Etat d'Urgence: Une femme et ses enfants sauvagement battus par les forces de police

Je détourne la tête et jette un œil sur mon fils ainé qui est dans le véhicule à côté du mien. Alors qu’il est menotté, un policier lui afflige une rafale de coups de poings dans le ventre... je me mets à crier, je panique et j’ai très peur pour lui... Je le vois pâlir, en sueur. Un policier ouvre sa portière, mon fils se penche et vomit...

http://www.revolutionpermanente.fr/Interview-d-une-femme-violentee-par-la-police-12-jours-d-ITT-et-de-nombreux-hematomes

Je vous laisse le soin de consulter le lien, je pense pour ma part que ce genre d'actions et interventions musclés dans les cités ou même pendant des manifestations (voir la militante écologiste de 72 ans violemment arrêtée pour avoir déplacé une barrière), ne feront qu'empirer le sentiment de haine et d'exclusion sociale qui sévit déjà dans nos citées.

C'est normal d’appréhender des délinquants et j'estime que la justice est parfois trop laxiste quand l'on vois des jeunes qui récidivent encore et encore pour les mêmes délits mineurs, empoisonnant ainsi leur voisinage qui se sent impotent. Venant d'un pays ravagé par la violence, les meurtres, les kidnappings et les vols (Venezuela), je n'ai que peu de respect pour les délinquants, mais la loi et les droits de l'homme sont des principes fondamentaux et certaines façons de faire, popularisées depuis la mise en place de l'Etat d'urgence, sont inacceptables, surtout quand elles touchent des innocents dont le "crime" est d'être de la famille des délinquants.

Les policiers, qui se prennent visiblement pour des "Bad Boys", devraient prendre exemple du film et se faire aider pour se calmer.

"Bad Boys II, Woosah" "Bad Boys II, Woosah"

 

La répression et la violence entrainent des réactions diamétralement opposées. En traitant la population de la sorte, on les pousse à s'exclure de notre société et cela donne de la force aux propos des extrémistes qui recrutent les jeunes et les moins jeunes pour qu'ils commettent des atrocités. L’État d'urgence et la suspension de l'Etat de Droit que son application entraine, galvanise visiblement certains membres des forces de l'Ordre qui se croient tout permis.

Je vous invite à signer la pétition d'Amnesty International contre l'Etat d'urgence permanent que nous imposent nos "Elus". Ce n'est pas la solution pour combattre le terrorisme, c'est la voie de la facilité pour donner à la population l'illusion que le gouvernement agit et les débordements ne cessent de se multiplier.

http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Liberte-expression/Actions/Appel-aux-parlementaires-pas-de-securite-sans-respect-des-droits-17486

La recette pour combattre le terrorisme est connue, il faut des services de renseignement dignes de ce nom (ce qui n'est plus le cas depuis le passage de Sarkozy et sa réforme sur les services de renseignement) et des juges compétents et dédiés qui soient en mesure de faciliter les actions des services de renseignement en matière de mise sous écoute, perquisitions et espionnage.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.