représentatitvité

Ils sont cinq cent soixante dix sept; nous sommes cent vingt mille! s'ils étaient vraiment nos représentants, ça se saurait. Donc le rapport de force entre ces affidés d'un pouvoir aux abois et notre position de citoyens est largement en notre faveur. Compte tenu de la frilosité des "électeurs" relativement aux prises de position contre la violence de l'exécutif, et en l'occurence contre la loi sur le renseignement, le nombre de pétitionnaires devrait être pris en considération, voire représenter une force de refus qui ait quelque chance d'être prise en compte.

 

L'argument de la sécurité me semble bien léger, eu égard au fait que la sécurité de nos vies et de nos attentes laisse bien à désirer dans le régime où nous nous trouvons enfermés depuis quelques années. Il existait, il n'y a pas si longtemps, un territoire d'expression libre, non menacé par la suspicion d'atteinte à la sûreté de l'état, qui permettait la controverse et le débat, voire la contestation, sans que nous soit reproché a priori une potentielle atteinte à la sûreté de l'état.

 

Ils sont -ne sont que- cinq cent soixante dix sept, et veulent encore nous prouver qu'ils peuvent nous faire taire, entre deux élections, au nom de l'intérêt suprême de la nation, dont évidemment nous ne faisons pas partie... Qu'ils aillent se faire voir, les libertés ne sont pas un signifiant qu'ils sachent gérer ni respecter.

 

JC Duchêne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.