Tueur, d'origine algérienne...

Salut!

 

A 13 heures, la une de France-Inter: Mohammed, "d'origine algérienne"...

 

Saloperie! ignoble présentation! Compromission avec le discours dominant et raciste!

 

Le type est français, né à Toulouse. (Au moment où j'écris, Mélenchon, sur France-Inter, parle d'un "fou criminel", et je gerbe: comme Sarkozy, merci l'info, il assimile fou et criminel!).

 

A t-on déjà entendu dire, à propos d'un tueur, "d'origine auvergnate, ou cht'i"?

 

J'ai été conspué sur l'article, à mon sens précipité, de Plenel, parce que je contestais la mise en exergue de l'antisémitisme comme moteur de cette horreur. Or il appert que dans cette affaire, l'attaque d'enfants d'une école juive est davantage le choix simpliste, une représentation soutenue par les medias et le discours le plus vulgaire, d'un sujet aveuglé par son conditionnement terroriste, qu'une attaque, au sens politique, du judaïsme. Une espèce d'archétype primaire projeté de l'"image de l'ennemi", forme évanescente de la haine qui n'a rien, pour le coup, à voir avec la race ou la religion. Juste avec l'"autre".

 

Si les medias ont leur rôle dans l'autorisation de l'acte de haine, c'est surtout le processus de désinhibition de la pulsion qui est à interroger, dans une supposée civilisation qui clive, sépare, construit des hiérarchies, passe beaucoup de temps à mettre en exergue la menace créée par l'autre, et autorise la "juste" réparation à titre individuel, hors du champ de la justice.

 

Quand je vais mourir, je n'aurai pas des quantités de vierges, je ne suis pas un héros, ni focalisé sur le sexe comme récompense divine. Mais j'aurai, je l'espère, le droit fabuleux à l'oubli.

 

JCD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.