Pour toute l'humanité de Riace, dont le maire a été arrêté

En réaction à l'arrestation Mimmo Lucano, maire de ce village de Calabre véritable symbole de l'intégration des migrants, la société Tita Production met en accès libre jusqu'à dimanche le documentaire «Un Paese di Calabria», sorti en février 2017.

Lundi 1er octobre, près de cinq ans jour pour jour après le terrible naufrage au large de Lampedusa qui fit 366 morts, le maire de Riace (Calabre, Italie), Mimmo Lucano, a été arrêté. Il est accusé d’avoir organisé des mariages blancs entre des habitants de Riace et des migrants pour leur obtenir un titre de séjour et soupçonné d’aide à l’immigration clandestine.

L'arrestation de Mimmo Lucano, véritable symbole de l'intégration des migrants et dont la politique est qualifiée par le cinéaste allemand Wim Wenders de seule utopie en acte en Europe, illustre la politique de fermeté de Roberto Salvini en Italie. (Lire ici le billet de blog de Bénédicte Monville dans le Club de Mediapart)

En février 2017, le documentaire des deux réalisatrices Shu Aiello et Catherine Catella, Un Paese di Calabria sortait sur les écrans. On y voit comment ce village de quelque 2000 habitants est devenu au début de ce siècle un modèle d'intégration positive des migrants. Hébergement dans les maisons abandonnées retapées et destinées aussi aux touristes ; cours de langue et formation dispensés par des fonds publics ; ouverture d’une classe dans l’école et réouverture de commerces ; constitution d'une nouvelle équipe de foot ; célébration des saints patrons du village Cosmo et Damiano, venus de Syrie… jusqu’à l’élection pour un troisième mandat de son maire et son combat contre la mafia.

Longtemps, Riace a subi un exode rural massif jusqu’au jour où un bateau transportant deux cents kurdes a échoué sur sa plage. Depuis, le village se réinvente un futur grâce à une politique d’accueil intelligente et humaine.

En réaction à l’arrestation de Mimmo Lucano, la société Tita Productions a décidé de proposer ce film en accès libre jusqu’à dimanche. Un récit profondément humain, aux sonorités quasi mythologiques puisqu'ici « les gens ont la mémoire de l’exil des leurs ».

Un paese di Calabria

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.