Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2015

Avis de catastrophe imminente

Depuis que le projet de "Centre d'Accueil de Jour" a été avancé, nous n’avons cessé de dire que nous avions peur que cette « solution » ne fasse qu’empirer la situation des exilés et donc de Calais. Nous n’avons pas été entendus.

Séverine Mayer
Auteure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis que le projet de "Centre d'Accueil de Jour" a été avancé, nous n’avons cessé de dire que nous avions peur que cette « solution » ne fasse qu’empirer la situation des exilés et donc de Calais. Nous n’avons pas été entendus.

Nous (Calais, Ouverture &Humanité) n’étions pas seuls à dénoncer, d’autres associations qui elles étaient invitées à « discuter » avec les autorités ont mis en avant tous les risques liés au fait de réunir tout le monde sur un même lieu, sans eau, sans WC, sans sécurité. Un lieu éloigné du centre dans lequel les mafias peuvent donc librement s’installer et installer leurs lois. Un lieu qui stigmatise encore, qui est la preuve d’une volonté inavouée de ségrégation sous des airs de « vous avez vu, nous (mairie et gouvernement) gérons la situation »…

Nous avions peur d’un désastre, nous l’avons dit, je l’ai écrit à maintes reprises que ce centre était loin d’être une solution et qu’en quelques mois nous aurions à gérer des catastrophes…

Nous y sommes presque. Nous y avons déjà un pied.

Le centre d’accueil de jour est déjà débordé… 1500 repas ne suffisent pas pour une population qui s’évalue à environ 2500  personnes.

Alors les associations, toutes confondues, apportent tant bien que mal de la nourriture sur les camps. Mais personne n’est en mesure de comprendre la difficulté que ça représente… Trop de monde, des conditions de survie extrêmes, des tensions… Les exilés se ruent sur la nourriture, il n’y en a jamais assez.

Hier, dimanche, une bagarre a éclaté. Ce n'est pas la première, et ce ne sera hélas pas la dernière. Et d’ailleurs, les infos ne sont pas très bien relayées… Pour exemple : dans le récit de la bagarre, la Voix Du Nord dit qu'elle s'est déclenchée du fait du vol d'un portable d'un Soudanais par un Afghan, Nord Littoral parle du vol d'un portable d'un Afghan par un Soudanais...

L’entassement, les conditions de survie indignes et douloureuses, le mélange des communautés, le manque de vivres, de bois, d’abris, de couvertures, de vêtements, de chaussures, tout cela crée des tensions.

Les épiceries de la jungle, parfois financées par des passeurs, font des affaires en or, vu que beaucoup de réfugiés crèvent de faim ! Mais quel autre choix ont-ils étant donné  l'éloignement des commerces et le fait que certains commercants ne les laissent pas entrer ou alors au compte-goutte…

Ils ont faim…

Mais ce n’est  pas tout. Ils sont trop nombreux, et ça devient ingérable pour tous car RIEN n’est prévu, rien n’est adapté. On construit 2 cabanes quand il en faudrait 10. On donne 30 couvertures quand il en faudrait 100. Les stocks des diverses associations sont quasiment épuisés.

Des gamins dorment encore dehors, sans rien.

Oui, des gamins. Beaucoup de mineurs, toutes les femmes et enfants ne sont pas hébergés par le centre. C’est une catastrophe.

Et quand les conditions de survie sont aussi difficiles et inhumaines, les frustrations, les sentiments d’injustice (légitimes) vont grandissant. La colère gronde.

L'OFPRA a arrangé la situation de 120 Erythréens… Il a fallu moins d’une journée pour boucler la procédure d’asile et leur trouver un hébergement.  Formidable pour eux… Mais cette « sélection » mais a créé des tensions supplémentaires, un sentiment d'injustice très fort chez ceux qui n’ont pas été invités à bénéficier de cette opération plus médiatique que productive. Et du coup, beaucoup de nouveaux Erythréens sont arrivés, prévenus par leurs amis que le gouvernement leur donnerait l’asile en moins de 24h… Sauf que non… C’était 120, pas un de plus. Quelle logique ?  Aucune ! Avec cette opération éclair, le gouvernement a créé lui-même cet appel d’air dont il a si peur ! Comment expliquer cette mesure aux exilés, aux demandeurs d’asile qui ne sont toujours pas hébergés ?

Les autorités ne savent pas gérer. Elles le démontrent à nouveau, mais ceux qui en font les frais sont :

1/ les exilés

2/ les bénévoles

3/ l’ensemble des Calaisiens.

La préfète avait promis  deux nouveaux point d'eau (il n’y en a qu’un pour le moment), des toilettes, et de l'éclairage. L'eau serait pour dans trois semaines (c’était déjà le cas il y a 3 semaines…), mais seulement  1 point d’eau. Les toilettes ? Oublié, trop cher paraît-il... L'éclairage... Disparu des projets ?

Des grilles s'élèvent le long de l'autoroute, tout le monde sait pourtant que ça coûte une fortune et que ça ne sert à rien. Non, ça ne sert à rien, pour preuve le nombre de passages réussis…

Pas d’argent pour des WC, mais de l’argent pour des barbelés. On crée l’insalubrité, on crée des risques sanitaires en prétendant « veiller » à la sécurité des routiers. Quand on reparlera de gale et autres affections contagieuses, les Calaisiens n’auront rien à  faire de ces barbelés… Les Calaisiens qui habitent le quartier où se situent les entrées du camp auront raison de crier leur colère. On leur impose un bidonville, des risques sanitaires et on les oublie. On tente de les rassurer par des murs de terre pour qu'ils n'aient pas à voir de trop près ce spectacle affligeant. On enferme Calais dans la stigmatisation, on enferme Calais dans une situation indigne d’un pays civilisé. On enferme les migrants et les Calaisiens dans une situation douloureuse, incompréhensible et injuste pour tous.

La catastrophe arrive.

Faim, insalubrité, ségrégation, ras-le-bol, colère… Les ingrédients sont réunis.

On constate une alcoolisation importante de beaucoup de jeunes. Une agressivité latente. La colère se noie dans l’alcool chez certains, à quel point peut-on noyer sa colère et son désespoir ? Le besoin de l’exprimer grandit.

Quand ils décideront de montrer qu’ils en ont marre d’être traités comme des rats, ils casseront, se battront, et les extrémistes de droite s’en frotteront les mains, parce qu’eux se fichent du pourquoi, ils se contenteront du résultat pour faire leur propagande minable. 

Mais ne nous y trompons pas : ce sont les autorités qui sont encore une fois responsables des risques actuels, et qui seront responsables de la catastrophe qui arrive à grands pas.

Les bénévoles sont épuisés. Ils font un travail surhumain. L’état et la mairie se déchargent de leurs responsabilités sur eux. Mais les bénévoles n’ont pas à assumer ces responsabilités et encore moins les conséquences de cette incompétence des autorités à gérer une urgence humanitaire. La maire, la préfète, le ministre de l’Intérieur sont incompétents à gérer cette situation. Ils n’ont pas voulu entendre les bénévoles qui leur disaient de faire autrement… S’ils avaient écouté, ça n’aurait pas coûté plus cher, et la situation serait bien plus facile à gérer pour chacun. Ils s’entêtent. Mais le problème, c’est qu’ils font de la politique, et que seules leur importent les apparences. En apparence, ils ont offert une structure d’accueil aux exilés… En apparence seulement.

Les autorités, avec le centre Jules Ferry on fait preuve de charité…

Pour citer le groupe  La canaille  dans  Redéfinition : «on veut de la justice pas de la charité… »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI