smusel
La Consultante Enervante
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 févr. 2012

Management humaniste : pourquoi et comment ?

smusel
La Consultante Enervante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une entreprise ayant pour but, avant tout, de gagner de l’argent, pourquoi devrait-elle pratiquer un management humaniste ? 
Il est clair que l’objectif premier d’une entreprise est de gagner de l’argent et de se développer. Mais l’entreprise est aussi un ACTEUR dans la société. Un acteur ayant un rôle important, impactant de nombreux aspects de la vie sociale, sociétale et économique. L’entreprise interagit et impacte fortement son environnement. Elle participe à la structure de cet environnement. Elle négocie avec des partenaires sociaux, contribue (dans des proportions variables) à la formation des individus, elle intervient sur la santé de ses collaborateurs (quelle a le devoir légal de préserver), elle participe à la modification environnementale (et doit théoriquement minimiser son empreinte),  elle participe aux modes de relations intergénérationnelles. Elle a un impact sur l’état psychologique (et donc productif) des collaborateurs, selon sa capacité ou non à rassurer, à communiquer une vision, des projets, et à les ancrer dans une stratégie et des actions cohérentes.
La progression de cette conscience de l’entreprise comme acteur sociétal majeur se développe de plus en plus, à plusieurs niveaux et bouleverse les rapports qui cherchent un nouvel équilibre.
Une personne physique a des droits et des devoirs. Il en va de même pour une personne morale en tant qu’acteur de la cité. A ce titre, l’entreprise a certaines responsabilités légales. Elle ne peut se contenter du seul objectif de rentabilité sans se soucier de l’impact de ses actions sur la société et sur ses collaborateurs.
Mais au-delà de la responsabilité légale, rappelons que 90 % de sa réussite et de ses projets reposent sur l’œuvre humaine. En somme, même dans un monde à forte technologie, la performance de l’entité pour gagner de l’argent et se développer repose essentiellement sur du « capital humain ». Autrement dit, sans la bonne volonté collaborative, la compétence, la capacité d’apprentissage, de mémorisation, de décision, de créativité et d’implication de ces humains, pas de réalisation possible.
Ainsi, pour pouvoir gagner des clients, des marchés et développer son activité, l’entreprise doit « faire agir ses collaborateurs » dans leurs dimensions cognitives, comportementales et émotionnelles,  dans un contexte de collaboration mutuellement consentie et dans un cadre d’action clairement défini (normalement). Pour cela, plutôt qu’un cadre oppressif, il se trouve qu’il est plus simple et plus efficace, d’obtenir un engagement volontaire, une adhésion individuelle et collective forte. Et cela s’obtient en respectant les personnes, en reconnaissant et en intégrant leur position centrale dans le système, en instaurant un partenariat basé sur une très bonne connaissance de l’humain, une confiance partagée, de l’exigence accompagnée d’un développement de l’autonomie et des compétences.
Une démarche humaniste permet ainsi à l’entreprise d’assumer ses responsabilités internes et sociétales et d’instaurer un type de partenariat plus efficace, propice à une meilleure collaboration.
   
Les humanistes de la Renaissance plaçaient  l'être humain au centre de leurs préoccupations et recherchaient son épanouissement. Ils avaient foi en sa capacité d’évolution et cherchaient à favoriser son développement.
Instaurer une démarche humaniste dans l’entreprise c’est faire le pari que l’épanouissement et le développement des êtres humains qui la composent vont lui être largement profitables en termes de performance et de durabilité de celle-ci. C’est croire en la primauté de l’intelligence humaine collective comme outil de progression individuelle et entrepreneuriale et c’est en favoriser l’expression et la créativité. C’est miser sur l’enrichissement par le pluralisme, sur le développement de la connaissance, de la solidarité motrice plutôt que sur la compétition inhibitrice et finalement destructrice. C’est avoir conscience que le développement de l’humain collaborateur et celui de l’entreprise sont totalement corrélés.
Il faut ajoute qu’une démarche humaniste, aidée de la connaissance sur l’humain apportée par les neurosciences, s’inscrit avant tout dans la sincérité et l’intégrité et se traduit dans des actions et des processus opérationnels. Loin d’être une approche cantonnée à la philosophie, elle se vit dans le quotidien professionnel par des actes et des outils managériaux, relationnels et communicationnels simples mais bâtis et ancrés sur de la connaissance, de la confiance et disons-le… de l’amour pour l’humain.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre