sophie boussemart
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2017

sophie boussemart
Abonné·e de Mediapart

N'y a-t-il pas d'urgence à supprimer l'état d'urgence ?

sophie boussemart
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

N’y a-t-il pas d’urgence à supprimer l’état d’urgence ?

Le mercredi 24 mai, Emmanuel Macron a fait savoir qu’il ferait voter en juillet une énième prolongation de l 'état d’urgence jusqu’au 1er novembre 2017, cela fera la sixième depuis les attentats du Bataclan en Novembre 2015 qui avaient fait 130 morts.

S’il y avait un candidat dans cette élection présidentielle qui affirmait clairement son opposition à la continuité de cet état d’urgence, c’était bien Benoît Hamon.


Dans le débat des primaires qui l’opposait à Valls,  il confirmait déjà ceci :

« Je pense que quand on est candidat à la présidence de la République, on écoute et on respecte les avis des plus hautes juridictions, Conseil constitutionnel et Conseil d’État. Ils disent que l’état d’urgence ne peut pas être permanent 

… il me semble qu'au regard des instruments qui sont ceux de nos services de police, de la justice, on dispose de tout l'arsenal pour lutter efficacement contre le terrorisme sans maintenir l'état d'urgence. » 

Effectivement tout est déjà prévu dans les deux lois anti terrorisme et renseignement qui ont été votées sous le quinquennat de François Hollande. Les policiers, gendarmes et agents du renseignement sont dotés de nouveaux pouvoirs, surveillances électroniques, perquisitions de nuit, assignations à résidences, dissolutions d’associations, expulsion d’imans appelant à la violence …

Alors pourquoi continuer de mettre notre démocratie en veilleuse car il s’agit bien de cela.

Par la loi d’urgence, l’arbitraire de l’état et de la police est renforcé et le contrôle de la justice est amoindri.

Les autorités ont tout pouvoir sur la circulation et le séjour des personnes, sur la fermeture des lieux ouverts au public, sur le droit de manifester, sur des perquisitions administratives sans contrôle d’un juge.

La Ligue des Droits de l’Homme et le Syndicat des avocats de France s’inquiètent de ces dérives et dénoncent une atteinte aux droits de la liberté, à la sécurité, à la liberté de mouvement, à la vie privée et aux libertés d’association et d’expression.

Beaucoup trop de perquisitions administratives sont réalisées pour des affaires de droits communs avec aucuns liens établis avec le terrorisme. Plus grave encore, « l’état peut rechercher facilement n’importe quelle information sur n’importe quel appareil électronique ou informatique et notamment toute information accessible via des identifiants, mot de passe collectés lors d’une perquisition, tout contenu stocké sur Internet », selon la Quadrature du net. En clair, la sécurité de nos données numériques serait menacée.

Et puis il y a l’histoire  de notre nation, et les conséquences désastreuses de l’état d’urgence de 1961,  pendant la guerre d’Algérie,  qui ont provoqué l’assassinat de centaines d’algériens à Paris et la répression d’une manifestation pour la paix qui conduira encore la police à l’assassinat de neuf militants à Charonne.

Avec l’état d’urgence un gouvernement plus autoritaire, ou qui pourrait être débordé par des manifestations et des mouvements sociaux en cascade aurait les mains libres pour frapper plus durement les opposants.

Qui peut croire que la réforme du droit du travail par ordonnances voulue par Macron ne va pas provoquer l’embrassement des conflits sociaux ? Dans le contexte de l’état d’urgence, sera t- il alors possible de s’engager et de militer sur l’espace public librement et sans risque d’actions plus brusques des forces de l’ordre ?

Ce qui est clair c’est qu’une majorité de français est favorable à la prolongation de l’état d’urgence parce qu’elle vit dans la peur savamment entretenue par certains partis politiques. Mais les français sont quand même désabusés car ils s’aperçoivent bien que ce dispositif n’est pas toujours efficace et n’y croient plus. (sondage réalisé par YouGov pour le HuffPost et iTélé 29/07/2016).

« On nous dit de sortir et de profiter de la vie, de crier haut et fort que nous n’avons pas peur mais ce message d’espoir et de résilience nous ne l’entendrons pas si nous vivons trop longtemps  avec des mesures  qui restreignent notre liberté. »  Souligne le député écologique Noël Mamère et il rajoute justement « Nous envoyons un message de résignation à l’Etat Islamique qui veut apporter la preuve que notre état de droit est faible. »

Benoît Hamon a raison « l’état d’urgence ne remplit plus de fonction à part la fonction symbolique ». Il faut renforcer et coordonner tous les services de renseignement et répartir plus de policiers sur le terrain, sur tout le terrain y compris les banlieues difficiles.

Et surtout travailler en amont, pour une société plus juste, humaniste, égalitaire et laïque pour que plus jamais des fils et des filles de France se radicalisent jusqu’à prendre les armes contre leur pays. Le terrorisme est une guerre menée par une armée qui n’a pas de notion de crime contre l’humanité et se moque éperdument des lois internationales, il faut lutter pour la paix et contre les discriminations sous toutes ses formes. Si Paris est une fête, notre « bien vivre ensemble » doit l’être aussi !

http://grainescitoyennes.blogspot.com/2017/05/ny-t-il-pas-durgence-supprimer-letat.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Élu de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

Présidentielle 2022 : les comptes de campagne validés, Le Pen en attente

La candidate d’extrême droite conteste les conclusions de la commission de contrôle sur le remboursement de sa campagne. Tous les autres comptes sont définitivement validés. Des irrégularités mineures ont été détectées, notamment dans la campagne d’Emmanuel Macron.

par Antton Rouget

Journal — Transparence et probité

La justice enquête sur un chantier maudit de la métropole Nice Côte d’Azur

La juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) enquête sur la Compagnie de Phalsbourg, attributaire d’un projet immobilier emblématique. Elle s’interroge notamment sur le rôle du promoteur italien Paolo Celi, qui a introduit Christian Estrosi auprès du pape François.

par Hélène Constanty

La sélection du Club

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report