Sanction disciplinaire détestable à l’encontre des députés socialistes « frondeurs »

Ce matin, plusieurs députés socialistes dits « frondeurs » ont été exclus autoritairement de la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale et se sont vus affectés à une autre commission.

A l’opposé de toute démarche constructive de nature à faciliter le rassemblement des socialistes, cette décision disciplinaire va à l’encontre de l’écoute nécessaire des députés qui portent encore la lettre et l’esprit des engagements pris devant les Français en 2012.

Vouloir faire taire les voix de ces députés qui, au sein de la commission des affaires sociales, auraient pu, à l’occasion du prochain débat sur le PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale), défendre la nécessité d’une inflexion politique sérieuse ne règlera en rien le problème d’une orientation qui divise. Cette décision est aussi détestable sur la méthode qu’inefficace sur le fond. Nous réaffirmons notre soutien à ces députés qui continuent de porter par leur travail et leurs votes les engagements que nous avons collectivement portés et sur la base desquels ils ont été élus.

Les socialistes contre l'austérité

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.