Sons d'hiver
Sons d'hiver #26, festival de Musiques du 13 janvier au 5 février 2017
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2017

concert de Jaimeo Brown, vu par Dorian Flipo

Par un dimanche après-midi neigeux du mois de janvier, qu’il est bon de se laisser transporter dans un voyage musical au Théâtre Paul Éluard de Choisy-le-Roi, et cela grâce au projet Transcendence. Essayons d’associer des mots aux ressentis laissés par ce voyage impressionniste.

Sons d'hiver
Sons d'hiver #26, festival de Musiques du 13 janvier au 5 février 2017
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Rebecca Meek

Etonnamment, le concert s’ouvre par la projection du dernier clip en date du trio de Jaimeo Brown : be so glad. Nous n’aurons pas droit à la représentation en live de ce morceau dont les premières secondes annoncent parfaitement la couleur du concert : un sample de worksong rythmé par un bruit de pioche régulier et des souffles de vent. C’est sur ces fondations que le morceau prend forme, la vidéo prend vie, et un long solo de saxo met fin à cette courte projection de mise en bouche. Les musiciens rentrent alors discrètement sur scène couverts par une nappe sonore ne permettant aucun applaudissement perturbateur. Sur l’écran de projection, on lit « TRANSCENDENCE ». Nous découvrons alors un paysage aux teintes sépia, la rivière du Nil, une barque, un enfant, des éléphants… Le tout en slow-motion. C’est ainsi que débute un flux continu d’images et de musique, orchestré par un trio porté par le batteur et producteur Jaimeo Brown, tout droit issu de la scène hip-hop.

Les ingrédients ? Des samples historiques de chants venus des quatre coins du monde – worksongs – en partie retravaillés et intégrés à des nappes sonores orchestrées par le synthé et la guitare de Chris Sholar. Quelques riffs parsemés de magnifiques lignes de saxophone, le tout mené par la batterie nuancée de Jaimeo Brown.

Au milieu du concert, une recette impressionnante : un riff simplement composé de trois notes joué à la guitare et au saxophone, qui ne sera autre que l’accord des trois toms de la batterie de Jaimeo Brown. S’ensuit un solo de sax coloré d’un delay et d’une longue reverbe que Jaleel Shaw contrôle parfaitement grâce à ses pédales. Ce solo sonne tel un chant a capella qui se perdrait dans une grande église. Le solo respire, les phrases se lient entre elles ; la suivante enrichit la précédente de quelques notes, de nouveaux rythmes, accompagnés d’envolées au goût de free jazz, qu’on ne peut parfois plus suivre réellement, mais qui restent cohérentes dans l’esprit d’une initiation à la transe.
Ce solo fait guise d’une longue transition amenant le morceau suivant, un nouveau thème et de nouveaux samples lancés par un pad électronique. On regrettera cependant certaines parties dans lesquelles le sax est difficilement perceptible lors des forte de batterie (apogée d’un envol et d’une longue progression).

A l’image, du mouvement perpétuel dans des paysages de désert africain, de temple tibétain, d’Egypte. Des mouvements de danse et de baignade, l’humain est mis en scène au milieu de la faune (éléphants et léopards). Un jeu de distances entre la vidéo et la musique se déroule tout le long d’une heure trente de musique. Ces deux éléments peuvent être liés - la main d’une danseuse indienne se lève au moment d’un frisé de cymbale – ou éloignés car parfois, la musique perd une certaine cohérence avec l’image. L’art du calé et du décalé ; la magie de l’instinct. Un patchwork entre musique et images, un patchwork venu de traditions ancestrales, autant égyptienne que new-yorkaise ; finalement un véritable concert New Age d’un nouveau genre.

Une rencontre avec le public a eu lieu juste après le concert et ce fut l’occasion de poser des questions aux trois musiciens, tous trois très réceptifs. Le trio nous explique que les worksongs sont avec les spirituals, les premières musiques apparues en Amérique. Les worksongs sont des chants qui avaient pour but de transcender le dur labeur des esclaves. Cependant, ce live mettait en avant surtout une dimension spirituelle, qui laisse libre cours à la méditation. Beaucoup de questions concernaient la vidéo soulignant le rapport tenu de l’homme et la nature. Finalement, quelque soit notre religion, notre travail, notre musique, nous appartenons tous à une cette même communauté qui n’est autre que la nature.

Par Dorian Flipo, guitariste, élève en DEM Jazz

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon