Commentaire suite à l'article "Quand la Sécurité intérieure bâcle une note blanche"
http://www.mediapart.fr/journal/france/050115/quand-la-securite-interieure-bacle-une-note-blanche?page_article=3


Du FAUX en ECRITURE PUBLIQUE

La rédaction de faux pour accuser une personne à tort et/ou pour couvrir les abus et les infractions d'autres acteurs est malheureusement une pratique récurrente que l'on retrouve pratiquée par des individus ayant des missions publiques, en étant qui plus est payées avec notre argent.

J'ai pu moi-même observer des pratiques de faussaires (dans le procès que l'on me fait) par des personnes dépositaires de l'autorité publique que rien ne semble arrêter.

Communiquer sur ces pratiques permet d'entretenir la vigilance citoyenne, ce qui relève d'une nécessité certaine au regard de la gravité de ces manœuvres de faussaires qui, bien qu’ayant toujours existées, se développent de façon exponentielle.

Personne n'en est à l'abri.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.