarkozy ou Le Pen devraient pouvoir dire qu’ils ne veulent plus de vous.

Rencontre les français, les vrais, pas ceux triés sur le volet par ton “ cabinet “… Écoute le peuple français, et entends, comprends, et réagis en conséquences.

Vire donc ceux qui n’ont rien à faire au gouvernement et entoure-toi de gens compétents, quelles que soient leur “ étiquette “ politique ! Il est temps d’arrêter de dire “ gauche “ ou ”droite “, c’est des conneries tout ça, ça ne vaut plus rien à notre époque…

Redonne à la France l’espoir que tu lui as promis. Je ne te demande pas de démissionner, parce que clairement, je crois que ce serait pire. On aurait une nausée bleu marine à l’Elysée…

Non, essaie juste de faire les choses bien, jusqu’en 2017. Et ensuite, laisse un autre se présenter…

Tiens même, dissous le parti socialiste et laisse émerger une nouvelle gauche, un nouveau parti avec des inconnus qui n’auront à cœur que d’apporter des compétences au service du pays, et pas juste un plan de carrière…

Parce que la politique, c’est “ la vie de la cité “. Mais si la cité est morte, à quoi bon faire de la politique ?

Alors j’espère que ma longue bafouille va te parvenir cette fois, et que malgré tes occupations de mec vachement important, tu vas prendre quelques minutes pour y penser. Je veux croire que tant qu’il est possible de s’exprimer, alors il est possible de faire changer les idées, les actes.

Je veux croire que toi, président, tu as encore assez de conscience pour ne pas t’entêter à aller droit dans ce mur gris de honte. Je veux croire que toi, président, tu te souviens que tu travailles pour le peuple français, et que ce peuple est en colère.

Si tu as une journée, va faire un tour à Calais, va donc boire un verre au Minck, vas rencontrer les commerçants de Calais Nord et ceux du centre, autour du théâtre… Ceux qui tiennent encore le coup. Vas dans la ZUP, rencontrer ces familles qui vivent sous le seuil de pauvreté. Vas donc visiter le bidonville de Cazeneuve pour constater “ les efforts consentis par les autorités “, bois un thé avec les migrants, écoute les quelques minutes… Ensuite vas voir les riverains qui doivent faire face à ce bidonville, à cette misère, à cette peur de ne plus jamais retrouver leur vie d’avant. Vas voir les bénévoles, ces gens qui font ton boulot en assurant la dignité et les besoins fondamentaux des migrants. Vas voir les flics qui n’en peuvent plus d’être des gardes-chiourmes, envoyés là comme pour être punis… Qui ne savent plus quelle est leur mission puisque de toute façon la situation ne fait qu’empirer.

Et si t’as encore un peu de temps, quelques jours… Vas donc à l’improviste dans ces quartiers, ces entreprises, ces écoles où les gens vont mal et ont besoin que le gouvernement les écoute…

Voilà, prends pas froid Monsieur le Président, mais ose sortir de ton domaine où la réalité ne te parvient qu’au travers de filtres qui ne sont pas « la vie ».

Bien à toi, Séverine Mayer, une citoyenne française.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli