Sophie Dufau
Journaliste
Journaliste à Mediapart

64 Billets

35 Éditions

Billet de blog 7 nov. 2010

En quête d'un père très troublant

Très discrètement le cinéma le Lucernaire, à Paris, diffuse un étonnant documentaire: Zones grises. Le réalisateur Marc Petitjean y part à la recherche de celui qui lui a toujours dit que «la guerre fut le meilleur moment de sa vie». Il reste juste trois dates pour ne pas le rater.

Sophie Dufau
Journaliste
Journaliste à Mediapart
© 

Très discrètement le cinéma le Lucernaire, à Paris, diffuse un étonnant documentaire: Zones grises. Le réalisateur Marc Petitjean y part à la recherche de celui qui lui a toujours dit que «la guerre fut le meilleur moment de sa vie». Il reste juste trois dates pour ne pas le rater.

© DR

«Longtemps j'en ai voulu à mon père...», prévient dès le départ le réalisateur. Son père, Michel Petitjean, pourtant avait de quoi être un héros: reconnu déporté-résistant à l'issu de la seconde guerre mondiale, ce fils d'une petite bourgeoisie de province eut auparavant une vie assez romanesque pour apparaître dans les écrits de Jean Cocteau, Drieu la Rochelle, ou Claude Mauriac. Amant de la Vicomtesse Marie Laure de Noailles chez qui il garda toujours une chambre, ses fréquentations des surréalistes lui offrirent aussi l'occasion d'une relation avec la peintre mexicaine Frida Kahlo.

Michel Petitjean © DR

On l'imaginerait fort flambloyant, or des quelques séquences où il apparaît, il reste surtout l'image d'un homme taiseux, au regard provocant et impénétrable. Un homme que son fils a toujours connu «absent, dépressif et bougon», et qui, une fois disparu, n'a livré la clé d'aucun des mystères que recelaient les cartons entreposés dans sa cave.


C'est cette énigme que tente de résoudre Zones grises, enquête d'un fils sur son père, qui, vraisemblablement, a navigué entre les années 30 et 50 au gré des courants. Le film le cherche à la trace, et chacun des témoignages emprunte un chemin qui semble ne mener nulle part. Pourquoi cet homme qui créa le journal Toute la France, en 1941, journal engagé auprès du régime de Vichy, est aussi celui que le peintre Jean Helion, cite dans son journal comme celui à qui il doit son salut après son retour de captivité? Pourquoi cet homme, arrêté en 1942 par la Gestapo pour délivrances de fausses pièces d'identité aux personnes évadées, échappa ensuite à la peine de mort? «C'est très étonnant, je ne comprends pas...», admet un conservateur des archives au vu du dossier conservé. Pourquoi cet homme condamné aux travaux forcés puis déporté fut libéré avant la fin de sa peine grâce à l'intervention de Scapini, chef du Service diplomatique des prisonniers de guerre sous le régime de Pétain? «Il avait des relations votre père... des amis dans le gouvernement de Vichy», remarque la commissaire divisionnaire en épluchant le "dossier Michel Petitjean" établi par les services secrets.

La commissaire © DR

Epatante commissaire dont les interventions qui ponctuent ce documentaire permettent de mettre à distance le père et le fils... A l'inverse des autres témoins qui racontent l'homme qu'ils ont connu («Un vrai dandy... un gars un peu naïf...») avec peut-être l'indulgente sympathie que confère la nostalgie de leur jeunesse commune, la commissaire, au fil de la lecture des fiches, trace le portrait d'«un touche à tout... Un homme qui avait du succès auprès des femmes, qui avait le goût de la vie... Un optimiste...», qui semble avoir traversé l'Occupation tel un caméléon doté de beaucoup d'inconscience. «Il y a des mystères... On ne peut pas tout savoir», rappelle-t-elle au réalisateur.


Sobre et intimiste, ce documentaire –diffusé en mars dernier sur la chaîne Histoire– peut se voir aussi en écho à un autre documentaire (dont Mediapart est partenaire), Le Mur de l'Altlantique de Jérôme Prieur, qui a entamé sa carrière en salle avant d'être diffusé à la télévision très prochainement.

Se voir comme une tentative très habile de comprendre cette troublante époque et une manière de s'affranchir du poids très singulier de l'héritage.

Pour voir un extrait du film, cliquez ici

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii