mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart jeu. 11 févr. 2016 11/2/2016 Dernière édition

Hollande, la porte ouverte…

Il ne reste plus à Cahuzac qu’à renverser la table : que peut-il lui arriver de pire que d’être ainsi, à la face du monde entier, le menteur au visage arrogant et souriant, qui va pour longtemps, on peut le craindre, éclipser les turpitudes de tous ceux qui, du plus petit au plus petit trainent de pires casseroles que celle du salaud du jour, imperturbable en apparence, et sur le fond certainement bien préparé. 

Il ne reste plus à Cahuzac qu’à renverser la table : que peut-il lui arriver de pire que d’être ainsi, à la face du monde entier, le menteur au visage arrogant et souriant, qui va pour longtemps, on peut le craindre, éclipser les turpitudes de tous ceux qui, du plus petit au plus petit trainent de pires casseroles que celle du salaud du jour, imperturbable en apparence, et sur le fond certainement bien préparé. 

Qui peut douter que Cahuzac, ex Ministre du Budget, en charge des contrôles et de la répression des fraudes fiscales, ne détienne à peu près tous les dossiers compromettants imaginables sur ses petits camarades comme sur ceux d’en face, et qu’il n’est pas prêt de les lâcher.

On voit mal ce qui pourrait convaincre cet homme dur et déterminé, de ménager quiconque. Gageons que ses petits camarades d’hier n’en seront que plus prudents, au-delà des grands mots et des indignations de circonstance. Surtout après ces aveux juridiquement si bien calibrés et qui doivent tout à sa défense bien comprise, à son sincère regret de s’être fait prendre, et rien à cette République bafouée dont il fut ministre.

Il reste l’essentiel qui caractérise ce système qui génétiquement institutionnalise le mensonge: l’irresponsabilité pénale des élus.

Tous ces gens mentent et trompent en permanence leurs électeurs, les militants de leurs partis, et surtout les grandes idées et les beaux principes de la démocratie auxquels ils ont juré fidélité, ce qui ne leur coûte rien… et par-dessus tout, le peuple dont ils se moquent avec cynisme.

Tous ces bourgeois blindés de thunes de la social-démocratie franchouillarde, qui exigent les plus grands sacrifices des plus démunis d’entre nous tout en s’en fourrant jusque là,  viennent de trouver leur pire ennemi : l’un des leurs, momentanément primus  inter pares de la magouille, du mensonge, et de la saloperie ordinaire d’une bourgeoisie qui du nationalisme le plus imbécile à la social-démocratie la plus corrompue, règne sans discontinuer sur ce malheureux pays.

L’affaire Cahuzac ne fait que commencer.

Et ce n’est pas le discours d’une Président fâché tout rouge, debout devant une porte grand-ouverte en un superbe lapsus de com’, qui va changer grand-chose.

Hollande nous annonce qu’on va faire… ce qui est déjà prévu de toutes façons en matière de Justice et de Presse – ni plus ni moins, soit moins que rien - et qu’on ira même, suprême audace, jusqu’à une inéligibilité à vie des hommes politiques condamnés par la Justice…  

Le discours improvisé est à la mesure des désormais habituelles palinodies hollandaises...

Finalement, cette porte ouverte, ça va donner des idées à plein de monde.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Tous pourris ?

Bien sûr que non !

Tiens, il ne se passe rien.

Alors, tous pourris ?

Bien sûr que oui !

Alors, il faut renverser la table, sinon ...