Simon Chapellas
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2016

Droit au travail ou droit du chômage?

Après la catastrophe des droits rechargeables annoncée par la CIP (Coordination des Intermittents et Précaires) en 2014, quelle sera la nouvelle machine à misère de l’UNEDIC ?

Simon Chapellas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La loi travail fait la une de l'actualité, on peut lui reconnaître une chose, celle d’avoir catalysé un ras-le-bol massif, fruit d’une succession de lois et de décisions politiques qu’une “droite” au pouvoir n’aurait pu mener sans s'attirer les foudres d’une “gauche” aujourd’hui au pouvoir.

Alors oui, merci Myriam El Khomri  de nous avoir réunis, mais ce n’est pas (seulement) contre toi aujourd’hui qu’une conscience politique s’élève, le débat dépasse maintenant cette saloperie de loi travail.
Les politiques pour l’emploi (CICE, crédit d'impôts, exonérations de cotisations,...) ruinent l’état et vident les caisses de protection sociale à la faveur d’un patronat dont le rêve de sacrifier les droits sociaux sur l’autel du plein emploi passe à devenir réalité. L’emploi à tout prix ?
Comme si seuls les employeurs étaient en capacité de résoudre les problèmes d’un pays tout entier. Comme si « 1 million d’emplois » promis par le MEDEF en 2015 étaient l’issue face à 6 millions de chômeurs.

Comme si l’emploi était l’unique solution.

Travailler moins pour travailler tous semblerait plus logique mais travailler autrement pourrait être une solution.

Les auto-entrepreneurs ou  autres Uberisés  et les chômeurs à activité réduite sont victimes d’un capitalisme qui n’assume plus sa fonction d’employeur et subissent la réalité de la discontinuité de l’emploi.
Et, entre deux emplois, qu’y a t-il de plus efficace que le chômage pour assurer une continuité de revenu. Quand 86% des nouveaux contrats signés sont en CDD et quand 6 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés (imaginez 6 malades sur 10 non soignés), n’y a-t-il pas un état d’urgence sociale pour contrer la paupérisation due à cette précarité?

Le constat est sans appel, il n’y a pas d’emploi pour tout le monde, le plein emploi n’a jamais existé et il n’existera jamais.

En ce moment, les “partenaires sociaux”, sous l'égide de l’UNEDIC négocient une nouvelle convention d’assurance chômage avec l’objectif de faire encore plus d’économies sur le dos des chômeurs. 800 millions d’euros issus des cotisations de tous les salariés qui ne seront pas redistribués à ceux que l’emploi a exclu.

Après un bilan florissant de +10.2 Milliards d’euros entre 2006 et 2008, une réduction des taux de cotisations pour fêter ça et ainsi réduire les recettes, c’est aux privés d’emplois que le MEDEF veut faire payer la facture aujourd’hui. Une dette de 25.9 milliards d’euros, cautionnée par l’état, cumulée de manière volontaire par une gestion partagée entre le MEDEF et son droit de veto absolu sur toute négociation. Si le MEDEF ne signe pas, aucun accord ne peut sortir des bureaux de l’UNEDIC. La seule chose que les syndicats de salariés peuvent négocier se réduit au moins pire, certains signent pour un siège et un amendement, d’autres tentent de se faire entendre, en vain face à un MEDEF tout puissant.
Le paritarisme est à bout de souffle et  les dés sont pipés.
On retrouve les griffes de ce montage mafieux jusque dans la loi travail (art52) qui légalise des pratiques de Pôle Emploi condamnées par le Conseil d’Etat le 5 octobre dernier.

Les allocations chômages sont issues de nos salaires, un salaire différé et mutualisé mis au commun via nos cotisations en emploi, pour assurer un revenu avant et après l’emploi. Ne laissons pas le MEDEF choisir nos avenirs de manière arbitraire en jetant au milieu de l’arène du paritarisme les miettes de nos droits.

Hérité du Conseil National de la Résistance, « le programme des jours heureux » à l’origine de la sécurité sociale est attaqué depuis sa création, détricoté méthodiquement depuis des années.

Foutons donc le MEDEF dehors ! Ne laissons pas les négociations chômage aboutir à de nouvelles régressions !
Gagnons de nouveaux droits pour que 10 chômeurs sur 10 soient indemnisés !

Pas de droit du travail sans droit au chômage !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch