Simine Nouri
Docteur ès Histoire de l’art, Présidente de l'Association des Femmes Iraniennes en France, Défenseure des droits humains
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2021

Simine Nouri
Docteur ès Histoire de l’art, Présidente de l'Association des Femmes Iraniennes en France, Défenseure des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Un cri déchirant pour rappeler un génocide en Iran

Dans cette tragédie qui se joue en pleine manifestation d’Iraniens à Stockholm le 23 aout, soudain un cri monte, puissant, un cri retenu 33 ans dans le sein douloureux d’une mère.

Simine Nouri
Docteur ès Histoire de l’art, Présidente de l'Association des Femmes Iraniennes en France, Défenseure des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au milieu d’une foule, une femme, une artiste, joue le rôle d’une mère dont l’enfant a été exécuté. On vient de lui remettre une chemise, une montre et des lunettes. Elle erre parmi la foule tendant à la vue de tous, ce qui lui reste, les yeux hagards, le visage défait. Elle se penche sur un amas de terre qui rappelle les fosses communes qui grèvent l’Iran.

Et dans cette tragédie qui se joue en pleine manifestation d’Iraniens à Stockholm le 23 aout, soudain un cri monte, puissant, un cri retenu 33 ans dans le sein douloureux d’une mère. Elle est là, serrant la photo de son fils exécuté en ce mois d’aout 1988. " Mais moi je n’ai rien de lui. Ils ne m’ont même pas donné sa chemise pour que je respire son odeur ! Je n’ai rien !" Et ce " rien" de souffrance éclate en cris aigus, s’élève en prière vers le ciel, trépigne et réclame à la terre son sang et sa chair.  C’est un cri qui a déchiré l’air et les cœurs.

Cette mère est l’une des mères des 30.000 jeunes, si jeunes, prisonniers politiques massacrés en Iran en 1988 sur un décret de Khomeiny, ordonnant l’exécution de tous les prisonniers Moudjahidine du peuple, l’opposition démocratique, à cette tyrannie anachronique, à ce pouvoir inquisiteur religieux.

Les cris font sursauter la foule de manifestants venus réclamer justice à la communauté internationale pour un crime contre l’humanité resté impuni. Trois longues décennies de silence qui ont servi de marchepied aux mollahs pour se hisser et rester au pouvoir.

Dans cette douleur extrême et son appel à la justice, la mère remonte le temps et revit l’enfer de la disparition du fils. Elle n’est pas seule. Des femmes sortent de la foule. Elles s’approchent d’elle, l’entourent de leurs bras, lui prennent la main. Elles aussi sentent monter le cri en elles. Elles aussi ont perdu les leurs. Des familles entières ont été décimées. L’une a perdu 7 proches, une autre 14. Une onde de choc passe.

C’est qu’à Stockholm s’est ouvert le procès d’un des bourreaux de ce massacre, Hamid Noury. Tous ces Iraniens sont venus demander justice. Pour la première fois une démocratie a arrêté un officiel du régime iranien qui se rendait régulièrement sur son territoire. Pour la première fois une démocratie met en pratique la compétence universelle. Hamid Noury a tué et fait tuer des centaines de défenseurs de la liberté, hommes et femmes, en Iran en tant que bourreau adjoint. Mais que dire du président actuel des mollahs qui était bourreau en chef à cette époque dans les commissions de la mort et qui s’en honore aujourd’hui ? Lui qui a été jusqu’à récemment chef du judiciaire et qui a réitéré ses massacres en faisant tuer 1500 manifestants dans les rues d’Iran en novembre 2019 ?

Le 2 septembre, dans ce procès fleuve, des rescapés du massacre de 1988 viendront témoigner. Une parole va se libérer. Le régime iranien est effrayé par les conséquences. Il tente par n’importe quel moyen de salir les victimes, d’en effacer l’identité, de les faire disparaitre de l’histoire. Mais plus il se débat et agite ses agents de propagande et plus cela se retourne contre lui.

Le 27 aout, une conférence internationale en ligne a réuni un millier d’anciens prisonniers politiques Moudjahidine du peuple rescapés des tortures et pour certains de ce massacre. Il se trouvaient en Albanie, près de Tirana dans la cité de la résistance iranienne, Achraf-3. Ce jour-là des experts juridiques comme Geoffrey Robertson* ou Eric David** ont qualifié ce crime contre l’humanité de génocide, car il visait à exterminer un groupe uniquement pour ses convictions. "Exécutez tous les prisonniers Moudjahidine qui se maintiennent sur leurs positions", avait écrit de sa main Khomeiny dans son décret de mort. Voilà désormais ce régime coupable de génocide.

On attend avec impatience l’application de la loi Magnitsky adoptée par l’Union européenne contre les violations des droits humains de par le monde. Josep Borrell, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, qui s’en félicitait, va-t-il renoncer à son attitude complaisante avec Téhéran pour l’agiter sous le nez des mollahs iraniens ? Lui qui espère tant de les voir s’asseoir à la table des négociations, serait étonné de la rapidité de leur réponse en faisant preuve de fermeté. Les mollahs ne redoutent rien tant que le langage de la force, et aujourd’hui la force de la justice.


*Avocat QC (Conseil de la Reine), spécialiste des droits de l'homme

** Professeur émérite de droit international à l’ULB

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin