Macronavirus et covidpitalisme

L’État d'urgence sanitaire n'est pas utilisé pour régler les problèmes urgents liés à la santé publique mais au contraire pour remodeler l'équilibre économique en France tout en instaurant les bases d'un État policier autoritaire. Comment lutter contre cette appropriation de la République Française par nos dirigeants?

Ce projet de loi de sécurité globale a soulevé les inquiétudes de l’ONU, de la ligue des droits de l’homme, de la commission européenn car elle attque les libertés fondamentales de manifester, le respect de la vie privée, et la liberté de la presse.


IL est curieux qu’en plein état d’urgence sanitaire, Notre gouvernement fasse voter de telles lois par un parlement majoritairement acquis à sa cause, alors qu’il poursuit la lente destruction de l’hôpital public, alors que le personnel soignant est épuisé, que certains sont obligés de travailler en état eux-mêmes positifs au covid, que leurs revendications ont été répondues soit par des coups de matraque soit de l’indifférence.
Avant le premier confinement, cela faisait aisément plus d’un an que le personnel hospitalier revendiquait plus de moyens humains dans les hôpitaux, une augmentation des salaires. Des maternités ont fermé, des hôpitaux se sont retrouvés certains jours sans médecins, des lits ont été fermés et continuent de l’être encore pendant et après le premier confinement décidé par le gouvernement.

 

Nous n’avons plus confiance en la parole du président ni de ses ministres. Qu’il s’agisse de promesses électorales, qu’il s’agisse de promesses de lendemains meilleurs, qu’il s’agisse de promesses d’augmentation des effectifs et de meilleure rémunération des agents publics, celui qui fait la promesse se fait jeter du gouvernement et les promesses restent lettre morte. Après avoir distribué des médailles et chaleureusement remercié tout le personnel soignant qui a réussi à tenir le rythme de travail effréné dans une ambiance plus qu’anxiogène, le président dans sa toute puissance accordée par l’état d’urgence sanitaire, déroule le tapis rouge … pour les entreprises de la Tech ! pour le commerce en ligne, le cac40 et Amazon. IL laisse des millionnaires racheter leur propre entreprise en faillite et par cela se débarrasser de leur dette alors que les huissiers de justice se attendent le coup d’envoi pour venir rendre visite aux petite commerces, obligés de fermer pour des raisons arbitraires. Les milliards déboursés des caisses de l’Etat, les milliards d’euros de dette contractées par la France sont offerts aux grand joueurs du secteur secteur privé d’une main, pendant que l’autre vient piocher dans la caisse de la sécurité sociale pour financer le chômage partiel et autres exonérations et aides accordées aux grandes entreprises, alors que tant d’enseignes et la culture sont priées de bien vouloir fermer le temps que l’hôpital arrive a se désengorger. Cette situation n’est ni acceptable, ni tenable. Nous le paierons cher, et les jeunes et nos enfants aussi.
 
Nous avons plus ou moins consenti à être confinés une première fois à cause du manque de préparation des autorités à une telle crise, à cause du manque d’information disponible, à cause de l’incertitude. Nous aurions pu pardonner des erreurs car elle est humaine. Nous ne pardonnons pas en revanche des mensonges et des tentatives de diversion malhonnêtes et dangereuses. Mais après avoir démenti de s’être trompés, de nous avoir fait maintes promesses en l’air, nous avoir menti de nouveau, voilà que le gouvernement souhaite faire porter la faute de sa propre politique de l’improvisation, de « la main invisible du marché » qui réglerait tous les problèmes qu’ils sont incapables de régler même en ayant les pleins pouvoirs, voilà qu’ils pointent du doigt les citoyens et leur manque de civisme, qu’ils pointent du doigt les méchants « islamogauchistes », raccourci intellectuel breveté par l’extrême droite.
 

Le gouvernement macroniste n’a cessé de diviser la France depuis son accession au pouvoir.  Son premier fait d’armes a été de tourner l’opinion public contre les cheminots, ces nantis bénéficiant de tous les avantages du monde. Belle réussite puisque malgré une grève longue durant laquelle la sncf n’a cessé d’alarmer le reste de la France sur le danger de privatiser cette société d’intérêt national, durant laquelle des milliers de cheminots ont renoncé à leur salaire pour défendre ce qu’il reste du chemin de fer, Macron a remporté une première bataille de l’image et des idées. Depuis lors, il a divisé
+les premiers de cordée de ceux qui ne sont rien,
+ceux qui travaillent des fainéants
+les réalistes des bisounours, en matière de prise en charge des étrangers dans notre système d’études supérieures ou de soin
+ceux qui épousent la modernité des amish écologistes
+Ceux qui ne seront pas affectés par la réforme des retraites et les heureux gagnants qui pourront en profiter
+Les citoyens responsables et les conspirationnistes anti-masques, à moins que ce soit l’inverse… cela dépend de la temporalité et des stocks
+Les soutiens indéfectibles à l’ordre républicain des islamogauchistes, lorsqu’encore une fois la police détruit des campements, tabasse des populations démunies ou précaires mais que toute caméra ou téléphone portable est confisqué
+Ceux qui tiennent un commerce « essentiel à la nation» et tous les autres corps de métier
+Les braves Héros du quotidien qui acceptent de s’assigner à résidence des semaines durant entre 4 murs (sauf pour prendre des transports publics, aller faire leurs courses en grande surface et aller travailler) et les dangers publics qui osent s’éloigner à plus d’1 km de leur résidence
+Les honnêtes gens qui ont une confiance absolue en les forces de l’ordre, ne croyant pas un traître mot ou une image « sortie de son contexte » pouvant inspirer un sentiment contraire et les « séparatistes »
+Ceux qui respectent la loi et la justice française des féministes hystériques qui règlent leurs comptes sur les réseaux sociaux.  Ceci venant d’un garde des sceaux lui aussi mis en cause judiciairement au moment de son investiture ; et qui a bâti sa carrière sur l’acquittement des violeurs puis qui s’engage auprès d’un président qui a promis de faire de la condition féminine sa grande cause du quinquennat.
+ ceux qui respectent l’ordre républicain de ceux qui mènent des campagnes de diffamation à l’encontre d’un ministre de l’intérieur, premier flic de France, qui à l’heure de son investiture avait encore une plainte pour viol sur le dos et une autre pour seulement avoir demandé et obtenu des faveurs sexuelles en échange de trafic d’influence et abus de pouvoir. Pardon du peu.

C’est ce même ministre qui hier assurait que puisqu’il l’a décidé, la loi de sécurité globale passera.
Ce gouvernement Prospère uniquement sur des situations de rapport de force où il a l’avantage. Aujourd’hui, tout un chacun sait qu’il y a de graves dysfonctionnements au sein de la police dite républicaine. Au lieu de reconnaître et de soigner ces dysfonctionnements, notre gouvernement a pris le parti, après en avoir d’abord nié l’existence, de désormais interdire de diffuser des preuves de ce que les banlieues dénoncent depuis des décennies et ce que les manifestants dénoncent depuis des années.

Repousser ce projet de loi, c’est montrer à la communauté internationale que la France défend les libertés encore fondamentales et malgré des attaques au sein de son appareil exécutif et législatif. Se battre pour la viabilité de la sécurité sociale et la qualité du service de santé publique, c’est montrer notre attachement à la solidarité nationale et que la société doit conserver les moyens de soigner sa population.
Défendre la France c’est défendre ses valeurs, ses institutions, mais aussi les personnes engagées au quotidien au nom de l’intérêt général et qui défendent les intérêts de la France. Les forces armées se battent chaque jour sur des terrains étrangers pour défendre nos valeurs et nos intérêts stratégiques. Il est inadmissible que sein même de notre gouvernement ces efforts soient mis en œuvre pour servir des intérêts privés. Un ex-président est déjà sous le coup de la justice pour des affaires de corruption, de financement de campagne présidentiel illicite et association de malfaiteurs ; ce serait une erreur de penser que notre Jupiter du moment est inatteignable. Un président, qui est aussi chef des armées et qui œuvre pour d’autres intérêts que ceux de son pays et de sa population est un traître à la nation. N’importe quel militaire qui oeuvrerait pour des intérêts d’un autre pays que le sien serait un traître à sa nation. Que ce soit pour haute trahison ou d’autres motifs, Macron devra assumer le démantèlement de la France qu’il a orchestré et accéléré, il devra y compris assumer juridiquement de gouverner seul au lieu de se cacher derrière un conseil de sécurité occupé principalement par des militaires.


Liberté Egalité fraternité

Notre devise n’est ni métro boulot dodo ni télétravail famille pates-riz !
Ensemble défendons la France contre les agents de destruction de la solidarité nationale, de la destruction de ses services publics, de la paupérisation de agents de l’Etat, du nivellement par le bas des salaires, des conditions de travail, une reconnaissance des compétences, des études et des acquis des travailleurs, une reconnaissance de la valeur de chacun au sein de la société et nos libertés collectives et individuelles.
 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.