Simone GABORIAU
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

Daniel Lecrubier, un magistrat engagé dans tous les combats pour la justice

Daniel Lecrubier, magistrat, ancien secrétaire général du Syndicat de la Magistrature (1979-1983) , qui occupa bien d'autres fonctions encore, nous a quitté ce samedi 16 octobre à l'âge de 73 ans. Le Syndicat de la Magistrature et la magistrature lui doivent beaucoup.

Simone GABORIAU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nos carrières professionnelles ne se sont pas croisées si ce n’est à la fin, à la Cour d’appel de Paris, à la fin des années 2010.

Par ailleurs, nous nous sommes retrouvés à Tunis en 2016 où j’étais en en mission, quand après sa retraite il présida le GIP « Justice coopération internationale " .

C’est donc dans ce lieu d’amitié, de débats, de réflexions et d’actions, mais aussi des moments festifs, propre au Syndicat de la Magistrature (SM) que se sont forgés mes liens avec lui.

Quelle chance, oui quelle chance, d’avoir pu partager avec lui des combats communs notamment dans notre bureau commun (1982 -1983) lui étant secrétaire général et moi présidente ; mais aussi avant et après et toujours car il resta toujours fidèle au SM.

C’est Daniel qui me téléphona pour me demander de me "présenter au bureau", décision que je n’aurais jamais prise d’initiative.

C’est lui qui m’adouba dans ce monde si nouveau pour moi des relations au plus haut niveau avec le ministre, Robert Badinter, les syndicats, CGT, CFDT, PASP, SNJ, et autres, les associations alliées, comme la Ligue des droits de l’homme, le MRAP etc…

C’est Daniel qui me montra le chemin pour assumer cette responsabilité d’une fonction qui au début vous donne le tournis : tout d’un coup, chaque parole prononcée, chaque phrase écrite, engagent toute une organisation.

Tant d’années de mobilisations communes et de moments partagés, en équipe celle du Syndicat de la Magistrature !

La politique de l’enfance, la politique pénale, le sort des étrangers, le statut de la magistrature, la prison, les droits de l'homme etc… bref, une société de justice et de solidarité avec un souci de s’ouvrir vers d’autres cultures. Voilà ce qui l’habitait.

La magistrature sait-elle ce qu’elle lui doit ? la « transparence » et un formidable renouveau avec un coup de vent frais dans la formation continue des magistrats et l’ouverture vers les horizons judiciaires étrangers pour sortir, enfin, de notre hexagone.

Ses amis savent ce que nous lui devons, une richesse et une imagination sans borne dans la réflexion et l’action mais aussi des bons moments de rigolades tant la joie de vivre l’habitait. Et le tout sans se mettre en avant.

 D’abord le temps d’avant le 10 mai 1981, à l’époque où le pouvoir politique s’en prenait au SM et où nous, les syndiqués, nous trouvions dos au mur, les poursuites disciplinaires en étant le grave symptôme,

c’était au temps de la lutte contre la loi Peyrefitte dite « Sécurité Liberté » contrôles d'identité généralisés, saisine directe (ancêtre de la comparution immédiate) règles rigides de la récidive et du sursis... autant de dispositions instillant dans l'esprit des français l'amalgame sécurité-répression 

c’était au temps de la lutte contre la loi Bonnet – ministre de l’Intérieur – qui avait accru les possibilités d’expulsion et de refoulement des étrangers et initié la "double peine"

c’était au temps de la lutte contre la volonté gouvernemental d’abolir toute autonomie des tribunaux d’instance en créant un lien fort avec les TGI…

et bien sûr c’était au temps de la lutte contre la peine de mort

et bien d’autres combats encore.

Et puis ensuite, ce fut l’espoir politique.

Qu'espérait-il ? Qu’espérions-nous ?

La réforme du statut de la magistrature afin de la libérer de l'emprise du pouvoir exécutif et de délester les magistrats de l'angoisse de la carrière, de fonder le fonctionnement de la justice sur la démocratie et non sur la hiérarchie et l’autorité centralisée

La réforme de la prison et de l’application des peines : la justice ne devait plus s'arrêter aux portes de la prison : judiciarisation de l’application des peines et  création des Tribunaux de l'Application des Peines

Une autre politique pénale : la prison a minima et le traitement des causes de la délinquance et non seulement des effets, 

L’avènement d’une société de solidarité, innervée par un monde associatif dynamique, dynamisme associé à une politique sociale ambitieuse sur laquelle la justice pénale, mais aussi civile, aurait pu s’appuyer ; les réformes ne suffisaient pas, nous recherchions un regard plus social d'accompagnement du judiciaire comme l’avait rappelé Daniel dans son article du livre des 50 ans du SM

Etc…

Et puis vint la complexité du réel celle de la situation d’une certaine convergence avec la politique dont témoignait le nombre des membres du SM dans les cabinets ministériels, et singulièrement de la justice, et la nécessité de maintenir, sans faille, le cap de l’indépendance syndicale.

Un des sujets de tension fut la question des étrangers car après une politique généreuse elle a connu un revirement. La montée du "front national" et le retour des thématiques migratoires dans le discours politique pesèrent dans les choix politiques. Aussi le congrès de 1983 eut-il  pour thème : « Les étrangers des exclus parmi d’autres », nous y avions accueilli des jeunes  de la Marche contre le racisme et pour l’égalité.

Dans un texte proposé au vote du congrès nous avions dénoncé une « législation d’exception » frappant les « clandestins » mais des camarades, engagés dans le monde du pouvoir politique, avaient réussi à faire voter un amendement de suppression de ce passage.

On s’en est remis mais nous fûmes bien amers.

Et bien sûr, toutes nos espérances ne furent pas comblées : statut, Sécurité Liberté dont l'abrogation ne fut pas totale etc... 

Une dernière évocation car il s’agit d’une affaire oubliée mais d’un combat qui reste.

Daniel avait soutenu les amis et la famille de Patrick Mirval, un Antillais âgé de vingt ans, mort, en 1974, prétendument d’un suicide en prison : sa famille et un comité de soutien, n'avaient jamais cessé de demander la réouverture de son dossier clôturé par un non-lieu devenu définitif après le rejet de l'appel et du pourvoi. Il était détenu pour un vol présumé de 57 Francs en pièces de monnaie (volés dans une machine à sous) il avait réagi par une violente colère en apprenant le refus de sa mise en liberté. Il n’y eut pas de nouvelle enquête.

Daniel persista dans ses combats. malgré les désillusions. C'était comme ça sa vie et il l'aimait.

Simone GABORIAU, magistrate honoraire, ancienne présidente du Syndicat de la Magistrature 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa