Petit mémo sur la #libertedexpression :

La CEDH avait confirmé le droit de savoir des citoyens même sur des sujets minoritaires, voire inquiétants, en ces termes  pour ce qui est  « Nécessaire dans une société démocratique » :


 « La liberté d’expression constitue l’un des fondements essentiels d’une société démocratique, l’une des conditions primordiales de son progrès et de l’épanouissement de chacun. Sous réserve du paragraphe 2 de l’article 10, elle vaut non seulement pour les « informations » ou « idées » accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels il n’est pas de « société démocratique ». Telle que la consacre l’article 10, elle est assortie d’exceptions qui appellent toutefois une interprétation étroite, et le besoin de la restreindre doit se trouver établi de manière convaincante. »


CEDH, 14 fév 2008, July et SARL Libération/France, § 60
http://hudoc.echr.coe.int/sites/fra/pages/search.aspx?i=001-85083#{%22itemid%22:%5B%22001-85083%22%5D}

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.