Silvagni
Abonné·e de Mediapart

78 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 mai 2014

Matzneff : lettre ouverte à Madame la Ministre de la Culture

Cette lettre ouverte est publiée ce jour par Le Point. Je l'édite ici avec l'espoir qu'elle suscitera un débat sur la réalité de la condition de ces intellos précaires qui bien souvent sont écrivains - même quand par modestie ils ne se disent pas tels et se contentent de dire qu'ils ou elles vivent - très mal- de leur plume.

Silvagni
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette lettre ouverte est publiée ce jour par Le Point. Je l'édite ici avec l'espoir qu'elle suscitera un débat sur la réalité de la condition de ces intellos précaires qui bien souvent sont écrivains - même quand par modestie ils ne se disent pas tels et se contentent de dire qu'ils ou elles vivent - très mal- de leur plume. Cette lettre mérite aussi d'être lue attentivement en tant que simple témoignage d'une réalité qu'à droite comme à gauche les bourgeois qui gouvernent ce pays tentent de dissimuler: ce pays qui se veut un berceau de culture a toujours trouvé normal - je dis "normal": habituel? - que les artistes crèvent de faim. C'est en somme une sorte de garantie d'authenticité du point de vue des nantis d'hier comme d'aujourd'hui, de ces "capables" comme on disait au 19ème siècle, qui apprécient eux, la culture: ils en ont les moyens puisque décidémment tout s'achète. Qu'on me comprenne bien, il n'est pas question de savoir ici si Gabriel Matzneff est de droite ou de gauche, je m'en contrefous: la vérité est qu'à la tête d'une oeuvre aussi considérable prix Renaudot ou pas, en 2014 un écrivain aussi indiscutable crève de faim. Alors imaginez ce qu'il en est de ceux qui n'ont pas l'immense talent de Matzneff, qui sont de simples tâcherons...

Quant à ce gouvernement, sans lequel on ne rirait plus en France, gageons que sa réponse à venir fera  grâce à Matzneff de son talent, mais laissera crever de faim tous ces plumitifs dont ils devinent sans peine qu'ils ne sont pas les amis des puissants. 

Lisez et admirez au passage la leçon de style aux cuistres qui nous gouvernent.

Madame la Ministre,

Je vous l'avoue, spontanément, je vous aurais donné du "Madame le Ministre", car cette féminisation des noms masculins qui ces derniers temps nous tombe dessus comme la vérole sur le bas clergé (je pense à l'horrible "écrivaine") ne me plaît guère, mais par crainte de vous agacer et pour en avoir le coeur net, j'ai tenu à vérifier dans ce qui est à mes yeux la loi et les prophètes de la langue française, le dictionnaire d'Émile Littré. Eh bien, vous auriez eu raison et moi tort : "ministre" est un substantif masculin, cela ne fait aucun doute, mais il existe aussi au féminin, et les trois exemples qu'en donne Littré sont décisifs, l'un étant de Bossuet et les deux autres de Racine.

Si donc, Madame la Ministre, je me permets de vous écrire cette lettre ouverte, c'est parce que je suis écrivain, que vous êtes ma ministre, et c'est votre soutien que je viens ici vous demander. Nous serions à Naples, c'est la protection de San Gennaro que j'implorerais, mais nous en sommes en France, pays à la sourcilleuse laïcité, et c'est donc à la vôtre que j'aspire.

Soigné pour un cancer, et parti me reposer quinze jours - à Naples, précisément -, je trouve à mon retour une lettre de l'Agessa - l'association qui gère la sécurité sociale des auteurs - datée du 18 avril dernier, où l'on me signifie que le maintien de mon affiliation à la sécurité sociale des écrivains a fait l'objet d'un avis défavorable de la Commission Professionnelle (sic, les majuscules ne sont pas de moi) au motif : "activité et revenus d'auteur insuffisants".

J'ai d'abord cru à un canular, à un mauvais pastiche de Kafka. Mais non, la lettre est authentique, et dans la France dont vous êtes la ministre de la Culture une Commission Professionnelle (avec double majuscule) refuse à Gabriel Matzneff sa qualité d'écrivain, vu qu'en 2013 il n'a pas assez publié et gagné d'argent.

Je suis un des écrivains français les plus connus de ma génération (celle de Georges Perec, de Philippe Sollers, de Dominique de Roux, de Jean-Edern Hallier) ; j'ai publié huit romans, deux recueils de poèmes, quatre récits, treize essais, douze tomes de mon journal intime, deux volumes de courrier électronique ; j'ai commencé à travailler jeune, je n'ai eu de toute ma vie ni un jour de congé payé, ni un jour de chômage, ni un jour d'arrêt maladie, ma plume a toujours été mon unique source de revenus et aujourd'hui - j'aurai soixante-dix-huit ans dans trois mois -, c'est plus que jamais "marche ou crève", comme à la Légion ; en 2010, les éditions du Sandre m'ont consacré un gros ouvrage collectif où des universitaires, des critiques littéraires, des confrères étudient mes livres, me rendent hommage, disent l'importance de mon travail (de ce que ces messieurs-dames de la "Commission Professionnelle" appellent mon "activité d'auteur"), la place qu'occupe celui-ci dans la littérature contemporaine; en 2013, bravant les puritains qui me tiennent pour un auteur scandaleux, le jury du prix Renaudot a eu le courage de couronner mon dernier essai, Séraphin, c'est la fin !.

Pourtant, moi qui suis affilié à l'Agessa depuis qu'elle existe, c'est précisément cette année 2013 sur quoi elle s'appuie pour décider ma radiation, au motif : activité et revenus d'auteur insuffisants.

Je serais curieux, Madame la Ministre, de connaître les noms des membres de cette Commission Professionnelle qui a décidé que Gabriel Matzneff ne mérite pas la qualité d'écrivain et doit être radié. Quels qu'ils soient, ils me rappellent le tribunal soviétique qui, voilà quelques années, jugea mon confrère Joseph Brodsky. Ces juges lui demandaient de prouver qu'il était poète, exigeaient ses diplômes de poète. Et comme Brodsky ne put fournir aucun certificat, les juges lui demandèrent : "D'où vous vient le droit d'oser vous proclamer poète ?" Alors Brodsky de répondre : "Je crois que cela me vient de Dieu." Il fut condamné "pour parasitisme social" à cinq ans de travaux forcés.

La Commission Professionnelle qui m'a radié n'a pas voulu, en m'envoyant cette lettre extraordinairement désinvolte, froide, méprisante, me condamner au bagne. Elle a simplement tenté de m'humilier, de me contraindre à les supplier, à chercher des voies de recours. Et elle a, d'une certaine manière, déjà triomphé, car cette lettre ouverte que j'ose vous adresser, Madame la Ministre, qu'est-elle sinon la recherche d'une voie de recours qui me permettrait de continuer à bénéficier de la sécurité sociale des écrivains ?

Mes livres, je les écris avec le sang de mon coeur, je tâche à ce qu'ils soient aussi beaux que possible, je leur infuse le talent, la force créatrice dont la nature (j'allais écrire Dieu, comme Brodsky, mais restons laïques jusqu'au bout) a bien voulu me doter, et pourtant ils ne me font pas gagner beaucoup d'argent ; ce ne sont pas des best-sellers. Je le regrette, mes éditeurs itou, mais c'est ainsi. L'Agessa a raison, je suis pauvre. Ce n'est pas une raison pour tenter de m'humilier. À moins que le but secret de la Commission Professionnelle ne soit de me pousser au désespoir, c'est-à-dire à la solution que, de Nerval à Crevel, de Pavese à Franco Lucentini, choisirent bon nombre de mes confrères, ici et de l'autre côté des Alpes. Ah ! La dolce morte ! Elle réglerait tout.

Pourtant, Madame la Ministre, je vais résister encore un peu à cette tentation. Je ne voudrais pas vous contraindre à assister à mes obsèques, l'office funèbre de l'Église orthodoxe est fort long et vous avez beaucoup de travail. Je préfère vous prier, respectueusement, d'intervenir en ma faveur, d'expliquer à l'Agessa qui je suis. Vieux, malade, très fatigué, je n'en ai plus la force.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée par la « crise du service public »
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai