sidoinec
none
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2020

sidoinec
none
Abonné·e de Mediapart

La crise sanitaire au Chili

Le pays connaît depuis octobre un mouvement social sans précédent mais la crise sanitaire inquiète les organisations syndicales qui appellent le gouvernement à prendre les mesures nécessaires.

sidoinec
none
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le pays connaît depuis octobre un mouvement social sans précédent mais la crise sanitaire inquiète les organisations syndicales qui appellent le gouvernement à prendre les mesures nécessaires. L’angoisse d’une propagation rapide grandit dans les prisons qui comptent de nombreuses personnes incarcérées pour des motifs politiques.

Prison et menace d’infection par le coronavirus : la double peine des manifestants chiliens

Depuis le lancement du mouvement populaire chilien le 18 octobre dernier, nombre de manifestants, jeunes pour la plupart ont été arrêtés et mis en détention préventive. Les motifs d’incarcération sont les plus divers et les plus injustifiés.
Aujourd’hui ceux que l’on peut considérer comme des prisonniers politiques en attente de leur jugement sont aussi confrontés au risque de contamination par le Coronavirus : le milieu carcéral y est propice et les conditions d’hygiène déplorables des prisons chiliennes comme la promiscuité, les mettent en danger. L’organisation des familles et amis des prisonniers politiques (OFAPP) demande la mise en résidence surveillée des prisonniers avant que leur procès ne fasse éclater au grand jour l’inanité des poursuites à leur encontre. Parmi les prisonniers il y a aussi beaucoup de mineurs. Et ceux-ci sont très angoissés à l’idée de rester dans des cellules qui n’ont pas été désinfectées, en contact avec d’autres prisonniers, loin de leur famille.

Un gouvernement qui n’est pas à la hauteur de la crise

Plus largement, la réaction du gouvernement Pinera face à la menace sanitaire est très insuffisante : le Colegio de profesores de Chile, le principal syndicat de l’éducation du pays, demande, depuis le 19 mars, que le gouvernement procède au confinement dans tout le pays et ne maintienne en activité que les secteurs de la santé et de l’approvisionnement alimentaire. Dans une déclaration joliment intitulée : Humanidad somos todas y todos (nous constituons l’humanité toutes et tous), les syndicats regroupés dans le Bloc d’action social affirment qu’il « demeure incompréhensible que le gouvernement ne décrète pas une quarantaine générale, moyen que tous les experts considèrent comme indispensable pour freiner la très rapide contagion du virus » et déplorent que « les travailleuses et travailleurs du secteur de la santé ne puissent compter à présent sur les conditions de protection nécessaires ».
La peur du virus a bien entendu mit fin aux manifestations de rue et repoussé au 25 octobre le référendum constitutionnel initialement prévu en avril. Face au péril, le gouvernement s’est contenté le 18 mars de décréter l’état de catastrophe sanitaire pour 90 jours, sans confinement, mesure qui permet de déployer l’armée dans les rues et, selon les autorités, d’assurer l’approvisionnement des hôpitaux et des magasins. Le 20 mars, plus de 450 personnes étaient contaminées selon des chiffres officiels, mais probablement beaucoup plus, les tests étant trop rares.
Dans l’Argentine voisine, la réaction a été beaucoup plus rapide : confinement général depuis le 20 mars - au risque de la récession économique -, championnat de football suspendu, fermeture de toutes les salles de spectacle et des commerces non essentiels, arrêt des vols internationaux en provenance d’Europe, d’Asie du sud-est et des États-Unis : il y avait pourtant à la même date moins de cas qu’au Chili (128) pour une population plus importante (44 millions d’Argentins et 18 millions de Chiliens).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar