Simone GABORIAU
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2021

AU LIBAN L'INDEPENDANCE DE LA JUSTICE EST MENACEE

Tarek Bitar, juge chargé de l'instruction de l'explosion du port de Beyrouth, est la cible de violentes attaques verbales et de menaces depuis qu'il a émis, des mandats d'arrêt contre des hommes politiques. Le 14 octobre une manifestation, à l'abord du palais de justice, exigeant son dessaisissement s'est soldé par plusieurs morts. La recherche de la vérité sera-t-elle muselée ?

Simone GABORIAU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au Liban, l’indépendance de la justice est menacée

 La recherche de la vérité sera-t-elle muselée ?

Le juge Tarek Bitar, 47 ans, s'est mis à dos le puissant mouvement chiite armé Hezbollah et ses partisans dans le cadre de son enquête sur la meurtrière explosion au port de Beyrouth du 4 août 2020. Malgré de fortes pressions politiques, notre collègue entend en effet poursuivre plusieurs responsables. Ceux-ci refusent, d'être interrogés, même si les autorités ont reconnu que les énormes quantités de nitrate d'ammonium qui ont explosé avaient été stockées au port pendant des années sans précaution. Parmi eux figurent deux anciens ministres qui étaient membres du mouvement Amal, allié du Hezbollah.

Tarek Bitar est la cible de violentes attaques verbales et de menaces depuis qu'il a émis, mardi 12 octobre, un mandat d'arrêt contre ces deux hommes politiques.

 La manifestation de jeudi 14 octobre, organisée par les mouvements chiites Hezbollah et Amal, s’est produite après le rejet par la Cour de cassation des plaintes de députés et d'ex-ministres à l'encontre de Tarek Bitar. Les affrontements se sont déroulés à Tayouné, à proximité du Palais de justice, où se rendait la manifestation. Alors que des partisans des deux partis chiites, y étaient massés pour exiger le départ du juge Tarek Bitar, c’est là où des snipers embusqués ont alors tiré et que certains manifestants ont riposté.

 Agé de 47 ans, ce discret magistrat chrétien (au Liban, on doit noter « les identités religieuses ») à qui on ne connaît pas d'affiliation politique ( fait rare dans la magistrature libanaise) Tarek Bitar qui s'est forgé une réputation de magistrat intègre et incorruptible est devenu aux yeux des victimes de l'explosion et pour une partie des Libanais une icône. Toute une partie de la population le soutient sur les réseaux sociaux, dégoutée par la classe politique libanaise.

Lorsqu'il reprend l'enquête en février dernier sur l'explosion du port de Beyrouth, il déclare au journal francophone L'Orient-Le Jour vouloir aller jusqu'au bout. « Rien ne m'arrêtera, nous avons le devoir envers les victimes de parvenir à la vérité. »

 Le tandem chiite Hezbollah-Amal, mais également des responsables sunnites et chrétiens poursuivis par le juge Bitar, exigent son dessaisissement, arguant que son travail est arbitraire et politisé, alors que le magistrat, malgré les intenses pressions dont il fait l'objet, veut poursuivre plusieurs dirigeants dans le cadre de son enquête sur le drame du port.

 les pressions contre ce collègue ne cessent d'augmenter.

Le Conseil supérieur de la magistrature a tenu mardi une réunion consacrée au bras de fer entre le juge Tarek Bitar, et une partie de la classe politique libanaise qui réclame son dessaisissement sous prétexte que son action est politisée.

Parallèlement à la réunion du CSM, des activistes du collectif du "Front de l'opposition" ont tenu un sit-in devant le palais de Justice de Beyrouth, pour soutenir le juge Bitar et dénoncer les ingérences dans le travail du pouvoir judiciaire. Aucune information n'a encore filtré sur la teneur des discussions des magistrats qui composent le CSM. 

Tarek Bitar incarne le symbole d'une justice indépendante, un des derniers piliers du Liban sur le point de s'effondrer. Il faut le soutenir.

En France une information est également en cours concernant l'explosion de Beyrouth du fait qu'un certain nombre de victimes sont française. A l'évidence la vérité ne pourra se faire en France si elle ne peut se manifester au Liban. Peut-être que cette situation se retrouve dans d'autres pays dont des nationaux ont été victimes?

Est, par ailleurs, essentielle pour l’Europe la situation du Liban qui, au cœur d’une zone géopolitique hypersensible, se trouve au carrefour de toutes les cultures.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN