Simine Nouri
Docteur ès Histoire de l’art, Présidente de l'Association des Femmes Iraniennes en France, Défenseure des droits humains
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2022

Simine Nouri
Docteur ès Histoire de l’art, Présidente de l'Association des Femmes Iraniennes en France, Défenseure des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Iran-Belgique : Un coup dévastateur porté à l’Etat de droit

Face aux crimes d’un vieux dictateur religieux, l’Occident a malheureusement pris l’habitude de tourner la tête et au lieu de défendre ses propres valeurs, bafouées par des autocrates et les oligarques qui les soutiennent.

Simine Nouri
Docteur ès Histoire de l’art, Présidente de l'Association des Femmes Iraniennes en France, Défenseure des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Est-ce par une vieille tendance de complaisance ? Pour obtenir des contrats commerciaux alléchants avec un Etat en faillite ou pour ramener les prisonniers-otages qui seront aussitôt remplacés par d’autres étrangers innocents pour être utilisés comme monnaie d’échange ? Est-ce par peur ? Certainement oui, mais c’est le guide suprême et son régime férocement répressif qui sont surpris et horrifié par une protestation nationale inédite. Espérons que la résistance solide dressée par les Européens contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie ne serait pas une exception ! Il y a aussi l’Iran des mollahs, un proche allié du Kremlin. 

Le projet de loi inscrit en urgence par le gouvernement belge visant à permettre à des ressortissants iraniens condamnés en Belgique de purger leur peine de prison en Iran est honteux, scandaleux et contraire aux valeurs que l’Occident reconnaît depuis des siècles à la justice.

Ce projet de loi négocié en catimini mais fort heureusement révélé et vite rendu public, intervient peu de temps après les peines prononcées dans le jugement, par la justice belge à Anvers, de l’affaire de l’attentat terroriste visant le grand rassemblement pacifique d’exilés iraniens en été 2018 près de Paris auquel participaient des élus et des personnalités occidentaux aux côtés de plusieurs dizaines de milliers de membres de la diaspora iranienne.

L’attentat commandité par le "guide suprême" Ali Khamenei en accord avec le gouvernement de Hassan Rohani et son ministre des Affaires étrangère, Javad Zarif, a heureusement été déjoué avant le bain de sang prévu à Villepinte en France, grâce à la collaboration minutieuses de plusieurs services de renseignements européens. Le cerveau et ses complices ont été arrêtés à temps, avec un engin explosif hautement sophistiquée, beaucoup de cash et surtout des cahiers remplis de noms et d’adresses des contacts.

En cas d’adoption par le parlement belge, ce projet "de transfèrement de condamnés" permettrait à Assadollah Assadi, le cerveau, d’échapper à la peine à laquelle il a été pourtant très justement condamné par la justice belge ( 20 ans de prison ferme, la peine la plus dure) pour ces faits et d’être renvoyé auprès de l’Etat iranien, commanditaire de ce même attentat "pour y purger sa peine !"

Assadi, le vrai chef terroriste déguisé en diplomate pour pouvoir bénéficier des avantages qui y sont associés, ce que les autorités judiciaires des trois pays concerné, l’Allemagne où il a été arrêté, la France où il comptait commettre son carnage et surtout la justice belge où ses deux complices principaux, porteurs de la bombe, ont été interpellés, ont refusé de reconnaître vue la gravité des faits, mais aussi ses trois complices infiltrés dans le rang des opposants au régime, qui sont emprisonnés actuellement en Belgique, seront sans aucun doute accueillis à leur retour "en héros" à l’aéroport de Téhéran ; au mépris des mois d’efforts intenses déployés par les services de renseignements européens et la justice belge dans un dossier aussi complexe qu’horrifique.

Une éventuelle ratification de ce projet entraînerait une impunité manifeste pour les agents du régime iranien qui propagent le terrorisme à travers le monde. Il porterait aussi un coup sévère à l’Etat de droit et à la sécurité des citoyens européens, et agirait comme une force motrice pour d’autres agents du terrorisme d’Etat, notamment Iraniens.

Aujourd’hui, de nombreuses personnalités politiques et juristes appellent le parlement belge à éviter le piège de cet Etat voyou qui monnaye depuis de nombreuses décennies la libération d’otages occidentaux, dans le but de servir ses propres intérêts, sans égard pour son peuple, pour la vie des occidentaux innocents, pour les valeurs universelles de justice et des droits humains.

Les familles des victimes nombreuses de ce régime demandent au parlement belge de soutenir de tout son poids la justice belge et de rejeter ce projet de loi honteux qui si adopté et appliqué laisserait une tache indélébile sur l’histoire de la justice européenne.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier