Sophie Blandinières
écrivain ghostwriter éditrice
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2021

« Je cherche ma sœur, Anna Shapiro, née Krobicka à Varsovie le 6 mars 1952 »

Alexandra Subrémon cherche depuis plus de dix ans sa sœur, volatilisée au Canada. Elle a décidé aujourd’hui de faire appel à la force des réseaux sociaux, à l’empathie de tous, pour obtenir des informations.

Sophie Blandinières
écrivain ghostwriter éditrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Anna Shapiro, née Krobicka à Varsovie le 6 mars 1952, est portée disparue.

Sa sœur et seule famille, Alexandra Subrémon, la cherche depuis plus de dix ans.

Leurs parents, rescapés du ghetto de Varsovie, ont voulu rester en Pologne, malgré tout. Malgré l’antisémitisme viscéral et chronique. Malgré l’antisémitisme d’Etat.

Alexandra raconte cette histoire dans un livre édifiant et émouvant, Juifs en Pologne, quand la Pologne a cessé d’être une terre d’accueil (Le Bord de l’eau), qui nous a réunies au Mémorial de la Shoah. Et je comprends maintenant pourquoi elle a tant apprécié l’histoire que je raconte dans La Chasse aux âmes (Plon), pourquoi elle m’a dit avoir été touchée par mon « héros », qui a su survivre, mais ne saurait vivre, qui a pu devenir père, mais échoue à l’être. Comment transmettre la vie quand on a surtout connu la mort ? Je songe à l’ombre redoutable dans laquelle grandissent les enfants de survivants, à cette peur, affreuse, tapie, omnipotente, avec laquelle ils ont à vivre.

Nous ne savons pas ce qui s’est passé pour Anna, ce qui a provoqué sa disparition.

Nous ne savons pas si Anna est vivante aujourd’hui, en bonne santé, physique et mentale.

Ce que nous savons d’Anna :

Anna est ingénieur chimiste, spécialisée dans l'industrie agroalimentaire et dans la santé.  Elle est titulaire d'un doctorat d’État en sciences pharmaceutiques, obtenu à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg (France). Polyglotte (français, anglais, polonais, russe et hébreu), Anna a vécu en Pologne, en France, au Royaume-Uni et en Israël, avant d'émigrer au Canada (en 2004). Au Canada, Anna a travaillé au Ministère de la Santé du gouvernement fédéral, bureau « of chemical safety ». Auparavant, elle a travaillé au ministère de la Santé en Israël, dans les Stés Danone et Mars (France) et chez Coca Cola (RU). 

Elle s'est effacée en 2008, alors qu’elle habitait Ottawa au Canada. Dix ans plus tard, Alexandra a réussi à faire ouvrir une enquête par Interpol qui a établi en 2019 qu’Anna était vivante et résidait toujours au Canada. Sans plus de détails.

Après de nombreux courriers aux autorités concernées, demeurés sans réponse, Alexandra Subrémon compte désormais sur la puissance des réseaux sociaux pour obtenir des informations.

Merci de transmettre cet avis de recherche le plus possible, en direction particulièrement de contacts que vous auriez au Canada et de joindre Alexandra si vous avez des pistes, des idées, de l’espoir, quoi que ce soit d’utile : alexandra.subremon@gmail.com

Sophie Blandinières

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose