Simone GABORIAU
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2021

AU LIBAN L'INDEPENDANCE DE LA JUSTICE EST MENACEE

Tarek Bitar, juge chargé de l'instruction de l'explosion du port de Beyrouth, est la cible de violentes attaques verbales et de menaces depuis qu'il a émis, des mandats d'arrêt contre des hommes politiques. Le 14 octobre une manifestation, à l'abord du palais de justice, exigeant son dessaisissement s'est soldé par plusieurs morts. La recherche de la vérité sera-t-elle muselée ?

Simone GABORIAU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au Liban, l’indépendance de la justice est menacée

 La recherche de la vérité sera-t-elle muselée ?

Le juge Tarek Bitar, 47 ans, s'est mis à dos le puissant mouvement chiite armé Hezbollah et ses partisans dans le cadre de son enquête sur la meurtrière explosion au port de Beyrouth du 4 août 2020. Malgré de fortes pressions politiques, notre collègue entend en effet poursuivre plusieurs responsables. Ceux-ci refusent, d'être interrogés, même si les autorités ont reconnu que les énormes quantités de nitrate d'ammonium qui ont explosé avaient été stockées au port pendant des années sans précaution. Parmi eux figurent deux anciens ministres qui étaient membres du mouvement Amal, allié du Hezbollah.

Tarek Bitar est la cible de violentes attaques verbales et de menaces depuis qu'il a émis, mardi 12 octobre, un mandat d'arrêt contre ces deux hommes politiques.

 La manifestation de jeudi 14 octobre, organisée par les mouvements chiites Hezbollah et Amal, s’est produite après le rejet par la Cour de cassation des plaintes de députés et d'ex-ministres à l'encontre de Tarek Bitar. Les affrontements se sont déroulés à Tayouné, à proximité du Palais de justice, où se rendait la manifestation. Alors que des partisans des deux partis chiites, y étaient massés pour exiger le départ du juge Tarek Bitar, c’est là où des snipers embusqués ont alors tiré et que certains manifestants ont riposté.

 Agé de 47 ans, ce discret magistrat chrétien (au Liban, on doit noter « les identités religieuses ») à qui on ne connaît pas d'affiliation politique ( fait rare dans la magistrature libanaise) Tarek Bitar qui s'est forgé une réputation de magistrat intègre et incorruptible est devenu aux yeux des victimes de l'explosion et pour une partie des Libanais une icône. Toute une partie de la population le soutient sur les réseaux sociaux, dégoutée par la classe politique libanaise.

Lorsqu'il reprend l'enquête en février dernier sur l'explosion du port de Beyrouth, il déclare au journal francophone L'Orient-Le Jour vouloir aller jusqu'au bout. « Rien ne m'arrêtera, nous avons le devoir envers les victimes de parvenir à la vérité. »

 Le tandem chiite Hezbollah-Amal, mais également des responsables sunnites et chrétiens poursuivis par le juge Bitar, exigent son dessaisissement, arguant que son travail est arbitraire et politisé, alors que le magistrat, malgré les intenses pressions dont il fait l'objet, veut poursuivre plusieurs dirigeants dans le cadre de son enquête sur le drame du port.

 les pressions contre ce collègue ne cessent d'augmenter.

Le Conseil supérieur de la magistrature a tenu mardi une réunion consacrée au bras de fer entre le juge Tarek Bitar, et une partie de la classe politique libanaise qui réclame son dessaisissement sous prétexte que son action est politisée.

Parallèlement à la réunion du CSM, des activistes du collectif du "Front de l'opposition" ont tenu un sit-in devant le palais de Justice de Beyrouth, pour soutenir le juge Bitar et dénoncer les ingérences dans le travail du pouvoir judiciaire. Aucune information n'a encore filtré sur la teneur des discussions des magistrats qui composent le CSM. 

Tarek Bitar incarne le symbole d'une justice indépendante, un des derniers piliers du Liban sur le point de s'effondrer. Il faut le soutenir.

En France une information est également en cours concernant l'explosion de Beyrouth du fait qu'un certain nombre de victimes sont française. A l'évidence la vérité ne pourra se faire en France si elle ne peut se manifester au Liban. Peut-être que cette situation se retrouve dans d'autres pays dont des nationaux ont été victimes?

Est, par ailleurs, essentielle pour l’Europe la situation du Liban qui, au cœur d’une zone géopolitique hypersensible, se trouve au carrefour de toutes les cultures.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze