sons-federes
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2020

Coronavirus: il est urgent de mettre en place un revenu universel sans condition

Nous sommes auteurs·trices, intermittent·es, pigistes, autoentrepeneurs·euses, artistes, salarié·es, bénévoles, toutes et tous précaires. Nous sommes des acrobates de l’arène des dossiers, cascadeur·euses du lien social et aguerri·es aux diverses mobilités du travail. Nous devons souvent choisir entre créer et survivre. Or la crise actuelle du Coronavirus met en péril immédiat cette économie fragile dont nous vivons au quotidien.

sons-federes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Samedi 14 mars 2020

Nous sommes auteurs·trices, intermittent·es, pigistes, autoentrepeneurs·euses, artistes, salarié·es, bénévoles, toutes et tous précaires. Nous sommes des acrobates de l’arène des dossiers, cascadeur·euses du lien social et aguerri·es aux diverses mobilités du travail. Nous devons souvent choisir entre créer et survivre. Or la crise actuelle du Coronavirus met en péril immédiat cette économie fragile dont nous vivons au quotidien. Beaucoup d'entre nous ne gagnent pas l'équivalent d'un Smic mensuel. D'autres se hissent parfois tout juste au-dessus du seuil de pauvreté. D'autres encore ne peuvent pas même l'atteindre.

La contention de l'épidémie de coronavirus impose aujourd'hui des annulations en série des spectacles, ateliers, conférences, concerts, expositions, installations et autres commandes artistiques, culturelles ou scientifiques. Nous voyons ainsi disparaître du jour au lendemain, sans dédommagement et pour une durée indéterminée, nos seules sources de revenus.

Nous avons entendu le discours du président de la République le 12 mars, selon lequel « la peur de la faillite pour les entrepreneurs, l’angoisse du chômage et des fins de mois difficiles pour les salariés, tout sera mis en œuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises. Quoi qu’il en coûte. » Mais le soutien de l'État aux entreprises et au seul statut de salarié·e ne saurait suffire. En effet, celui-ci ignore les statuts, les professions et les écosystèmes au sein desquels nous évoluons, qui participent à l'exception culturelle dont la France se prévaut. Nous travaillons dans la radio et le son, dans les mondes de l'art et de la culture, à travers des missions de création, de médiation, d'éducation, d'enseignement, de recherche et d'information. Nous y sommes engagé·es sur les bases de statuts parcellaires, démunis de toute continuité des ressources et des droits liés.

Après avoir œuvré ardemment à l’uberisation de l'économie, dans le milieu radiophonique, musical et artistique comme ailleurs, l'État ne peut faire mine d'ignorer la fragmentation qu'il a activement contribuée à créer. Il doit prendre acte aujourd'hui de ses conséquences économiques et sociales désastreuses. Le Coronavirus agit dès maintenant comme un révélateur des fragilités de notre société. Il doit désormais devenir le déclencheur de nouvelles solidarités en actes.

Toutes celles et ceux qui subiront de plein fouet les conséquences des arrêts du travail hors des statuts salariés, ainsi que toutes et celles et ceux qui n'ont pas de travail, elles et eux aussi, doivent être protégé·es. « Quoi qu'il en coûte. »

Nous demandons par conséquent que soit instauré dès le mois de mars un revenu universel sans condition, permettant à toute personne, quel que soit son statut, de vivre dignement.

Les Sons Fédérés, assemblée d'artisan·es sonores et radiophoniques

https://sons-federes.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum