sitelle
Plus aucune autre qu'observatrice, pas toujours amusée...
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Lien 20 mai 2013

AFFAIRE AL-DOURA: ISRAEL CONTESTE LA VERSION DE FRANCE2.

sitelle
Plus aucune autre qu'observatrice, pas toujours amusée...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.lemonde.fr/

Le gouvernement israélien a affirmé, dimanche 19 mai, dans un rapport qu'un reportage de France 2 sur la mort d'un enfant palestinien dans les bras de son père en 2000 était "infondé", affirmant s'appuyer sur des images non montées du reportage. Ce rapport, qui réitère des positions de dirigeants politiques et militaires israéliens, est publié à quelques jours d'une décision de justice à Paris sur une affaire de diffamation entre l'auteur du reportage, le journaliste Charles Enderlin, contre Philippe Karsenty, directeur d'une agence de notation des médias.

Le premier ministre Benyamin Nétanyahou a lui-même salué la conclusion du document, d'une quarantaine de pages. "Il n'y a qu'une seule façon de contrer les mensonges, c'est par la vérité", a insisté M. Nétanyahou, cité dans un communiqué accompagnant la publication du rapport.

"Les accusations et affirmations centrales du reportage de France 2 sont infondées dans le matériau que la chaîne de télévision avait en sa possession au moment du reportage", assure ce rapport commandité en septembre 2012 par M. Nétanyahou. "Contrairement à l'affirmation du reportage selon lequel l'enfant est tué, le visionnage des images non montées par la commission (gouvernementale) montre que dans les scènes finales, qui n'ont pas été diffusées par France 2, on voit l'enfant vivant", souligne le texte.

La chaîne a refusé de fournir les images non montées du reportage aux autorités israéliennes, a indiqué l'auteur du rapport, Yossi Kuperwasser, directeur général du ministère des relations internationales, sans préciser comment la commission israélienne s'était néanmoins procuré les images sur lesquelles elle fonde ses conclusions.

"FABRIQUÉ DE TOUTES PIÈCES"

Le reportage de M. Enderlin, correspondant à Jérusalem de France 2, montrait un Palestinien de 12 ans, Mohammad, protégé par son père, Jamal Al-Doura, pris sous les tirs croisés entre l'armée israélienne et des activistes palestiniens, au tout début de la deuxième intifada.

Selon le rapport israélien, il n'y a pas de "preuve que Jamal ou l'enfant aient été blessés de la manière présentée par le reportage (...). Au contraire, il y a de nombreuses indications selon lesquelles aucun des deux n'a été touché". Selon le document, l'examen balistique des impacts de balles à proximité du père et de l'enfant "montre qu'il est extrêmement douteux que les balles puissent avoir été tirées depuis la position israélienne comme l'implique le reportage de France 2".

"Nous avons toujours dit, y compris à la Cour suprême israélienne, que nous étions prêts à une enquête publique indépendante selon les standards internationaux", a déclaré M. Enderlin. "Nous n'avons jamais été contactés pour une enquête israélienne quelconque. Kuperwasser n'a jamais contacté France 2. S'il l'avait fait nous aurions demandé de quelle enquête il s'agissait et s'il était question d'une commission indépendante", a-t-il souligné.

"Nous avions aussi annoncé que nous étions prêts à aider Jamal, le père de l'enfant, pour un test ADN du corps de son fils si nécessaire", a ajouté Charles Enderlin. Jamal Al-Doura a quant à lui déclaré que le rapport était "fabriqué de toutes pièces". "Les Israéliens mentent et tentent de couvrir la vérité", a-t-il ajouté, précisant qu'il avait réclamé une commission d'enquête internationale avec la participation de sa famille et des autorités israéliennes.

Les images de l'agonie de Mohammed Al-Doura dans les bras de son père, à un carrefour proche de la ville de Gaza, avaient fait le tour du monde et constituent un élément majeur de la guerre médiatique entre Israël et les Palestiniens.

En France, la cour d'appel de Paris doit se prononcer le 22 mai sur la plainte en diffamation déposée par M. Enderlin contre M. Karsenty, qui avait affirmé que le reportage était truqué.

© image tournée par le caméraman de France2

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B