Jean Christophe Cambadelis : L'arroseur arrosé

Orphelin de son tristement célèbre mentor Dominique Straus Kahn, le nommé Jean Christophe Cambadélis est désormais prêt à tout, y compris l’usage des méthodes d’une « fille de joie » à bout de souffle,  pour plaire à François Hollande.

  

Lui qui se voyait jadis,  arpenter les marches de l’Elysée en compagnie du nouveau Président, sous le crépitement des flashes des photographes le félicitant de son entrée au gouvernement, Monsieur Jean Christophe « Camba-délit »(surnom qui rappelle son passé judiciaire chargé), s’est choisi un nouveau rôle, celui de Maître chanteur du Parti Socialiste au moyen  de déclarations provoquantes dans le seul but de s’offrir une nouvelle virginité médiatique et surtout le regard du Président de la République française. Une cible privilégiée dans sa ligne de mire : le Gabon.

 

En effet, depuis plusieurs mois, cet ancien soutien de DSK dont les opinions vont au gré du sens du vent, s’offre le plaisir complaisant de s’immiscer dans la vie politique gabonaise, qu’il regarde depuis la fenêtre d’une de ses résidences si « durement » acquises.

 

D’abord sur son blog en juin dernier par des propos quasi-insultants envers nos institutions, puis, récemment lors du Congrès du Parti Socialiste, où cet agitateur politique, slalomeur intellectuel et travailleur bien souvent inconnu du Fisc, s’est octroyé le droit de déclarer devant un auditoire parfois medusé, qu’au titre certainement de sa « Bien Acquise » citoyenneté gabonaise : « Nous allons continuer le combat contre les B.M.A en Guinée Bissau (qu’il confond avec la Guinée Equatoriale) et surtout au Gabon où nous prendrons des initiatives ». Quel culot !

 

Des propos délirants, jusqu’au-boutistes, nimbés d’arrogance et de condescendance, qui nous amènent  à nous interroger derechef, sur l’effectivité du principe, pourtant bien ancré en droit français, de Séparation des Pouvoirs, ainsi que de la garantie d’Indépendance des Juges, de leur Responsabilité et leur Impartialité ! Monsieur Camba-délits’offre sans gêne le rôle occasionnel de « Juge d’instruction » en lieu et place de l’Autorité Judicaire aux mains de laquelle pourtant, le dossier dit de « Biens Mal Acquis » suit son cours. Avec de telles allégations on aurait tendance à s’esclaffer : Bienvenue en France-Afrique !

 

Mais avant de poursuivre notre litanie au sujet du comportement indigeste de cet être avilissant, il nous est loisible de vous peindre d’abord le tableau biographique de Jean Christophe Camba-délit! Il s’agit en effet, d’un homme politique franco-grecque de gauche, jadis agent de la 5ème colonne Trotskyste, qui a infiltré le Parti Socialiste pour s’emparer avec maladresse de sa directionSiégeant en monarque pour la 21ème année consécutive à l’Assemblée Nationale, plusieurs fois mêlé à des affaires douteuses de recel et d’abus de confiance et ex intime de Dominique Strauss-Kahn (l’histoire ne nous dit pas jusqu’où se prolongeait le mur glissant de cette intimité…), il est de ceux qui, comme bon nombre d’hommes politiques gabonais d’ailleurs, font de la politique un ascenseur social. 

 

 Cependant, le passé judiciaire de cet homme, au cours duquel il a presque battu des records de condamnations pour plusieurs délits qui lui ont d’ailleurs valus le risible sobriquet de « Camba-délits », on a du mal à situer le personnage surtout lorsque ce dernier s’érige en Saint Graal de la Justice et de la Bonne Gouvernance ! Deux des plus célèbres de ses frasques judiciaires bien que désormais soldées, sont souvent citées en exemple pour recadrer cet impétrant impétueux et dédaigneux repris de justice :

 

D’abord l’Affaire dite  « Agos »  

 

Poursuivi pour recel d’abus de biens sociaux dans l’affaire Agos, société gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés, car il avait bénéficié d’un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 qui lui a rapporté plus de 442 000 francs (67 382,466 €), Jean-Christophe Cambadélis fut condamné en janvier 2000 à 5 mois de prison avec sursis et 100 000 francs (15 244,902 €) d’amende par le tribunal correctionnel de Paris.

 

Ensuite l’Affaire de de  la « MNEF » (Mutuelle Nationale des Etudiants de France)  

 

Quand éclate l’affaire de la MNEF, les médias pointent du doigt les liens connus entre l’imprimerie Efic et le Député Socialiste. Les enquêtes concluront, en effet, sur un système de fausses factures mis en place notamment par l’intermédiaire de cette imprimerie. Jean-Christophe Cambadélis sera condamné dans le cadre d’un autre volet de ce scandale.

 

Mis en examen le 7 juin 2000 pour abus de confiance dans l’affaire de la MNEF, car soupçonné d’avoir bénéficié d’un emploi fictif au sein de la mutuelle étudiante MNEF entre 1991 et 1995, pour lequel il aurait touché 620 500 francs (94 580 euros) d’une filiale de la MNEF, au titre d’une activité permanente de conseil: « De 1991 à 1993, c’est en qualité de «sociologue» que Jean-Christophe Cambadelis a été rétribué à hauteur de 420 499 francs par la Mutuelle interprofessionnelle de France (MIF), une filiale de la Mnef. Cambadelis était alors député, avec revenus afférents. Non réélu en 1993, il reçoit jusqu’en 1995 quelque 200 000 francs supplémentaires de la MIF, en tant qu’administrateur «chargé des contacts auprès des ambassades ou des universités». » Seuls «trois documents manuscrits» auraient attesté du «travail» du député.

 

Le 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d’abus de confiance », il est condamné, à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende, dans l’affaire des emplois fictifs de la MNEF, par la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Cette peine n’est assortie d’aucune interdiction d’exercer un mandat politique.

 

A la lumière de ce qui précède, vous constaterez le caractère  « irréprochable » du parcours de notre ami dont l’élection de François Hollande comme Président de la République était synonyme d’enrichissement personnel, car après tout, l’ambition de devenir riche et célèbre n’est pas un tort, le tout pour lui étant de se faire une place au soleil dans le nouvel échiquier politique français.

 

Sévèrement écarté de la course au poste de Premier Secrétaire du Parti Socialiste entre autre en raison de son parcours intriguant et de ses affinités douteuses, « Camba-multi-délits » est, vous l’aurez compris, à la recherche d’un point de chute. Ayant lamentablement échoué, les autres lui ayant préféré Harlem Désir, ce multirécidiviste qui mérite par ailleurs un ravalement de façade, a du mal à contenir son aigreur et veut prendre le Gabon comme exécutoire, lui ce colosse au physique si ingrat ! Qu’il sache que malgré sa masse difforme de muscles, il n’empêche et n’empêchera aucun gabonais de dormir,  et qu’au Gabon on se torche avec sa saloperie de discours champêtre et hagard de gaucho!

 

C’est cette quête effrénée des rayons du soleil « Hollandien »,  qui le conduit à ne plus mesurer la portée de ses déclarations et à pousser son vice dans des réminiscences néocolonialistes, au point de s’en prendre à un Etat souverain comme le Gabon, qui, au passage, n’a aucune leçon à recevoir d’un homme souillé et sale, lequel n’hésite pas à manger ses crottes de nez en plein débat parlementaire à l’Assemblée Nationale, oubliant qu’il est observé par des caméras… !.

 

Donneur de leçon de morale à tout va, monsieur « Camba-délits » semble oublier les règles les plus élémentaires qui régissent les rapports d’Etat à Etat notamment en matière de non-ingérence, lui qui porte le ronflant titre de Secrétaire National du PS à l’Europe et l’International, supposé aseptisé  aux codes de la diplomatie interétatique(Ah  nullité quand tu nous tiens !). Mais comme bien souvent, la vision de l’Afrique généralisée dans l’opinion publique et la classe politique française révèle le véritable fond de la pensée commune. On peut ainsi  lire dans les déclarations de Jean Christophe Cambadélis, l’empreinte malsaine du colonisateur mélancolique qui tape sur les anciennes colonies pour défouler son mécontentement.

 

Vous faites erreur d’adversaire Monsieur Camba-délit!

 

On vient ici s’acharner sur le Gabon non pas pour servir ses citoyens mais pour promouvoir sa personne. Pour se faire passer pour l’humaniste qu’on n’est pas. L’idéologie, la sincérité et la vérité n’ont pas de couleurs. Les faits qui semblent troubler le brillamment recalé de l’épreuve de 1er Secrétaire du PS, ne sont plus jugés de la même manière quand il s’agit de la Chine, de l’Arabie Saoudite, de la Russie  ou d’ailleurs encore. Seuls les Africains doivent rester loin de la richesse, vieux complexe de supériorité du colon.

 

En effet, en vous attaquant au Gabon, vous donnez l’image d’une France qui s’oppose à toute velléité d’un pays d’Afrique francophone d’accéder à une meilleure qualité de vie, de rééquilibrer les forces face à l’ancienne puissance et de se décomplexer.

 

Tel un « diafoirus » vous avez raté votre diagnostic sur le Gabon

 

Au moment où le Gabon engrange les victoires sur le plan des indicateurs économiques tel que l’indice Ibrahim Mo,

 

Au moment où le Gabon mène des combats pour une exploitation plus rationnelle de ses richesses comme la transformation locale du bois, la révision du code minier, le choix des partenaires dans l’exploitation du gisement de fer de Belinga, 

 

Au moment où le Gabon s’ouvre au monde par l’introduction future du bilinguisme, l’ouverture de nouvelles représentations diplomatiques d’autres pays comme l’Angleterre ou la Turquie,

 

Vous exprimez votre aversion pour le changement en Afrique. Ainsi,  par votre voix, c’est le Parti Socialiste qui, vous offrant la tribune de ce congrès, lance un message à l’ensemble des africains désireux de voir un véritable changement dans les rapports politiques, de voir un véritable changement dans la qualité des prestations des industriels français (l'exemple gabonais du Groupe Véolia en est une illustration accablante) sur leur continent afin qu’ils comprennent que seul les intérêts de la France priment dans nos échanges !

 

Mais méprenez-vous, car trop longtemps vos avis si « éclairés », vos conseils si « sages » et vos « menaces si effrayantes » nous ont empêché de relever le défi ! Sachez qu’aujourd’hui, plus personne n’a peur d’un pays aussi chancelant que le vôtre !

 

Prenez Garde à Cette Avertissement, car l’époque où l’épée du Roi France faisait fléchir à l’écoute de sa moindre sonorité, gît désormais dans les poubelles de l’Histoire ! Préparez-vous à affronter  la nouvelle génération de cette Afrique qui émerge, qui n’aura jamais peur de vous regarder dans les yeux et vous cracher le venin de ses Vérités !

 

Et pour finir : Qui s’oppose au Gabon s’expose à sa JEUNE GARDE !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.