Louis-Ferdinand Céline : chasse au méchant

lf_celine.jpg

 

Cinquante ans après la mort de Céline, retour du procès.

C'est parti d'un truc tout bête : commémorer l'écrivain à l'occasion de cet anniversaire.

Et voilà, ça tombe dans le n'importe quoi, la police absolue de la pensée s'est réveillée et on repart dans le procès de l'homme. L'écrivain ? ou ça ?

Que Céline soit un monstre de la Littérature Française, qu'il ait écrit dans la gueule de l'Occident un pavé comme Le Voyage au bout de la Nuit, on l'admet du bout des lèvres, mais surtout surtout il faut dire que c'était un sale type anti-sémite. Il y a des écrits anti-sémites. Voltaire aussi.

Il y a un procès pour collaboration. Les attendus sont ... curieux. Mettons que ce dont on l'accuse ne correspond pas au bonhomme, mais soit. Il y eut sanction. Opprobre. Haine générale. L'homme Destouches n'a pas été spécialement épargné aprèss-guerre.

En droit, et comme il est mort, on peut dire qu'il a payé et que l'affaire est close.

Mais non. Sait-on jamais ? Peut-être le Voyage diffuse-t-il sournoisement un message anti-sémite ? Un message anti-va t-en guerre, c'est une évidence. Anti-colonisation, aussi. Anti-industrialisation c'est indéniable. Anti-bourgeois, anti-populo. Le plus beau personnage du Voyage est une pute. C'est la seule qui soit belle, irradiante, humaine. Les autres, Bardamu comme les autres, sont pourris dans leurs univers étriqués et viciés.

Ce que donne Céline, à travers sa langue époustouflante, c'est à voir les ravages de la haine des autres, les ravages de l'envie, de la petitesse bourgeoise. Leçon de haine. Qui conduit celui qui hait à comprendre que lui aussi est haïssable. Et à avancer d'un pas dans son humanité, parce qu'on ne peut plus être vraiment misanthrope quand on sait qu'on ne vaut pas plus que les autres. C'est Molly la pute qui va lui permettre de prendre conscience qu'il n'est pas meilleur que les autres, Bardamu. Lui permettre de revenir en France et de faire toubib gratos pour les gens du peuple. Toubib gratuit, donc mauvais, se disent les gens en le laissant crever de faim. Exagéré ? pas sûr.

Céline est un amplificateur des haines, un amplificateur de la petite odeur de merde que réclamait Baudelaire pour qu'une oeuvre soit humaine. C'est pas bien. C'est pas encourageant. Ca porte à détester tout le monde.

Non. Le but est inverse et ceux qui brandissent leurs étendards ont peur de le savoir. Ont peur de la parole. Ont peur des lecteurs, qui seront forcément des cons.

Personne ne sort de la lecture de Céline en suivant ce qui est écrit - par contre, tout un chacun s'est retrouvé, à un moment ou à un autre, dans les travers infects constaté chez tel ou tel personnage. Et, au lieu de haïr, après avoir lu Céline, on accepte ces travers des autres, parce qu'on n'a pas mieux chez soi.

Si on suit monsieur Klarsfeld, qui d'autre part est un homme exceptionnel, mais pas là; si on le suit, alors on accepte l'idée que tous les adultes sont des oies aux crânes à bourrer, des inaptes de la pensée, des incapables de la pensée. En l'occurrence, sa haine est plus violente que celle de Céline, parce que c'est une haine de misanthrope, qui se place lui au-dessus des autres en position de sage. Dangereuse position, je ne saurais que trop lui recommander de lire en entier le Voyage....

 

Maintenant on peut supprimer tous les autres qui n'ont pas été 'bien' aux yeux de la morale actuelle : Voltaire : anti-sémite; Rousseau : abandonne ses enfants; Diderot : dépravé sexuel; Sade... : no comment; Molière : incestueux; Gide : pédophile etc etc etc....

Alors, j'attends une conformité d'action de la police de la pensée : supprimez, messieurs, tous les auteurs, tous les philosophes, tous les artistes, tous les politiciens, tous les avocats, tous les toubibs, tous les militaires, tous les fumeurs, tous les x, qui ne sont pas conformes à vos yeux. Au moins les choses seront claires et équitables.

Et j'attends de monsieur Klarsfeld qu'il mette autant d'énergie à condamner Voltaire : supprimez tous ces bustes, toutes ces rues, tous ces cafés, tous ces livres qui diffusent cet auteur à mettre à l'Index.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.