Silvagni
Abonné·e de Mediapart

78 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 déc. 2014

La mort est leur métier?!

Autant le dire, la ponctuation du titre n'est nulle timidité mais s'adresse en forme de question exclamative au rédacteur du quotidien qui dans la veine immémoriale de "le roi est nu", sans doute chargé de la titraille à sensation habituelle au journal Le Parisien, vient de passer en dépêche de presse sur internet cet énorme «Mort de Rémi Fraisse: aucune faute professionnelle des gendarmes».

Silvagni
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Autant le dire, la ponctuation du titre n'est nulle timidité mais s'adresse en forme de question exclamative au rédacteur du quotidien qui dans la veine immémoriale de "le roi est nu", sans doute chargé de la titraille à sensation habituelle au journal Le Parisien, vient de passer en dépêche de presse sur internet cet énorme «Mort de Rémi Fraisse: aucune faute professionnelle des gendarmes».

MORT DE REMI FRAISSE: AUCUNE FAUTE PROFESSIONNELLE DES GENDARMES

Et voila, sans doute, qui se passerait de commentaires pour d'éventuels goujats qui ignoreraient les subtils et délicats délices d'un authentique lapsus calami, ici de la plume d'un rédacteur inconnu (et qui le restera) nous servant sur un plateau cette formidable bourde "à l'insu de son plein gré" qui nous le dit très fort:

que si vraiment il n'y a pas de faute professionnelle, ce n'est pas tant parce que l'emploi ici d'une grenade offensive aurait constitué une faute professionnelle qui aurait causé la mort illégale de Rémi Fraisse:  

mais bien parce que tuer ne constitue pas en soi une faute professionnelle pour la gendarmerie!

Et dont acte!

Les forces de l'ordre dans ce pays ont en effet le droit de tuer.

Oui: dont acte, et à la santé de nos anciens, la tête cassée de coups de crosses par les moblos, et pas seulement du temps de Zola mais hier encore, à Charonne ou boulevard Saint Michel, ou dans les corons en 48 ou encore centenaire oblige, en 15 aux chemin des dames ou à Craonne quand ils chassaient les poilus vers les mitrailleuses ennemies, révolver au poing. 

Et encore à la santé des Gilles Tautin et des Malek Oussekine à venir.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée par la « crise du service public »
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé