"Cuba-Venezuela : Droit de réponse au Droit de réponse"

Compte tenu que certaines personnes que je ne nommerai pas ferment les commentaires de leurs articles, craignant le débat dans lequel sont exposés encore et encore leurs mensonges et les origines plus qu'engagées à l'extrême gauche de leurs pseudo sources, le tout dans le but de légitimer cette propagande sous le nom de Médiapart, je me vois forcé de répondre par un billet à cet amas de mensonges.

Article en question: https://blogs.mediapart.fr/pizzicalaluna/blog/241115/cuba-venezuela-droit-de-reponse-par-maigualida-santana

Citation #1: "D'abord, la République Bolivarienne du Venezuela ne peut être une dictature parce que 70% des Vénézuéliens ne seraient pas d'accord. Dans la République Bolivarienne du Venezuela, on vit un processus de transformations sociales et économiques qui a affecté gravement les secteurs traditionnels du pouvoir dans le pays..."

Bon, nous avons ici l'exemple même de la fameuse transposition du débat dans le cadre de "la guerre des classes" ce qui n'est pas la question, d'ailleurs une dictature n'est pas définie par le fait que des gens soient ou ne soient pas d'accord et enfin, l'appui du président est actuellement de 20% des Vénézuéliens et il a été élu avec à peine un peu plus de 50% des voix, le chiffre de 70% est donc inventé (comme la plupart des chiffres du gouvernement Vénézuélien). Sachez que, l'on considère qu'un régime est dictatorial dès lors que l'on parle d'un "Régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou par un groupe de personnes (junte) qui l'exercent sans contrôle, de façon autoritaire" (si vous souhaitez contester cette définition, je vous conseille d'entrer en contact les éditeurs du Larousse).

Si l'on voit dans les faits, au Venezuela, le pouvoir exécutif appartient aux Chavistes qui gouvernent sans partage depuis plus de 16 ans. Le pouvoir Législatif appartiens au Chavistes qui contrôlent plus des deux tiers de l'assemblée nationale qui est unicamérale, ils ne possédaient pas cette majorité à la base mais l'ont obtenue en destituant certains députés de l'opposition (de manière totalement illégale) et en en faisant d'autres changer de camp suite à des pressions ou des pots de vin. Enfin parlons du pouvoir législatif, les têtes des tribunaux sont désignés par l'Assemblée, d'ailleurs ils sont en train de les renouveler car ils prévoient de perdre l'assemblée au profit de l'opposition et souhaitent garder main mise sur l'institution en renouvelant son leadership. Quant au reste de la justice, plus de 90% des juges sont provisoires et "sautent" dès qu'ils prennent des décisions contraires aux volontés du gouvernement, il n'est d'ailleurs pas rare de voir le président ou le président de l'assemblée déclarer en public que certains opposants devraient être emprisonnés ce que la justice se dépêche de faire. Enfin viens le Conseil National Electoral, qui est également nommé par l'assemblée, est censé être indépendant mais dont la présidente s'affiche ouvertement comme étant révolutionnaire.

 Au Venezuela, nous vivons donc dans les faits dans une dictature constitutionnelle (constitution qui rappelons-le a été mise en place par Chavez et permet la mise en place de cette Dictature constitutionelle). Vous pouvez dire ce que vous voulez à ce sujet, 99% des gens pourraient ne pas être d'accord, selon la définition du terme "Dictature", le Venezuela est sous Dictature et le restera jusqu’à ce que des contre-pouvoirs soient mis en place et que l’indépendance de la justice et du conseil electoral soit rétablie et garantie.

Citation #2: "Comment peut-on croire à un article comme celui de ce blogueur quand la République Bolivarienne du Venezuela vient d'être élue, pour la deuxième fois, à la Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies avec le soutien de la majorité des pays du monde?"

Très simplement car le gouvernement a acheté les votes à coups de pétrodollars qui auraient pu être investis dans notre pays. Si vous regardez qui a voté pour le Venezuela, il s’agit principalement de pays qui ont bénéficié de notre manne pétrolière, notamment les pays d'Amérique Latine qui avaient été acquis à la cause Vénézuélienne au niveau de la OEA et qui ont refusé que l'on discute des atteintes aux droits de l'homme au Venezuela pendant les manifestations de 2014 qui se sont soldées par plus de 43 morts (on a d’ailleurs des vidéos des officiers du SEBIN qui tuent des manifestants, officiers toujours en liberté alors que l’un des leaders de l’opposition qui avait appelé à manifester est en taule depuis plus d’un an) et plus de 700 cas de torture documentés de la part des forces armées. D'ailleurs en 2014, l'Arabie Saoudite qui pend des gens, la Chine qui exploite des enfants, Cuba où les opposants politiques ont longtemps été fusillés ou emprisonnés et la Russie maitresse des dérives autoritaires ont également siégé au conseil. C'est donc loin d'être une référence.

Les passeports

Mise à jour du 25/11/15:

Le fonctionnaire Misael López Soto membre de la police scientifique du Venezuela (CICPC) et conseiller à l'ambassade d'Irak de 2013 à 2015 a dénoncé l'émission de documents par l'ambassade du Venezuela en Irak à des étrangers moyenant des paiements allant de 5 à 15 mille dolars. Comme je l'avais dit dans mon billet initial, innutile de passer par des mafias quand on peut payer pour en avoir des vrais.

Concernant les passeports, les amitiés du gouvernement avec des groupes terroristes tels que les FARC ou le Hezbolla a été prouvées maintes fois. Quand l'on sait que le Venezuela est classé parmi les pays les plus corrompus du monde et que la plupart de la cocaïne issue de la Colombie y transite avec l'aval de militaires, ce n'est pas étonnant que ce soit une destination de choix pour tout genre d'affaires frauduleuses. Je ne pense pas qu'il existe un lien entre l'EI et le gouvernement, mais si l'on voulait obtenir un passeport Vénézuélien biométrique (donc quasiment impossible à falsifier sans avoir des gens en interne), ça ne devrais pas couter trop cher si l'on connaît les bonnes personnes et il est avéré qu’un terroriste syrien en possession d’un passeport Vénézuélien a été arrêté à Londres la semaine dernière.

La redistribution du pétrole?

Vous avez raison, il a été distribué, à l'Argentine par le rachat de leur dette, au Pérou, à l'Equateur, à plein de petites iles des caraïbes, a Cuba à qui nous donnons du pétrole GRATUIT en échange de leurs médecins qui une fois arrivés sur le territoire en profitent pour s'enfuir et alors que nous avons suffisamment de médecins pour subvenir à nos besoins en interne, sinon le pétrole a également servi à mettre en place et financer les fameuses missionnes qui ne touchent pour la plupart moins de 10% des plus démunis et pour lesquelles la plupart de l'argent débloqué n'arrive pas, et puis enfin, il y a eu de la redistribution en période pré-électorale, initialement à coups de cadeaux comme des écrans plats ou des frigidaires et puis dernièrement, vu qu'il n'y a plus d'argent car le baril se négocie à 34$ par baril et qu'au lieu d'investir et diversifier notre économie, nous avons augmenté notre dépendance au pétrole, en obligeant les commerçants à vendre à perte ou à prix cassé, ils l'ont fait avant les dernières élections présidentielles, ils le refont à présent avant les législatives. Ce sont plutôt les articles comme le vôtre qui visent à semer la confusion auprès de la population, présentant la junte de voleurs au pouvoir comme des victimes alors qu'ils gouvernent sans partage en s'en mettant plein les poches.

« Les bienfaits de la révolution »

La santé et l'éducation, elles étaient déjà gratuites au Venezuela, le pétrole était déjà nationalisé (Chavez n'a fait qu'imposer une renégociation des contrats pour augmenter les dividendes revenant à l'état et s'assurer 51% des parts des joint-ventures ce qui s'est traduit par un manque d'investissement et une baisse de la production anée après année) , encore un bel exemple de la propagande du Chavisme, Chavez n'a fait que reprendre des principes qui existaient déjà, il les a institutionnalisés, ajoutant une couche supplémentaire de bureaucratie qui s'est traduite par de la corruption et des centres de santé à l'abandon ou équipés de matériel chinois acheté également à coups de pétrole et qui est de faible qualité. Quant aux logements? Chavez en a construit moins que son prédécesseur: 230.144 en 14 ans vs 341.666 en 4 ans pour Caldera (*1) , quand bien même 460 mille aient été construites en deux ans, ce que je doute fortement car il s'agit de chiffres du gouvernement qui d'ailleurs en annonçait 700 000, c'est encore moins qu'en ont été construites pendant les 17 années avant le Chavisme (plus d'un million), le tout avec un baril moins cher, mais tout comme pour la santé et l'éducation, il a su médiatiser cela comme les populistes savent bien le faire et vos dires sont l'exemple parfait du résultat de cette manipulation médiatique.

La guerre économique

C'est une invention du gouvernement (même les intellectuels Chavistes critiques le disent sur Aporrea <= think tank Chaviste) qui cherche encore une fois à excuser son incompétence derrière une guerre inventée (d’ailleurs c’est la première fois qu’un état invente une guerre qu’il perd). Si l'entreprise de métallurgie Sidor (nationalisée), ne peut pas opérer faute de pièces de rechange et de matières premières qui sont pourtant disponibles à l'achat à l'international, ce n'est pas à cause de la guerre économique, c'est parce que l'état n'achète pas ces ressources ou ne donne pas de dollars à l'entreprise qu'elle contrôle pour faire les achats. Quand plus de 12 bateaux qui contiennent des ressources premières pour PDVSA (entreprise pétrolière de l'Etat), sont stoppés à Aruba (il y a deux jours) car l'Etat ne paie pas pour ces matières, ce n'est pas une guerre économique, c'est de l'incompétence. Quand on exproprie des terres pour soi-disant les redistribuer aux pauvres pour qu'ils les fassent produire et que ces dernières ne produisent rien car les communautés agraires manquent de moyens techniques et logistiques ainsi que de formation, ce n'est pas une guerre économique, c'est de l'incompétence, et c'est bien dommage car ça partait d'un bon principe. Quoi qu'il en soit, si guerre économique il y a, elle se déroule entre l'Etat et lui-même car ce dernier contrôle l'intégralité des devises du pays ainsi que leur distribution. Si guerre économique il y a, elle existe dans les discours, mais non pas dans les faits, quand on contrôle l'économie et les marchés internationaux sont accessibles ce qui est le cas, on ne peut pas dire qu'il y a une guerre.

Les réussites en 17 ans ?

Quant à vos réussites en 17 ans, on en voit le résultat aujourd'hui, les investisseurs fuient le pays comme la peste, il y a des pénuries, plus d'insécurité que jamais et avec un pétrole à 34 dollars et une inflation a plus de 100%, plus de 70% des foyers sont en état de pauvreté et il faut 8 Smic pour nourrir une famille de 5 personnes. Merci la révolution! Ce n'est pas pour rien que la cote de popularité du Chavisme est au plus bas et que le dictateur au pouvoir menace de descendre dans la rue tout "défoncer" s'il perd les élections parlementaires.

L’hôpital qui se fout de la Charité

Faire la leçon à ce blogueur, disant qu'il ne peut être pris au sérieux car il est contre la dictature au pouvoir, c'est assez risible venant de la part de quelqu'un qui est ouvertement pro cubain et donc pro communiste et par extension, pro Chaviste. C'est également hilarant de parler de terrorisme des médias quand on relaie des mensonges sur une dictature qui torture son peuple, a passé sous silence tous les médias télévisés dissidents et asservit à coup de mesures populistes et prosélytistes une population qui vis au jour le jour et ne comprenais pas jusqu'à être mise devant le fait accompli, qu'un régime qui fait des cadeaux et en profite pour s'en mettre plein les poches au lieu d'investir pour l'avenir du pays, est un régime qui ne sert à rien.

 

- Un jeune Vénézuelien qui a commencé à écrire pour contrer les hypocrites et menteurs de votre sorte et qui se renforce dans sa conviction en voyant ce que vous publiez. -

 Socializ

 1: http://www.conlallave.com/actualidad/la-cuarta-vs-la-quinta-conozca-cuantas-viviendas-fueron-edificadas-en-cada-mandato-presidencial

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.