socializ
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 févr. 2016

La dérive autoritaire Made In France

Depuis la mise en place de l'Etat d'urgence le gouvernement a prouvé maintes fois que les débordements ne peuvent être évités quand l'Exécutif se substitue à la Justice et bien entendu la plupart de la presse ne semble pas s'en inquiéter outre mesure....

socializ
Informaticien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Consternés et inquiets, c'est l’état d'esprit de certains Français, visiblement une minorité. Inquiets pour l'avenir de notre pays, inquiets de la folie des grandeurs du premier ministre, inquiets du virage à droite pris par le gouvernement, orienté par les ambitions politiques d'Hollande qui souhaite être réélu en 2017 mais qui ne fera jamais le poids face à Jupé et un Manuel Valls qui se rêve sans doute président en 2022 et tente de surfer sur la vague de peur fortement alimentée par l’état pour se positionner comme l'homme de la situation.
Les exemples de dérives depuis ces derniers mois sont multiples en commençant par les interdictions de manifester (et ce même avant les attentats), puis, depuis la mise en place de l’état d'urgence, le gouvernement a prouvé maintes fois que les débordements ne peuvent être évités quand l'Exécutif se substitue à la Justice et bien entendu la plupart de la presse ne semble pas s'en inquiéter outre mesure....
L’État d'Urgence
Il a été décrété pour nous "aider à combattre le terrorisme" en réponse aux attentats qui ont traumatisé la France le 13 Novembre dernier. Seulement voilà, presque trois mois plus tard, le bilan est bien sombre, en premier lieu des assignations à résidence abusives ont été décrétées envers des citoyens Français n'ayant rien à voir avec la guerre contre Daesh, principalement des gens gênants pour le gouvernement à l'image de ces militants écologistes qui ont été assignés à résidence pendant la COP 21 et ce n'est que la pointe de l'Iceberg.
Des milliers de perquisitions ont été effectuées avec seulement une fraction infime de celles-ci ayant permis de mettre la main sur des armes et de la drogue. Sur ces saisies, le nombre de cas liés directement au terrorisme peut se compter sur les doigts d'une main.
En clair: les représentants de l'EXECUTIF ont abusé des pouvoirs exceptionnels que leur donne l'Etat d'urgence pour faire avancer rapidement des dossiers, agissant même parfois sur des soupçons ou des délations, outrepassant ainsi le pouvoir Judiciaire qui est le garant de la constitution et de nos lois et nous rapprochant dangereusement d'une dictature bananière où l'on arrête des gens sur simple décision de l'exécutif.
Son utilité: Beaucoup d'experts s'accordent pour dire qu'elle est très limitée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et vu le nombre d'interventions concernant le terrorisme depuis son application, un tribunal spécial avec des JUGES dédiés, travaillant main dans la main avec les forces de police aurait sans doute pu faire le même boulot avec les dérives en moins et dans le respect des droits des citoyens. Cependant, l'Etat d'Urgence est utile pour le gouvernement, il permet de maintenir la France et les Français dans un état de peur constant, de leur rappeler qu'ils ne sont pas en sécurité, "Ayez peur!" il permet à l'Exécutif d'agir sans se soucier de la Justice, l'un des piliers de notre démocratie. L'Etat d'Urgence permet à l'Exécutif d'augmenter encore plus son pouvoir, au détriment des libertés individuelles, des Droits de l'Homme et de la Démocratie et c'est inquiétant que Mr Valls, dans son délire autoritaire estime qu'il faut le maintenir jusqu'à ce que Daesh soit anéanti "ce qui pourrait prendre des générations". D'ici là, la justice, nos droits, on peut se torcher le cul avec, surtout si l'Etat d'Urgence est inscrit dans la constitution.
La loi sur le renseignement
On l'oublie ce Patriot Act à la Française qui permet de facto au gouvernement de pister toutes nos communications électroniques, analysant et collectant toutes les données informatiques qui transitent sur le web Français. On oublie également que cette recette a été appliquée depuis 2012 aux USA et qu'elle n'a pas réellement aidé à lutter contre le terrorisme mais qu'elle a servi à espionner les citoyens américains avec toutes les dérives que nous connaissons et qui ont été rendues publiques entre autres par Edward Snowden (pour ne citer que le plus connu).
De nos jours, en écrivant "Bombe, Daesh, Allah, sauter, martyr" dans un courriel ou même dans un article comme je viens de le faire, une alerte automatique se lève et hop, le contenu du flux est enregistré, stocké, ainsi que mon adresse IP, la date d'envoi etc etc... Utile pour contrer les terroristes me direz-vous? Oui, si les terroristes étaient des débiles mentaux profonds, ce serait une mesure utile, seulement non seulement ces derniers parlent en code, mais ils utilisent des services de messagerie cryptés tels que cryptocat ou Telegram qui contournent ce genre de surveillance.
En clair: Les seuls à être espionnés sont les honnêtes gens et les entreprises et des experts s'accordent pour dire que ces systèmes sont utiles pour retrouver les terroristes après leur passage à l'acte mais s'avèrent inutiles pour contrer ces passages à l'acte (ils préconisent des moyens humains importants en matière de renseignement et d'infiltration ainsi qu'une collaboration renforcée avec des juges spéciaux). Par ailleurs, cette mesure coute extrêmement cher à l'Etat, c'est à dire à nous les couill... pardon, les contribuables.


La Déchéance de Nationalité
Encore une aberration, d'autant plus venant de la gauche. A quoi ça sert concrètement la déchéance mis à part à faire du populisme et répondre à la peur générée par l'Etat d'Urgence que le gouvernement maintient et étend? Autant rétablir la peine de mort pour les terroristes ou la perpet tant qu'on y est, au moins là on est surs qu'ils ne reviendront jamais, car penser que déchoir des terroristes de leur nationalité pourra miraculeusement les empêcher de revenir sur le territoire perpétrer des attentats est aussi naïf que de croire que le nuage de Tchernobyl s'est arrêté aux frontières de la France. Le gouvernement se fout d'ailleurs complètement de notre gueule lorsqu'il prône une déchéance pour tous alors qu'il s'engage également à ratifier la  Convention des Nations Unies de 1961 sur l'apatridie dont les articles 5, 7 et 8 rendent impossible la déchéance de nationalité pour des personnes n'ayant ou ne pouvant acquérir d'autre nationalité et quand bien même ils se serviraient de l'Article permettant de créer des apathrides si ces derniers ont comis des crives graves, quelle serait la conséquence de l'application de ces lois?
En clair: Valls et Hollande se foutent de notre gueule, ils proposent la déchéance pour tous mais s'engagent en même temps à ne pas créer d'Apatrides, puis ils changent d'avis et décident de se cacher derrière un traité qu'ils comptent ratifier mais qui au final n'engage pas à grand chose. Si certains terroristes sont irrécupérables, il ne faut pas oublier que beaucoups de nos enfants sont embrigadés par des extrémistes et qu'ils ne méritent pas que l'on les expulse de notre société mais plutôt que l'on les soigne.

Pour conclure:

Lorsque l'on voit les dérives autoritaires du gouvernement actuel, lorsque l'on voit les dérives qui ont eu lieu dans d'autres pays ayant appliqué des lois similaires, peut-ont réellement être sûr qu'il n'y aura pas encore des dérives suite à l'inscription de l'Etat d'Urgence et la déchéance de nationalité dans la constitution? Pouvons-nous être sûr que si demain une Le Pen arrive au pouvoir un quelqu'un de pire, nous n'assisterons pas à des abus de pouvoir, à des déchéances de nationalité pour des faits qui n'ont rien à voir avec le terrorisme? Qu'est-ce que le terrorisme? Il y a ceux qui tuent des gens comme au bataclan, mais les militants écologistes de Greenpeace qui iraient saboter des installations de grosses multinationales qui polluent notre environnement pourraient également être traités de terroristes, allons-nous également les priver de leur nationalité en défense des intérêts de ces entreprises? C'est ce qui pourrait arriver, et ceux qui appellent à la vigilance devraient se rendre compte que le moment de tirer l'alerte c'est aujourd'hui et non pas une fois que les dispositions légales pour commettre ces abus auront été mises en place.
Cette loi est dangereuse, le maintien de l'Etat d'Urgence est dictatorial, et Mr Valls et Hollande n'ont visiblement que l'intérêt de leur carrière politique en tête lorsqu'ils proposent de telles mesures qui sont bien loin des valeurs de la gauche.

Ajout 10/02/16

Amnesty International a lancé une pétition d'appel aux parlementaires. Signez-là si vous êtes d'accord. Comme le dit le premier commentaire, cela ne servira sans doute pas à grand chose, cependant, "Il suffit que les hommes de bien ne fassent rien pour que le mal triomphe":

http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Liberte-expression/Actions/Appel-aux-parlementaires-pas-de-securite-sans-respect-des-droits-17486?utm_source=emailing-action&utm_medium=email&utm_campaign=email040216urgence&c=email040216urgence

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss