Paris-Calais solidarité : une centaine de militants et réfugiés à République

Des afghans, des soudanais, des érythréens et des soutiens avaient lancé un appel à la mobilisation pour ce mardi 1er mars à 18h Place de la République. Environ 100 personnes ont répondu présent, y compris 30 flics qui ont pris soin de bloquer le cortège pour le neutraliser.

20160301-191730

Une manifestation en solidarité avec les migrant-e-s de Calais qui ont vu ce lundi une partie de leur camp brûler suite au zèle de l’Etat et de sa Police pour en évacuer une partie. Pour l’occasion, un communiqué avait été préparé par les réfugié-e-s de Paris pour réclamer des logements, des papiers et la possibilité de s’inscrire en facs. Depuis plusieurs semaines, c’est essentiellement sous les métros Stalingrad et la Chapelle et dans le quartier de la Gare de l’Est qu’ils sont installé-e-s, et régulièrement chassé-e-s par la Police quand ce n’est pas insultés et menacés par la maréchaussée.

Banderole de soutien lors du rassemblement Banderole de soutien lors du rassemblement

Concernant le rassemblement de ce soir, des migrant-e-s ont pris la parole à partir de 18h pour demander la régularisation de leur situation et la possibilité pour ceux de Calais de se rendre sereinement en Angleterre. Un bloc s’est ensuite formé avec 2 banderoles à l’appui pour faire le tour de la place, après que les keufs aient tout de même bloqué 4-5 soutiens contre le métro pour créer une petite pression. La manifestation s’est finalement plutôt résumée à des tours de manège autour de la statue de Place de la République, toujours en scandant le slogan "Solidarité avec les réfugiés". Après avoir tenté sans violence de forcer le barrage de Police, les manifestant-e-s sont retournés au point de départ du cortège pour une dernière fois appeler à la solidarité envers les réfugié-e-s de Paris, de Calais et partout ailleurs. Un autre rassemblement est prévu vendredi 4 mars à 18h du côté de Gare du Nord. En attendant, certains sont toujours présents sous le métro Stalingrad et près de Gare de l’Est, et ont besoin notamment de couvertures, de manger et de boire chaud ainsi que de recharges Lycamobile pour pouvoir appeler gratuitement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.