Le JSD, notre bien commun!

Le nouveau maire (PS) a mis à mort le Journal de Saint-Denis (JSD). Un journal de qualité, d’information et d’opinion, qui existait depuis 1986. Gratuit et hebdomadaire, il était tiré à 51 000 exemplaires. Sa suppression est un geste lourd de sens. La population réagit et fait signer une pétition. La démocratie locale, tellement mise à mal, dépend de la lutte pour le JSD.

Dans un contexte difficile de pandémie et de mesures de restriction des interactions sociales, la mobilisation pour le Journal de Saint-Denis continue. Après la publication du dernier numéro du journal le 27 janvier avec plus d’une centaine de témoignages de responsables associatifs, de citoyennes et de citoyens de la ville, d’élu-e-s et d’ancien-e-s élu-e-s attachés au journal, une pétition rassemble aujourd’hui presque 1000 signataires qui dénoncent : «  La liberté de la presse est déjà attaquée dans tout le pays. Supprimer un journal est grave en démocratie. Votre décision est arbitraire et irresponsable. ». Le collectif de lectrices et de lecteurs du Journal de Saint-Denis évoque ainsi la décision du maire Matthieu Hanotin (PS) de supprimer l’intégralité de la subvention du Journal de Saint-Denis. Ce geste a condamné le journal à mort et a mis au chômage environ 16 salariés.

Depuis, différents articles de presse ont évoqué la disparition du JSD, comme dans Le Bondy Blog (https://www.bondyblog.fr/societe/on-etait-le-journal-des-habitants/), FR3 Ile de France (https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-saint-denis/saint-denis/dernier-numero-pour-le-journal-de-saint-denis-on-n-etait-pas-un-bulletin-municipal-mais-un-vrai-journal-1936984.html), l'Humanité https://www.humanite.fr/le-journal-de-saint-denis-envoye-au-pilon-par-son-maire-699559.

Devant la mobilisation populaire, la municipalité de Saint-Denis apparaît mal à l’aise. 

Début février, le maire socialiste Matthieu Hanotin distribue un communiqué dans toutes les boîtes aux lettres pour annoncer ses nouvelles mesures, comme s’il cherchait à se justifier auprès de la population. La municipalité propose de lancer un projet qui éparpille les initiatives de communication avec un budget presque 8 fois inférieur au budget consacré au JSD. 100 000 euros seulement seront consacrés à ces « projets citoyens », à la place des 770 000 euros qui étaient alloués au JSD. Oui, une presse indépendante, professionnelle et de qualité a un prix ! Il s’agit aussi de respecter la dignité des journalistes professionnels (9 salariés à temps plein et plusieurs pigistes). Il faut s’en donner les moyens.

Aussi, le nouveau maire socialiste de Saint-Denis souhaite centraliser sa communication. Un magazine institutionnel de plus est prévu, un outil de communication comme on peut avoir dans n’importe quelle mairie, totalement contrôlé par la municipalité, et très peu lu, en effet, par les habitants. Les élus lancent à ce titre un sondage dans les réseaux sociaux, un simulacre de consultation, dont les principales questions tournent autour des rubriques du JSD.

Au moment où le Département de Seine-Saint-Denis envisage de lancer un projet pour former les collégiens à la liberté et à l’importance de la presse et des médias dans la construction de la citoyenneté (le projet Agora qui prévoit notamment l’intervention de journalistes dans les collèges du département), le maire de Saint-Denis liquide le journal local. C’est un geste lourd de sens et qui représente une régression démocratique et sociale de plus dans notre ville et dans notre pays.

Pour la liberté de la presse, pour la qualité du débat démocratique, pour l’histoire et la mémoire de Saint-Denis, pour le développement de l’esprit critique, pour les liens sociaux, pour le respect du métier des journalistes, nous soutenons la pétition des habitants de Saint-Denis et nous invitons à la signer et à la partager largement :

 

Pétition · Monsieur le Maire RENDEZ NOUS NOTRE Journal de Saint-Denis · Change.org

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.