Silexique
éthique, responsabilité sociétale, et autres
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mars 2016

#QPCjusticePourTous - Une QPC à soutenir

A l'occasion de mon nouveau pourvoi en cassation du 22 février 2016, j'ai produit une nouvelle version de ma QPC, soutenue par un mémoire de 200 pages : une articulation de 13 questions inhérentes à des lois qui portent sur la liberté d'expression, la vie privée, la légitimité des poursuites, la PREUVE, la légitime défense, le harcèlement, les lanceurs d'alerte, les poursuites bâillon.

Silexique
éthique, responsabilité sociétale, et autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La QPC à nouveau soumise à la Cour de cassation / mars 2016 #QPCjusticePourTous

Question prioritaire de constitutionnalité

QPC justice Pour Tous © Josselyne Abadie

La QPC à nouveau soumise à la Cour de cassation / mars 2016 :

Une articulation de 13 questions inhérentes à des lois qui portent sur la liberté d'expression, la vie privée, la légitimité des poursuites, la PREUVE, la légitime défense, le harcèlement, les lanceurs d'alerte.

Voici l'articulation des dispositions législatives objet de la QPC :

1ère question, sur les mesures relatives à l'acte introductif d'instance, articles : 53 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, 390-1 et 551 du code de procédure pénale

2ème question, sur les mesures relatives à l'atteinte à la vie privée, article 226-1 et 226-2 du code pénal

3ème question, sur l'incrimination de provocation à un crime ou un délit, article 23 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse

4ème question, l'article 48 - 6° de la loi de 1881 combiné à l'article 226-6 du code pénal sur la légitimité à agir et la plainte

5ème et 6ème question, l'article 29 de la loi du 29 juillet sur la liberté de la presse, sur l'identification et sur la « bonne foi »

7ème question, sur le champ d'application de la légitime défense et sa proportionnalité, article 122-5 du code pénal

8ème question, sur la PREUVE et la motivation des jugements, l'article 427 combiné à l'article 485 du code de procédure pénale

9ème question, l'article 593 du code de procédure pénale combiné à l'article L.411-3 du code de l'organisation judiciaire

10ème et 11ème question sur l'article 222-33-2-2 du code pénal sur le harcèlement, la matérialité des faits et les circonstances aggravantes

12 et 13ème question, sur les articles 39-2, 40 et 40-6 du code de procédure pénale relatifs aux signalements et aux lanceurs d'alerte sans prohibition des poursuites bâillon

Rappel du contexte et de la démarche :

Depuis mars 2011 je suis la cible de poursuites via une plainte d'un particulier -une plainte simple- qui a été qualifiée ensuite par la gendarmerie et le ministère public, en incriminations de diffamation et d'atteinte à la vie privée. Des informations se trouvent sur ce site à ce sujet. Il s'agit de poursuites abusives qui ont donné lieu à des condamnations qui le sont tout autant, dont une peine de 10 mois de prison avec suris qui est totalement aberrante et jamais vue en France. Je suis en fait poursuivie pour d'autres motifs.

Le dernier jugement du 16 mars 2015 était passé en force de la chose jugée par invalidation de ma dernière déclaration de pourvoi, suite à des faits curieux survenus dans la manière dont il avait été rédigé. Il s'agissait du troisième jugement au fond, après cassation partielle.

Ensuite, j'ai procédé à une "requête en interprétation d'arrêt et rectification d'omissions et d'erreurs matérielles" portant sur 29 points litigieux, qui pour certains ne sont effectivement pas que des erreurs matérielles. L'affaire a été jugée en reformulant ma requête en simple requête en rectification d'erreurs matérielles, en procédant à la rectification de 2 minuscules erreurs, sans lever les obscurités principales demandées (argumentées en fait et en droit dans une requête de 36 pages). Cependant cela suffit à ouvrir une voie de recours.

J'ai donc procédé à un nouveau pourvoi qui porte sur ce jugement sur requête mais aussi sur les deux jugements de la cour d'appel concernés, du 16 mars 2015, un sur renvoi de la cour de cassation et le deuxième ayant rejeté ma QPC. Cette version articulant 7 questions précises et développées était soutenue par un mémoire d'environ 50 pages.

A l'occasion du nouveau pourvoi j'ai produit à nouveau une QPC, encore plus travaillée portant sur 13 mesures législatives, soutenue par un mémoire de 200 pages, remis le 19 mars 2016 au greffe de la Cour de cassation avec les autres pièces. Comme l'exigent les dispositions en la matière, toutes les mesures que je conteste sont soit à la base des poursuites, soit portent sur la procédure, soit s'appliquent au litige (qui est en fait ultra-complexe). J'ai produit une argumentation très développée sur tous ces points et d'autres, et démontré les pratiques abusives qui exploitent les failles de la loi.

Cependant, j'ai travaillé de manière à ce que cette démarche puisse permettre des améliorations de la loi de façon à ce qu'elles profitent à tous. Il est évident qu'il n'était pas nécessaire pour la seule défense de mon dossier de produire un tel travail. Il est toutefois à souligner qu'une QPC DOIT en pirnicpe avoir une portée d'intérêt général pour justifier qu'elle soit considérée par le Conseil constitutionnel.

Contrairement à ce qui est le plus souvent pratiqué, les questions que j'ai formulées ne sont pas laconiques, mais précises et réalisées dans le cadre d'une approche de la complexité. Les grandes lignes des problématiques sont incluses à l'intérieur même des questions afin que tout le monde puisse en comprendre la portée au moins un minimum.

Cette QPC est en attente de la décision de la Cour de cassation qui doit juger si elle va la transmettre ou non au Conseil constitutionnel.

Vous pouvez soutenir cette QPC si vous pensez qu'il est utile qu'elle soit transmise au Conseil constitutionnel :

En mettant un lien sur votre site, blog, page Facebook, Twitter, ... en utilisant l'image présente sur cette page en l'association au lien : http://leproces.net/QPC_justice_pour_tous.html

Copyright Josselyne Abadie - 24 mars 2016

Textes de référence

Bloc constitutionnel :

Le préambule et les articles de la Constitution du 4 octobre 1958

Le Préambule de la Constitution de 1946

la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789

la charte de l'environnement

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin